twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Sudes/ESR

lundi 20 avril 2020

La crise sanitaire liée à la Covid-19 est en train de chambouler l’année universitaire. Pour minimiser le retard accusé, les enseignants du supérieur veulent maintenir la continuité des apprentissages, grâce au numérique. Seulement, semble-t-il, le secteur n’est pas assez outillé pour basculer vers le digital. Préoccupée par cette situation, la section supérieure et recherche du Syndicat unitaire et démocratique de l’enseignement du Sénégal (Sudes/ESR) interpelle les autorités sur les risques d’imposer l’enseignement à distance comme alternative sans prendre en compte certains facteurs comme l’accessibilité du net pour les étudiants.

En réunion par visioconférence ce samedi, le Bureau exécutif national du Sudes/ESR a procédé à un diagnostic de la situation universitaire actuelle pour voir quelle stratégie mettre en place pour sauver l’année académique. ‘’Le syndicat trouve heureux que les autorités universitaires et gouvernementales aient pensé, à la suite des enseignants-chercheurs, à une continuité pédagogique en mode numérique et/ou à distance. Le Sudes/ESR considère cependant que même si un tel palliatif est important, il ne faut pas perdre de vue un certain nombre de limites objectives inhérentes à ce mode d’enseignement et au pays dans lequel nous nous trouvons’’, indiquent les enseignants à travers leur communiqué d’après réunion.

Pour le Sudes/ESR, les limites de la solution de l’enseignement à distance sont liées au problème d’accessibilité du numérique à tous les étudiants. ‘’Disséminés dans toutes les zones les plus reculées de notre pays, certains de nos étudiants n’ont tout simplement pas un accès suffisant à l’électricité et à Internet pour que l’égalité de tous devant le service public de l’enseignement supérieur soit assuré par un modèle exclusivement basé sur la formation à distance’’, indiquent les enseignants chercheurs.

...Le fait que beaucoup d’étudiants, notamment ‘’ceux des premières années, ne disposent toujours pas d’ordinateurs personnels, ni de smartphones performants leur permettant de bénéficier pleinement de la continuité pédagogique’’, pose également un vrai problème pour l’enseignement à distance. S’y ajoute le déficit d’enseignants dans les universités publiques qui fait qu’il est impossible de réaliser un encadrement rapproché des étudiants de niveau Licence, de sorte à assurer leur succès. Aussi, indique-t-on, dans certaines universités, comme celle de Ziguinchor, les étudiants de première année n’avaient pas encore commencé à recevoir les enseignements.

‘’Nous saluons les efforts consentis par les collègues et les étudiants pour assurer la continuité pédagogique, singulièrement en Master. Nous sommes toutefois extrêmement inquiets quant au sort de l’année universitaire dans certaines de nos universités publiques. Nous préconisons, au sortir de cette crise, un examen au cas par cas de la viabilité de l’année universitaire selon les institutions et les niveaux. Nous espérons aussi qu’au sortir de cette crise, le gouvernement accompagnera enfin les universités publiques pour qu’elles disposent de personnels suffisants et réalisent pleinement la directive issue de la Cnaes, selon laquelle les Tic devaient être mises au cœur de la formation’’, espère le SG du Sudes/ESR, Mamadou Dia.

(Source : [Enquête>http://www.enqueteplus.com/], 20 avril 2020)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 13 529 883 abonnés Internet

  • 13 251 404 abonnés 2G+3G+4G (97,95%)
    • 2G : 28,14%
    • 3G : 49,01%
    • 4G : 22,05%
  • 117 023 clés et box Internet (0,86%)
  • 158 130 abonnés ADSL/Fibre (1,19%)
  • 3 325 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,19%
  • Internet mobile : 98,81%

- Liaisons louées : 22 456

- Taux de pénétration des services Internet : 83,47%

(ARTP, 31 mars 2020)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 211 026 abonnés
- 169 128 lignes résidentielles (80,15%)
- 41 898 lignes professionnelles (19,85%)
- Taux de pénétration : 1,30%

(ARTP, 31 mars 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 948 492 abonnés
- Taux de pénétration : 110,73%

(ARTP, 31 mars 2020)

FACEBOOK

- 3 408 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 20,4%

(Facebook, Décembre 2019)