twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Télécommunications : L’Agence de régulation dresse l’état des lieux d’un secteur en pleine expansion

vendredi 9 juillet 2004

L’industrie des télécommunications au Sénégal, secteur-clé de l’économie du pays, a connu ces dernières années un développement remarquable à l’image du développement que connaît le secteur à l’échelle mondiale, caractérisé par la mondialisation des échanges et la croissance fulgurante des technologies de l’information et de la communication. Avec un chiffre d’affaires de près de 174 milliards de Fcfa générés par les activités des réseaux fixes et mobiles en 2002, le secteur représente plus de 5% de l’économie globale du Sénégal. Ainsi, les revenus tirés des activités du mobile représentent 33,5% et enregistrent une hausse de 41% par rapport à l’exercice antérieur. Quant au chiffre d’affaires généré par les activités de données, il est évalué à environ 4,5 milliards en 2002 et croît de façon permanente. Les services d’interconnexion qui regroupent l’ensemble des prestations entre opérateurs titulaires de licence de réseaux ouverts au public ont produit des revenus importants, de l’ordre de 19 milliards de Fcfa en 2002. Cependant, les opérateurs contribuent de façon significative à la création d’emplois dont 1643 salariés chez l’opérateur du fixe et 384 chez les opérateurs du mobile. Aux emplois directs recensés auprès des opérateurs, il faudrait rajouter près de 25000 emplois créés par l’exploitation des télécentres privés et cybercafés, ainsi que d’autres emplois induits par le développement des services à valeur ajoutée. Mais l’implantation du réseau reste encore faible en milieu rural. D’après M. Malick M. Guèye, directeur de l’Art, « sur les 1300 villages, seuls 939 sont desservis par le réseau fixe dont 5% par la technologie Gsm ». Il a tenu, néanmoins, à préciser que la mise en œuvre d’un plan de service universel comblerait ce retard et à moindre coût, du fait de l’existence des télécentres qui permettront de tirer un nombre limité de lignes par village et de l’accès grâce à un panel de technologies. Il a également ajouté que la libéralisation du secteur devrait permettre de consolider et d’accélérer le développement de ce secteur avec l’arrivée de nouveaux acteurs, à une augmentation des investissements privés et à une diversification de l’offre de services.

FELIX NANKASSE

(Source : Le Soleil 9 juillet 2004)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 13 529 883 abonnés Internet

  • 13 251 404 abonnés 2G+3G+4G (97,95%)
    • 2G : 28,14%
    • 3G : 49,01%
    • 4G : 22,05%
  • 117 023 clés et box Internet (0,86%)
  • 158 130 abonnés ADSL/Fibre (1,19%)
  • 3 325 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,19%
  • Internet mobile : 98,81%

- Liaisons louées : 22 456

- Taux de pénétration des services Internet : 83,47%

(ARTP, 31 mars 2020)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 211 026 abonnés
- 169 128 lignes résidentielles (80,15%)
- 41 898 lignes professionnelles (19,85%)
- Taux de pénétration : 1,30%

(ARTP, 31 mars 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 948 492 abonnés
- Taux de pénétration : 110,73%

(ARTP, 31 mars 2020)

FACEBOOK

- 3 408 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 20,4%

(Facebook, Décembre 2019)