twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Sur requête de la banque Ouest-africaine de développement : Le Pcci vendu aux encheres

mardi 12 août 2008

La Banque ouest-africaine de développement a décidé de mettre en vente aux enchères, ce matin, l’immeuble de la société Pcci qu’elle a fait saisir depuis le mois de janvier dernier. La banque, qui a participé au financement de la société d’appels internationaux, voudrait par ce moyen, retrouver les fonds qu’elle a mis dans une entreprise qui présentait jusqu’il n’y a pas longtemps, une image florissante.

L’annonce est parue il y a plus de deux semaines dans la presse, et certains ont peut-être oublié, mais la nouvelle est suffisamment importante pour que l’on s’y arrête un moment. L’immeuble de la société Premium contact center international Sénégal, plus connue sous l’appellation Pcci-Sénégal, sera mis aux enchères ce matin, au Bloc des Madeleines. L’immeuble est mis à prix à partir de 570 millions de francs Cfa, et sera vendu au plus offrant enchérisseur.

Selon les informations que Le Quotidien a pu obtenir, c’est en règlement de la créance contractée auprès de la Banque ouest-africaine de développement que l’immeuble sera vendu, après une saisie effectuée depuis le mois de janvier dernier. D’autres informations recueillies auprès du personnel de l’entreprise, qui n’a accepté de s’exprimer que dans l’anonymat, indique que la banque avait fortement contribué au financement du capital de l’entreprise. Pcci a été souvent présenté comme le porte-étendard des bienfaits de la mondialisation au Sénégal. Avec le développement de Nouvelles technologies de la communication, cette entreprise gérait les services clientèle de plusieurs sociétés basées en Europe. Ses performances étaient telles qu’elle fonctionnait avec une équipe de 1 500 téléacteurs. Et la direction envisageait, avant que les affaires ne prennent une autre tournure, de porter le chiffre à 3 000 agents. A l’époque, la direction ne s’empêchait pas de clamer partout les performances de la société. Il faut dire que le créneau des call centers était si porteur que d’autres petites boîtes sont nées dans le sillage de Pcci. Qu’est-ce qui peut expliquer que l’un des créanciers en vienne aujourd’hui à mettre en vente l’imposant immeuble de Mermoz ?

Le Quotidien n’a pu entrer en contact avec les conseils de la banque, faute d’avoir leur adresse. Et auprès de la société, c’est la loi du silence qui règne. Le chargé de la communication, M. Alioune Badara Niang, est tout simplement injoignable. Son téléphone est toujours, à toute heure, sur boîte vocale. Une boîte personnalisée où une belle voix de femme anône un message préenregistré. On a beau lui laisser des messages, il ne répond jamais, contrairement à ce qu’affirme le message de sa boîte vocale. Ses numéros de services non plus ne sont pas fonctionnels, parce qu’on ne l’y trouve jamais. Même en passant par le standard, c’est peine perdue. Bref, tous nos efforts pour avoir un interlocuteur de la boîte au bout du fil sont restés vains.

Par contre, le petit personnel, lui, ne se gène pas pour répandre ses lamentations. Une dame, qui est montée jusqu’au poste de superviseur, se plaint de ce que depuis quelques années, la sécurité de l’emploi n’est plus garantie dans la société : « De plus en plus, on voit des gens renvoyés après avoir rempli deux Cdd (contrats à durée déterminée, Ndlr). On leur miroite la possibilité de les reprendre après quelque temps, mais ils ne reviennent plus jamais. D’autres sont parfois accusés de fautes imaginaires, juste pour que l’on trouve un motif de renvoi. Mais pour beaucoup d’entre nous, nous avons compris que la société n’a plus assez d’argent pour faire de nouvelles embauches. » Cette hypothèse du manque d’argent est, toutefois, difficile à comprendre, pour une société dont il y a deux ans, certains responsables se vantaient de réaliser plus de 250 millions de chiffre d’affaires, et une trentaine de millions de bénéfices. Un autre ancien superviseur, parti il y a un semestre environ, affirme que rien qu’avec son équipe de « conseillers commerciaux », il rapportait plus de 50 millions de francs par jour à la société.

Ce qui pousse certains observateurs à penser que les dirigeants ont peut-être orienté les bénéfices de la société dans d’autres affaires qu’ils posséderaient ailleurs. « A moins qu’ils ne se soient engagés dans une entreprise de dilapidation tous azimuts. Quoi qu’il en soit, la situation actuelle est tout simplement incompréhensible », s’inquiètent d’autres observateurs. Peut-être qu’à la suite de l’opération de vente lancée par la Boad aujourd’hui, on en saura un peu plus.

Mohamed Guèye

(Source : Le Quotidien, 12 aout 2008)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)