twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Sonatel - L’Intersyndicale et le passage à Orange : Une satisfaction au goût amer

samedi 20 mai 2006

Si les dirigeants de l’Intersyndicale n’ont rien pu faire pour empêcher le Conseil d’administration de la Sonatel de décider de la mutation de l’Alizé rouge pour le carré Orange, ils se félicitent néanmoins d’avoir obtenu un compromis : « Nous sommes parvenu, explique Ibrahima Kanté du Syts, à faire en sorte que France Telecom paie tous les coûts afférents à la campagne de communication dans et hors du Sénégal, pour 2006 et 2007 : environ deux milliards de francs Cfa. »

« Ce compromis unique dans les annales du groupe » ne convient cependant pas totalement aux représentants des salariés de l’opérateur en téléphonie. En effet, les syndicats dénoncent les conditions de France Telecom, en ce qui concerne les taxes, fixées à hauteur de 1,6% du chiffre d’affaires de la société, soit quasiment 1,6 milliard de francs Cfa, requises par l’entreprise française pour avoir le droit d’emprunter le nom d’Orange. « Nous n’avons pas à payer ces droits, car nous ne sommes pas une entreprise moribonde qui a besoin de France Telecom », explique Kabou Guèye, le président de la Sntpt. « Au contraire, ajoute-t-il, quand Zidane porte un maillot on le paye pour le porter. »

La bonne santé de l’entreprise de téléphonie, « connaissant une croissance à deux chiffres », a d’ailleurs été à plusieurs reprises, évoquée au cours du point de presse. « Nous avons la chance de posséder une entreprise qui marche bien, clame Ibrahima Konté, et nous nous devons de défendre le label Sonatel face à l’impérialisme des décisions françaises. » Une croyance en leur entreprise et une volonté de lutter contre les impositions de France Telecom qui pousse aussi les syndicats à revendiquer la renégociation des « managements fees ». Une taxe annuelle représentant encore 1,6% du chiffre d’affaires, couvrant les frais d’assistances prodigués par France Telecom en ce qui concerne le marketing et branche mobile, que les syndicats jugent peu efficiente. « Aujourd’hui, nous avons d’énormes capacités dans ces domaines. Les responsables des deux branches en cause sont sénégalais », avance Kabou Guèye.

Au fond, c’est France Telecom et son action générale qui sont remises en cause. « Le bilan de notre col-laboration avec France Telecom est négatif. Les baisses de tarifs se font toujours à l’international, par exemple, et nous avons sans cesse des problèmes avec les équipements que l’on nous impose », explique Kabou Guèye. Et, insistant sur l’indépendance de l’entreprise dans le capital de laquelle France Telecom n’est pas majoritaire, il profite de ce point de presse pour en appeler l’Etat, mais aussi des consommateurs sommés de ne pas abandonner leur « opérateur historique », à un « patriotisme d’entreprise ». Ainsi, si les représentants du personnel démontrent une certaine reconnaissance envers les pouvoirs publics et l’administrateur pour avoir fait, en quelque sorte, plier France Telecom, le changement de façade est difficile à avaler. « Nous pensons que c’est une erreur de changer de marque alors que nous sommes en pleine croissance et que les Sénégalais s’étaient habitués à Alizé », déclare Ibrahima Kanté. Cependant, ajoute M. Guèye « sur de telles réformes qui ne mettent pas en jeu notre pouvoir d’achat, nous laissons la décision à Cheikh Tidiane Mbaye ». Même si, déplore-t-il, « c’est la première fois que la Sonatel fait passer une réforme sans ses travailleurs ».

Régis CROIZER

(Source : Le Quotidien, 20 mai 2006)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 770 683 abonnés Internet

  • 10 512 647 abonnés 2G+3G+4G (97,60%)
  • 99 177 clés et box Internet (1,11%)
  • 138 743 abonnés ADSL (1,31%)
  • 17 952 abonnés bas débit (0,17%)
  • 2164 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 633

- Taux de pénétration des services Internet : 68,49%

(ARTP, 31 mars 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 307 736 abonnés
- 237 282 lignes résidentielles (77,11%)
- 70 363 lignes professionnelles (22,86%)
- 84 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 977 104 abonnés
- Taux de pénétration : 107,95%

(ARTP, 30 septembre 2018)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)