twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Système d’Information : Pour une plateforme mutualisée des SFD

jeudi 8 janvier 2015

Parmi les difficultés des Systèmes Financiers Décentralisés (SFD), figure, en grande partie, la gestion de leur système d’information. Un investissement trop élevé pour un seul SFD. D’où la mission du Centre de Traitement Informatisé du Sénégal (CTISN) pour une mutualisation des coûts.

A travers une plateforme informatique commune, les SFD situées dans tout le territoire, peuvent à distance, enregistrer l’ensemble de leurs données liées aux opérations d’épargne et de crédit. Ils ont à leur disposition une méthodologie efficace de contrôle interne de leurs opérations et qui leur permet de produire rapidement les rapports exigés par les autorités. Une équipe de financiers comptables et informaticiens est à leur disposition pour assistance.

Selon Abdoul Magib Diallo, le Directeur Informatique, les informations étaient traitées manuellement au niveau des SFD. « L’avantage d’externaliser le service informatique, c’est qu’une informatisation ponctuelle pour une caisse coute cher autant la migration que la gestion et maintenance. L’achat du matériel physique (serveurs, onduleurs, ordinateurs, appareils de sécurité informatique et réseautique, groupe électrogène) et logiciel (Licence des systèmes d’exploitation serveur et poste de travail, l’application de gestion bancaire intégrée, les antivirus, le système de gestion de bases de données), devient quasiment inaccessible pour beaucoup de SFD. Il faut aussi sauvegarder ces données financières pendant 10 ans. Un informaticien devra être embauché pour gérer tout ce dispositif. Imaginez une petite caisse qui n’a pas assez de ressources pour payer tout ça, de façon récurrente, que va-t-elle faire ? Donc, nous leur fournissons une plateforme informatique de haute technologie, une équipe informatique dédiée à la gestion de la fiabilité des données et la sécurisation de ces données financières sensibles », explique-t-il.

Un moyen de transparence…

En général, au début de leurs activités, les SFD n’ont pas trop de problèmes, mais quand elles grandissent, les exigences évoluent en même temps. « La 1ière fois que le système a fonctionné et qu’on a pu remettre à un client son relevé de compte, il n’en revenait pas. On lui a retracé toutes ses opérations. Avant, il avait un carnet où il mettait ces informations, avec le risque de se tromper. Là, il avait tous les éléments, soldes et mouvements. Aujourd’hui, pour obtenir un visa, on vous demande un extrait de compte. Si vous présente un carnet, on ne l’acceptera pas », reconnaît Mme PINA

Selon Mme Pina, même s’il n’est pas encore possible de mesurer les impacts, l’informatisation a quand même mis à nu certains manquements dans la gestion de quelques IMF. « Depuis le début de cette informatisation, nous avons perdu 5 IMF, l’informatisation a été le révélateur des mauvaises pratiques de gestion ».

Aujourd’hui, les SFD n’ont plus le choix. Tous ceux qui veulent être agréés doivent avoir un système informatique fiable, comme l’exigent la DRS et la BCEAO. Ces dernières orientent souvent les IMF vers le CTISN pour leur informatisation.

Quid de l’origine du CTISN ? C’était un projet d’informatisation des IMF de petite taille, financé par la Coopération canadienne à travers Développement International Desjardins (DID). Il avait pour objectif d’informatiser 36 SFD sur une période de 5 ans. « Cela a eu un tel succès qu’on a dépassé les objectifs en moins de 3 ans. A la fin du projet, les SFD membres ont décidé de le maintenir l’outil, en créant un GIE. Aujourd’hui, ils sont clients et propriétaires du CTISN. C’est grâce aux cotisations des membres que le centre fonctionne et nous avons près de 160 000 clients. Nos perspectives vont dans le sens d’offrir plus de services mutualisés à nos membres », explique Mme Pina.

(Source : Réussir Business, 8 janvier 2015)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)