twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Télécommunications : Allé Diouf insiste sur l’importance de la régulation

lundi 9 juillet 2012

Auteur d’un mémoire d’étude sur les télécommunications, Allé Diouf, Ingénieur en Téléinformatique, insiste sur l’importance de la régulation dans ce secteur vital. Il prône aussi un partage des infrastructures pour contribuer à la fracture numérique.

C’est assez rare pour être souligné qu’un jury commence par des félicitations dans une soutenance de mémoire d’ingénieur. Le profil de l’étudiant y est, cette fois-ci, pour beaucoup de choses. Ingénieur en génie civil, directeur général de société, Allé Diouf qui a soutenu, vendredi dernier, à l’Ecole supérieure multinationale des télécommunications (ESMT) un mémoire sur : « Impact de l’insertion des Tics et des réseaux terrestres de communication ouverts au public dans les ouvrages de génie civil au Sénégal », a obtenu les félicitations du jury.

Toujours en quête permanente de savoir, M. Diouf est encore une fois sorti des sentiers battus en se penchant sur cette problématique d’une brûlante actualité. Comme l’ont souligné les membres du jury constitué par Amadou Thierno Gaye, chef du Département informatique à l’Ecole supérieure polytechnique (ESP), Tidiane Seck consultant et ancien Directeur Général de l’Agence pour le développement de l’informatique de l’Etat (ADIE), Samuel Ouya, enseignant-chercheur au Département informatique de l’Ecole supérieure polytechnique (ESP), Idrissa Traoré, ingénieur en Télécom à la retraite et vacataire à l’ESMT, Zacharia Damoué enseignant à l’ESMT.

Dans son étude, Allé Diouf a montré l’importance des infrastructures de génie civil dans les investissements de télécom. « 70 et 80 % sont constitués de génie civil et sont beaucoup plus importants et coûteux en zone urbaine », souligne Allé Diouf. L’investissement peut être le creusement de tranchées, des conduites et fourreaux, des pylônes, du coulage de béton, etc, ou des équipements électroniques installés par plusieurs entreprises.

Dans un contexte de concurrence, deux possibilités s’offrent aux nouveaux opérateurs, le partage ou la duplication des infrastructures. Mais Allé Diouf a démontré par une démarche méthodique soutenu par un « Benchmark » en France, au Maroc, au Mali et au Japon que le partage est la solution. « Le partage des infrastructures de télécommunications, tant du point de vue des équipements passifs que des équipements actifs, est un processus ayant pour objet final le développement du secteur des télécommunications en permettant une meilleure répartition dans le temps des investissements, en contribuant à diminuer la charge des opérateurs », argumente-t-il. Tidiane Seck, membre du jury et ancien directeur général de l’Agence pour le développement de l’informatique de l’Etat est d’avis que le partage permettra de baisser les coûts pour l’utilisateur final. « On a montré que lorsque l’Adie a fait son réseau en collaboration avec la Sonatel, dans son projet de connecter son réseau e-gouvernement du building adminitratif au cœur de chaîne à Technopole, le coût de l’investissement a considérablement diminué », a rappelé M. Seck. D’où l’importance de la régulation sur laquelle Allé insiste particulièrement.

A ses yeux, la régulation commence par la mise en place d’un cadre législatif et réglementaire permettant de faciliter le déploiement des réseaux. « Il est nécessaire de procéder à l’élaboration des règles et des procédures permettant un partage efficace et durable tout en respectant le droit de la propriété, la viabilité économique et la rentabilité technique. Dans ces conditions, seule une régulation forte peut y parvenir », estime M. Diouf. Et d’ajouter : « Au vu de l’étude « Benchmark » il est apparu nécessaire d’auditer les diverses infrastructures de génie civil et de télécommunication aussi bien pour les opérateurs privés bénéficiant de licence que d’autres structures qui en font usage pour des raisons professionnelles telles que Adie et La Senelec ». Toutefois, cela ne peut se faire qu’à partir d’une volonté politique affirmée et d’une régulation renforcée, estime M. Diouf. Dans son travail, il a fait une projection sur l’avenir immédiat en se posant les questions pertinentes suivantes : Comment allons-nous travailler demain ? Comment allons-nous échanger entre nous à l’avenir ? Comment nos enfants vont-ils apprendre dans dix ans ? Par internet à la condition de pouvoir disposer de très haut débit par fibre optique. Pour passer à cet internet de nouvelle génération, pour disposer de très haut débit, il faut adopter des supports modernes autorisant ces débits. Il faut quitter les fils de cuivre pour adopter la fibre optique jusqu’à l’abonné. A la fin de la soutenance, le directeur de l’Ecole supérieure multinationale des télécommunications a salué le travail réalisé par Allé Diouf. « Cette étude vient à son heure parce qu’elle permettrait à l’autorité de régulation, à l’ensemble des acteurs du secteur des télécommunications de bénéficier des résultats. Les infrastructures doivent être partagées avec les différents opérateurs au lieu d’avoir un système de duplication qui va coûter plus cher à tout le monde et qui ne va in fine assurer la fourniture de services à l’ensemble de la population », a-t-il déclaré.

Mamadou Guèye

(Source : Le Soleil, 9 juillet 2012)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

153 153 153 144 144 144 238 238 238 168 168 168 145 145 145 170 170 170 171 171 171 160 160 160 172 172 172 173 173 173 154 154 154 174 174 174 226 226 226 155 155 155 176 176 176 177 177 177 237 237 237 250 250 250 241 241 241 157 157 157 178 178 178 180 180 180 259 259 259 181 181 181 159 159 159 248 248 248 183 183 183 239 239 239 256 256 256 185 185 185 162 162 162 186 186 186 187 187 187 191 191 191 192 192 192 234 234 234 194 194 194 195 195 195 196 196 196 197 197 197 198 198 198 199 199 199 229 229 229 233 233 233 202 202 202 228 228 228 204 204 204 232 232 232 206 206 206 253 253 253 208 208 208 209 209 209 210 210 210 211 211 211 212 212 212 213 213 213 214 214 214 254 254 254 217 217 217 218 218 218 249 249 249 219 219 219 220 220 220 230 230 230 222 222 222 252 252 252 255 255 255 242 242 242 243 243 243 244 244 244 245 245 245 246 246 246 258 258 258 260 260 260 261 261 261 263 263 263 264 264 264 48 48 48 61 61 61 59 59 59 12 12 12 11 11 11 70 70 70 53 53 53 127 127 127 132 132 132 75 75 75 123 123 123 15 15 15 52 52 52 110 110 110 49 49 49 14 14 14 28 28 28 13 13 13 73 73 73 164 164 164 77 77 77 112 112 112 113 113 113 18 18 18 102 102 102 105 105 105 78 78 78 119 119 119 65 65 65 47 47 47 16 16 16 120 120 120 90 90 90 133 133 133 81 81 81 116 116 116 20 20 20 135 135 135 136 136 136 137 137 137 21 21 21 129 129 129 35 35 35 22 22 22 67 67 67 7 7 7 79 79 79 69 69 69 108 108 108 84 84 84 87 87 87 96 96 96 23 23 23 25 25 25 106 106 106 82 82 82 32 32 32 76 76 76 72 72 72 115 115 115 26 26 26 104 104 104 29 29 29 58 58 58 30 30 30 46 46 46 31 31 31 62 62 62 88 88 88 55 55 55 101 101 101 86 86 86 10 10 10 80 80 80 114 114 114 92 92 92 100 100 100 85 85 85 36 36 36 125 125 125 37 37 37 38 38 38 109 109 109 74 74 74 51 51 51 50 50 50 39 39 39 83 83 83 40 40 40 66 66 66 68 68 68 93 93 93 99 99 99 60 60 60 57 57 57 24 24 24 41 41 41 42 42 42 134 134 134 19 19 19 43 43 43 111 111 111 17 17 17 117 117 117 97 97 97 94 94 94 54 54 54 71 71 71 122 122 122 33 33 33 56 56 56 131 131 131 98 98 98 34 34 34 89 89 89 91 91 91 45 45 45 107 107 107

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 19 266 179 abonnés Internet

  • 18 595 500 abonnés 2G+3G+4G (96,58%)
    • 2G : 12,95%
    • 3G : 24,60%
    • 4G : 62,45%
  • 334 642 abonnés ADSL/Fibre (1,71%)
  • 334 875 clés et box Internet (1,71%)
  • 1162 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,74%
  • Internet mobile : 98,26%

- Liaisons louées : 3971

- Taux de pénétration des services Internet : 106,84%

(ARTP, 30 septembre 2023)

- Débit moyen de connexion mobile : 23, 10 Mbps
- Débit moyen de connexion fixe : 21, 77 Mbps

(Ookla, 31 janvier 2023)


- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 56,70%
(Internet World Stats 31 décembre 2021)


- + de 10 000 noms de domaine actifs en .sn
(NIC Sénégal, décembre 2023)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 382 721 abonnés
- 336 817 résidentiels (88,01%)
- 45 904 professionnels (11,99%)
- Taux de pénétration : 1,67%

(ARTP, 30 septembre 2023)

Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 21 889 688 abonnés
- Taux de pénétration : 123,34%

(ARTP, 30 septembre 2023)

FACEBOOK

3 050 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 17,4%

- Facebook : 2 600 000

- Facebook Messenger : 675 200

- Instagram : 931 500

- LinkedIn : 930 000

- Twitter : 300 000

(Datareportal, Janvier 2023)

PRÉSENTATION D’OSIRIS

batik