twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Systèmes de dédouanement Gaindé et Orbus en vitesse de croisière : Une alliance fructueuse avec le secteur privé

samedi 29 janvier 2005

« La douane ne peut aller sans les transitaires et les transitaires ne sauraient exister sans la douane » estime M. Madior Bouna Niang, Président de l’union sénégalaise des entreprises de transit et de transport agréés, par ailleurs président de la fédération des associations des commissionnaires en douanes agréés de l’espace Cedeao. « Nous nous sommes dit, depuis longtemps, que c’est un outil qu’il faut préserver dans la mesure où il nous facilite notre travail.

Quand l’un se porte très bien et quand l’autre ne se porte pas bien, il y a dysfonctionnement il faut que les choses aillent ensemble, affirme M. Niang. Avec le « Gaindé », le système manuel est devenu archaïque. La création de Gaindé suppose aussi la modernisation de l’ensemble de l’administration des douanes parce qu’il fallait que l’administration s’accommode à la nouvelle technologie, aux nouvelles règles, au nouveau système. Ce faisant, c’est un bouleversement des mentalités : autant nous avons subi ce bouleversement en tant que professionnels, en tant que transitaires, autant ce système devait avoir un impact positif sut l’organisation des douanes. Nous l’avons compris et nous nous sommes donné la main en faisant le pari de l’encadrer, le couver parce qu’il venait de naître avec ses imperfections ses aléas, etc. C’était risqué, car il constituait le premier outil informatique qu’on avait créé avec tout ce que cela comporte d’incertitudes quant aux résultats et à ce que nous attendons », explique Madior Bouna Niang. Petit à petit, ce sentiment a soudé l’administration des douanes et le secteur privé.

L’apport du Trade Point a été d’une grande utilité à la réussite du projet

Ce n’est qu’en 1997 que le privé a sollicité et obtenu un accord favorable de l’administration des douanes pour une implication dans la gestion du système. « Je crois que là aussi, il faut expliquer que la Pid est une taxe qu’on perçoit sur chaque importation-exportation de 5000 FCfa pour couvrir les frais de gestion de l’outil informatique. Donc, c’est autour de cettetaxe que nous avons créé le comité et l’administration a pris un arrêté pour le formaliser en y incluant toutes les différentes composantes de l’administration et le secteur privé », explique M. Niang. Et puisque l’appétit vient en mangeant, l’informatique se développant, les transitaires se sont accommodés à l’évolution du système informatique avec surtout l’appui des techniciens de la douane.

« En créant le Gie, notre idée était de prendre les ressources celui était au Trade point Sénégal », révèle Madior Bouna Niang. Et ce dernier de poursuivre : « on ne pouvait pas laisser Orbus mourir de sa belle mort. L’Etat ayant investi des milliards pour mettre sur pied le Tps qui ne répondait pas ou avait dévié de sa mission originelle, nous nous sommes dit qu’il fallait chercher des ressources et du matériels », souligne M. Niang. Depuis 10 ans, nous avons mis un système de concertation avec la douane et il n’y a plus de cachotterie, les gens se parlent en hommes responsables et de ce dialogue est né la complicité qu’on appelle partenariat douane-secteur privé. Nous avons établi ce partenariat », reconnaît M. Niang. C’est pourquoi le choix du Kenya sur les systèmes Gaindé et Orbus est une fierté pour le privé. J’avoue que pour moi, c’est une fierté. Pour avoir été parmi les géniteurs du Gaindé et d’Orbus, cela a été mon rêve, Je rêvais d’un Gaindé performant d’un Gaindé qui réponde à nos attentes.

Dossier réalisé par Adama Mbodj et Félix Nankase

(Source : Le Soleil, 29-30 janvier 2005)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 13 529 883 abonnés Internet

  • 13 251 404 abonnés 2G+3G+4G (97,95%)
    • 2G : 28,14%
    • 3G : 49,01%
    • 4G : 22,05%
  • 117 023 clés et box Internet (0,86%)
  • 158 130 abonnés ADSL/Fibre (1,19%)
  • 3 325 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,19%
  • Internet mobile : 98,81%

- Liaisons louées : 22 456

- Taux de pénétration des services Internet : 83,47%

(ARTP, 31 mars 2020)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 211 026 abonnés
- 169 128 lignes résidentielles (80,15%)
- 41 898 lignes professionnelles (19,85%)
- Taux de pénétration : 1,30%

(ARTP, 31 mars 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 948 492 abonnés
- Taux de pénétration : 110,73%

(ARTP, 31 mars 2020)

FACEBOOK

- 3 408 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 20,4%

(Facebook, Décembre 2019)