twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Suite de la polémique sur la gestion des télécoms au Sénégal : Me Wade envisagerait de nationaliser la Sonatel en 2016

vendredi 20 août 2010

Encore une autre polémique concernant Sonatel ! Alors que la guéguerre autour de la cession à la société privée Global Voice Group de la gestion des appels entrants au Sénégal bat son plein, le président Abdoulaye Wade ouvre un autre front.

D’après l’édition de ce jeudi du magazine « La Gazette », Me Wade aurait confié à des responsables syndicaux de Sonatel, reçus en audience au Palais il y a quelques jours, qu’il envisagerait de nationaliser la société de télécoms en 2016. Le chef de l’Etat sénégalais aurait promis d’adresser dans ce sens une lettre à son homologue français Nicolas Sarkozy. Principale visée par cette annonce, France Télécom, qui détient 42 % des actions de Sonatel, contre 17 % pour l’Etat du Sénégal, 5 % pour les travailleurs et anciens salariés, et 26 % d’action flottantes. Wade considérerait la présence de la société française au Sénégal comme un vestige de la colonisation.

Cette déclaration paraît curieuse rapportée à la tentative, en mai-avril 2009, de l’Etat du Sénégal de céder 9,9 % de ses parts à la multinationale française. Cela a avorté suite à une forte opposition des travailleurs de Sonatel soutenus par de larges pans de la société sénégalaise. Qu’est-ce qui a changé entre temps pour faire tourner casaque Me Wade ? Le pouvoir soupçonnerait France Télécom d’être derrière la fronde des travailleurs de Sonatels contre le contrat accordé à Global Voice. D’ailleurs, des associations de consommateurs, accusées de faire le jeu du pouvoir, ont accusé l’entreprise française d’influencer les agents de Sonatel.

En tous les cas, s’il s’avère que Wade a tenu de tels propos, ce serait catastrophique pour l’image du Sénégal ; ce serait contraire à la politique de charme du gouvernement pour attirer les investissements directes étrangers (Ide). Un autre coup de Jarnac préjudiciable au climat des affaires au Sénégal, déjà mal classé par différents instruments de mesures en l’espèce de la Banque mondiale, du Fonds monétaire international (Fmi), entre autres.

(Source : Sen24heures, 19 août 2010)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 154 400 abonnés Internet

  • 14 826 621 abonnés 2G+3G+4G (98,76%)
    • 2G : 22,99%
    • 3G : 41,61%
    • 4G : 35,40%
  • 186 225 abonnés ADSL/Fibre (1,24%)
  • 139 205 clés et box Internet (0,90% )
  • 2 349 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,20%
  • Internet mobile : 98,80%

- Liaisons louées : 4 019

- Taux de pénétration des services Internet : 90,71%

(ARTP, 31 mars 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 236 763 abonnés
- 195 398 résidentiels (82,53%)
- 41 365 professionnels (17,47%)
- Taux de pénétration : 1, 41%

(ARTP, 31 mars 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 420 501 abonnés
- Taux de pénétration : 116,25%

(ARTP, 31 mars 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)