twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Surveillance de la zone sylvopastorale : Les nouvelles technologies au service des pasteurs

vendredi 4 février 2005

Fournir en temps réel, des informations fiables et pertinentes aux décideurs et aux producteurs. Tel est l’objectif que poursuit le projet d’appui à l’Elevage (Papel) par la mise en place d’un système de surveillance et d’alerte précoce dans la zone sylvopastorale. La méthode utilisée passe par les énormes moyens qu’offrent aujourd’hui les technologies de l’information et de la communication (Tic).

Techniciens, producteurs ruraux, élus locaux, chercheurs et représentants des services déconcentrés se sont donné rendez-vous ce jeudi 3 février à Dahra Djolof afin de valider le système fruit d’un partenariat entre le Centre de Suivi Ecologique(Cse) et le Papel pour une protection et une gestion durable des ressources naturelles.

Le système de surveillance et d’alerte précoce (Ssap) repose , selon le responsable de l’antenne du Papel à Linguère, « Sur trois principes fondamentaux : la collecte et le traitement des données, la production de l’information et en dernière instance sa diffusion. » Pour Dr AKA, la collecte, l’analyse et la diffusion de l’information doivent être définies en concertation avec toutes les catégories d’acteurs , plus particulièrement ceux qui sont à la base.

La finalité recherchée étant une exploitation judicieuse, rapide et efficace de ces informations relatives à la situation des pâturages, des points d’eau, des menaces apparentes ou latentes qui pèsent sur les ressources naturelles comme l’apparition de foyers de maladies ou de criquets et autres prédateurs naturels ou les feux de brousse. Pour ce faire, les nouvelles technologies de l’information et de la communication seront mises à profit.

DES TIC POUR PROTEGER LE FERLO MAIS ...

Recueillies et rassemblées à partir de mesures, de textes, de cartes, de vues et d’images d’un point du Ferlo, ces données permettront d’examiner la couverture naturelle et les interventions des différents acteurs. Ainsi, il sera possible de fournir des informations vitales concernant la naissance d’un feu de brousse ou d’une épidémie, d’un péril imminent ou les signes précurseurs d’un phénomène physique nécessitant une action directe et une prise de décision. Le Ssap permettra d’alerter, de prévenir et déterminer les types d’opérations nécessaires à tous les niveaux et à tous les acteurs : pasteurs, paysans, décideurs politiques, instituts de recherches, organismes de développement, bailleurs de fonds, services .... Certes exploiter les vues aériennes d’un paysage physique, puis observer et interpréter tous ses détails ou collecter et transmettre des informations d’un point quelconque de la zone sylvopastorale vers le centre (Dakar) et d’autres points due la planète est désormais une activité scientifique établie grâce aux Systèmes d’Information Géographique (Sig), au système de radio-communication du Papel et autres projets, directions de l’Elevage, des Eaux et Forêts et le Cse.

Toutefois , accéder à ces informations et données rendu possible par les TIC ne saurait être une fin en soi :encore faudra-t-il que les informations et les outils soient adaptés . La pertinence de la prise de décision et l’efficacité de l’intervention pour prévenir les calamités et les circonscrire ne résident pas uniquement dans la technologie.

L’important est de former les femmes et les hommes pour qu’ils en fassent bon usage et améliorent leurs compétences ; par ailleurs s’interrogent certains « est-il légitime d’investir dans un système de surveillance sans que les besoins prioritaires ne soient satisfaits « nos priorités sont la santé, l’eau, l’éducation, les routes. Internet peut-il nous apporter des solutions ? »

Si un feu de brousse éclate à Thionokh, dans la communauté rurale de Vélingara ( Ranérou) à plus d’une centaine de kilomètres de Linguère et de Ranérou et l’information captée grâce au satellite et autres technologies à Dakar, au Cse, au Papel, à la direction de l’élevage et des eaux et forêts alors qu’il n’existe pas un seul forage aux alentours pour fournir de l’eau à l’équipe d’intervention la plus proche ou encore que les routes et la logistique n’existent pas pour décider d’intervenir en cas de feu de brousse. En effet la plupart des services techniques visés par le SSAP pour fournir l’information n’ont pas accès à la toile mondiale et les villages de la zone sylvopastorale attendent encore de pouvoir loger leur premier appel téléphonique. La principale leçon de cette initiative est que le fossé numérique, cette disparité entre Nord et Sud face à l’infrastructure, la quincaillerie et l’expertise dans le domaine des Technologies de l’information et de la communication est encore plus visible entre services centraux logés à Dakar et services déconcentrés dans les régions départements et villages du Sénégal, le Ferlo en particulier.

Pape SECK

(Source : Sud Quotidien, 4 février 2005)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)