twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Surtaxe des appels entrants : la suppression n’a rien à voir avec la Sonatel

jeudi 12 juillet 2012

La décision des nouvelles autorités de supprimer la surtaxe sur les appels n’a rien à voir avec un quelconque lobbying de la Sonatel, opérateur historique sénégalais des télécoms, mais s’est plutôt imposée comme ‘’une exigence’’ relevant de la souveraineté nationale, a soutenu le ministre de la Communication, des Télécommunications et des TIC, Abou Lô.

S’exprimant lors d’un entretien accordé à l’APS et au quotidien Enquête, il a déclaré que la décision de l’actuel gouvernement de supprimer le décret relatif à la surtaxe sur les appels entrants ne devrait pas être vue comme la conséquence d’un lobbying de Sonatel. ‘’Je n’ai pas parlé de lobby Sonatel. J’ai dit que la suppression de cette taxe était devenue une exigence, une nécessité’’, a déclaré Abou Lô.

Le contrôle des appels, ‘’c’est du ressort de l’Etat (…). C’est une question de souveraineté et de sécurité. Nous réfléchissons actuellement avec tous les acteurs concernés pour avoir un système de contrôle efficace’’, a fait valoir le ministre de la Communication, des Télécommunications et des TIC.

Selon lui, l’ancien régime a commis l’erreur de ‘’faire un couplage entre les taxes sur les appels entrants et le contrôle alors qu’il s’agit de deux choses différentes’’. ‘’Les taxes c’est pour chercher de l’argent. Mais, on peut contrôler sans taxer’’, a-t-il relevé.

‘’Ce contrôle aura lieu. Nous allons mettre en place un système de contrôle. Nous sommes dans une phase de réflexion pour savoir quel système mettre en place et quel est l’opérateur qui va l’exécuter’’, a-t-il précisé.

Si l’abrogation du décret portant surtaxe sur les appels entrants est une promesse de campagne du président Macky Sall, il revenait aux ministères techniques d’en assurer les modalités pratiques, a indiqué M. Lô, ajoutant que c’est à ce niveau qu’est intervenu le ministère de la Communication.

‘’Nous avons participé à toutes les concertations avec l’ARTP, le ministère des Finances et les opérateurs pour voir comment appliquer cette mesure’’, moyennant une compensation financière pour l’Etat, d’autant que le manque à gagner était très élevé parce qu’il se chiffrait à 50 milliards de francs CFA, a-t-il dit.

‘’Il fallait une loi de finance rectificative. A la place, nous avons discuté avec les opérateurs pour aboutir à une compensation financière d’environ 35 milliards (…)’’, a ajouté le ministre en charge de Télécoms, selon qui, la surtaxe sur les appels entrants n’avait qu’une finalité : ‘’Pomper l’argent des Sénégalais de l’extérieur et des sociétés opérant avec le Sénégal’’.

De ce point de vue, a poursuivi le ministre de la Communication, des Télécommunications et des TIC, cette décision prise par le chef de l’Etat, Macky Sall, ‘’a permis de soulager les Sénégalais de l’extérieur. (…) L’injustice a été réparée en allégeant la charge des Sénégalais de l’extérieur’’.

S’agissant du contentieux opposant la société privée MTL à l’Autorité de régulations des télécommunications et des postes (ARTP), le ministre a dit que cette question est directement traitée par cette dernière structure. Il a rappelé que le nouveau Directeur général de l’ARTP, Thierno Alassane Sall, ‘’a tenu un point de presse pour s’expliquer sur les tenants et les aboutissants’’ de cette affaire. ‘’C’est un dossier qui n’est pas le notre. Il serait plus judicieux d’en parler avec l’ARTP’’, a-t-il dit.

L’ancien Directeur général de l’ARTP Ndongo Diaw a été mis en examen dans le cadre de cette affaire, en même temps que Moustapha Yacine Guèye, Directeur général de MTL, suite à une plainte contre X déposée par les nouvelles autorités de l’organe de régulation.

Ils sont poursuivis pour détournement de deniers publics, complicité de détournement de deniers publics, complicité d’escroquerie sur les deniers publics et accessoirement, concussion. Mais M. Guèye a été ensuite relâché contre une caution de plus d’un milliard de francs CFA.

A propos de la 4ème licence de télécommunication, Abou Lô s’est voulu formel : ‘’Je ne pense pas pouvoir répondre à cette question. A mon niveau, ce n’est pas à l’ordre du jour’’. Il a dit que son agenda concerne notamment la modernisation des infrastructures des télécommunications, des réseaux, l’extension de la fibre optique.

(Source : APS, 12 juillet 2012)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 770 683 abonnés Internet

  • 10 512 647 abonnés 2G+3G+4G (97,60%)
  • 99 177 clés et box Internet (1,11%)
  • 138 743 abonnés ADSL (1,31%)
  • 17 952 abonnés bas débit (0,17%)
  • 2164 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 633

- Taux de pénétration des services Internet : 68,49%

(ARTP, 31 mars 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 307 736 abonnés
- 237 282 lignes résidentielles (77,11%)
- 70 363 lignes professionnelles (22,86%)
- 84 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 977 104 abonnés
- Taux de pénétration : 107,95%

(ARTP, 30 septembre 2018)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)