twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Tchad : l’avocat de la partie civile demande une astreinte contre les opérateurs Internet

jeudi 4 octobre 2018

L’avocat de la partie civile, Frederik Nadjingue, a exigé une astreinte de 500.000 F CFA à l’égard des opérateurs de téléphonie mobile, conformément à la loi 005/PR/2015 portant protection des consommateurs en République du Tchad. Lorsqu’un consommateur estime que ses droits sont bafoués par les professionnels, et que la saisine du juge pourrait mettre un terme à cet agissements, il peut en même temps que la demande tendant à la cessation de l’agissement illégal solliciter une astreinte journalière.

L’avocat de la partie civile indique qu’une astreinte est une sanction journalière qui contraint les deux opérateurs de téléphonie mobile à exécuter le plus rapidement possible la décision du juge. Par ailleurs, Il souligne qu’il faut reconnaître l’existence d’une négligence dans le rapport qui existe entre Airtel et Tigo, avec l’ARCEP.

Alwihda Info : Maître, au cours de l’audience, vous avez demandé le prononcé d’une astreinte de 500.000 Francs CFA par jour à l’égard des opérateurs Internet. Pouvez-vous fournir d’amples explications ?

Maître Frederik Nadjingue : Nous avons à travers notre requête et nous avons réitéré cela lors de nos plaidoiries, demandé, à ce que la décision à intervenir puisse être assortie d’une astreinte de 500.000 F CFA par jour. Je m’explique. Selon la loi n° 005/PR/2015 portant protection des consommateurs en République du Tchad, lorsqu’un consommateur estime que ses droits sont bafoués par les professionnels, et que la saisine du juge pourrait mettre un terme à cet agissements, il peut, en même temps que la demande tendant à la cessation de l’agissement illégal, solliciter une astreinte journalière. Une astreinte, c’est comme une sanction journalière de sorte qu’il exécute le plus rapidement possible le contenu de la décision du juge.

Très concrètement, pensez-vous qu’il y a une volonté délibérée de censure de Tigo et Airtel, aussi bien que de l’ARCEP, vis-à-vis des consommateurs ?

Il faut reconnaître qu’il y a une négligence dans le rapport qui existe entre Airtel et Tigo, et l’ARCEP. Comme nous l’avons développé (devant le juge, ndlr), conformément au cahier des charges, c’est le ministre de la Sécurité publique qui peut enjoindre à Airtel et Tigo de suspendre ou bien de restreindre l’accès aux réseaux sociaux. Dans la pratique, le ministre aurait plutôt envoyé un courrier à l’ARCEP. Ensuite, l’ARCEP a enjoint à Milicom tout comme à Airtel de restreindre l’accès aux réseaux sociaux.

La procédure n’a donc pas été respectée ?

Ca viole les dispositions même du cahier des charges. Nous estimons que c’est une négligence qui porte un préjudice énorme à nous, consommateurs. Airtel et Tigo sont en droit, conformément aux dispositions légales, de porter à la connaissance de l’ARCEP que, selon le cahier des charges qui les lient, ce n’est pas de la sorte que les choses devraient se faire.

Les opérateurs Internet estiment ne pas être soumis à une obligation d’information à l’égard du consommateur. Est-ce vrai ?

Il ne ressort nullement du cahier des charges une obligation de réserve de la part d’Airtel et Tigo. La loi n° 005/PR/2015 a une valeur supérieure au cahier des charges qui est comme un contrat, un document qui porte les engagements des uns envers les autres. La loi, elle, est supérieure. Donc, du moment que la loi fait obligation à Airtel et Tigo, qui sont des professionnels, de livrer des informations à chaque fois qu’il y aurait des situations qui perturberaient la fourniture de réseau aux consommateurs, ces professionnels y sont tenus.

Entretien réalisé par Djimet Wiché

(Source : Alwihda Info, 4 octobre 2018)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)