twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Sur le web, un laboratoire des sciences de la vie et de la terre

jeudi 24 juillet 2003

Pour M. Abdourahmane Mbengue, inspecteur d’enseignement secondaire en sciences de la vie et de la terre et spécialiste en TICE (Technologies de information et de la communication dans l’enseignement) que nous avons rencontré quelques jours avant la réunion du Conseil national d’orientation du Campus numérique francophone, il n’y a aucun doute : les Nouvelles technologies doivent être au centre des projets éducatifs. Depuis qu’il a obtenu son DESS UTICEF, le diplôme de troisième cycle en TICE délivré par l’université Louis Pasteur, en partenariat avec des établissements supérieurs africains, M. Mbengue s’emploie, en pionnier passionné, à créer des contenus éducatifs.

Récemment, le 4 juin, le site d’informations sur l’enseignement à distance, Thot Cursus (http://www.thot.cursus.edu) a présenté sa plate-forme de formation des professeurs aux pratiques expérimentales dans les sciences de la vie et de la terre (http://www.refer.sn/svt/experimentations/). Selon M. Mbengue, qui a expliqué cette plate-forme à la réunion du Conseil national d’orientation du Campus numérique, celle-ci a été conçue essentiellement " pour venir en aide aux vacataires, aux contractuels et aux professeurs débutants ", parce que ces catégories d’enseignants n’ont souvent aucune expérience, ou si peu, en matière d’enseignement. vacataires et contractuels ne bénéficient, dit-il, que de quatre semaines de formation pédagogique à l’Ecole normale supérieure. Flanqué de cette courte "expérience", ils sont comme jetés en pâture aux élèves. L’objectif de M. Mbengue est de leur donner des outils complémentaires pour une meilleure conduite de leurs classes.

Si les sciences de la vie et de la terre constituent une matière où l’expérimentation est primordiale, dans la plupart des établissements du Sénégal, explique l’inspecteur d’enseignement, cette expérimentation demeure inexistante parce que " les laboratoires coûtent cher à mettre en place et, lorsqu’ils existent, sont chers à entretenir ".

Face à cette réalité, les Nouvelles technologies peuvent apporter un début de solution. Le cours de l’inspecteur Mbengue comprend six modules (Organisation de la cellule, échanges cellulaires, division cellulaire, digestion, respiration, fermentation) - qui seront progressivement complétés - dont chacun intègre l’explication de la conduite d’expérimentations simples pouvant s’exécuter en classe et faisant partie des programmes du secondaire.

La plate-forme comprend aussi, notamment pour l’auto-formation des élèves, des tests et autres QCM (questions à choix multiples). À l’intention des professeurs, elle propose un espace Intranet qui permet de bénéficier d’une formation complémentaire et d’avoir accès à d’autres ressources. Divers outils de communication habillent cet espace : email, chat, forum de discussion, possibilité de travailler en commun sur un document. Comme dans beaucoup de systèmes d’enseignement à distance, les apprenants peuvent être encadrés par un " tuteur ".

Pour M. Mbengue, le moment est venu de " développer la culture numérique chez les enseignants, voire chez les élèves ". Une telle démarche, en offrant " beaucoup de raccourcis ", ouvre la voie à des solutions alternatives aux problèmes de l’éducation. En sciences de la vie et de la terre, martèle encore M. Mbengue, " on ne doit pas se limiter à des cours théoriques comme dans d’autres matières, il faut mettre l’accent sur les expériences ".

Si dans sa version actuelle, la plate-forme n’est illustrée que par des images fixes, son concepteur pense déjà à une version ultérieure qui intègrera des simulations animées.

À l’avenir, ce pionnier volontaire, qui développe aussi un site pour la formation des inspecteurs d’enseignement, espère convaincre les autorités (ministère de l’Éducation) de la pertinence d’un tel schéma afin qu’elles s’impliquent de manière plus conséquente dans ces nouveaux outils pédagogiques.

Alain-Just Coly

(Source : Le Soleil 24 juillet 2003)

Post-Scriptum

Voir aussi :

- Les multiples visages du Campus numérique francophone
- Une nouvelle manière de publier des revues scientifiques électroniques
- Académie Cisco, incubateurs d’entreprises... Tout n’a pas fonctionné comme prévu
- Plates-formes et revues électroniques : L’Internet au secours de l’éducation

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)