twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Société africaine de l’information : les experts prônent l’implication de la recherche universitaire

mercredi 22 septembre 2004

Le ministre de l’Information, Mamadou Diop Decroix a annoncé à l’ouverture de l’atelier sur « Les politiques internationales des Tic » que l’Etat du Sénégal va lancer un fonds d’investissement et de promotion des Ntic de 150 millions.

Les avoirs du Fonds de solidarité numérique, qui sera installé en novembre prochain à Genève, sont estimés à 3 milliards. Mais pour les experts en Ntic, les décideurs africains doivent d’abord s’ouvrir à la recherche universitaire pour mieux participer à la construction de la société de l’information.

En général, les délégations africaines, qui participent aux rencontres internationales, se présentent avec plus de membres du gouvernement et autres représentants du corps diplomatique qu’avec des experts sur les questions, objets des rencontres. Pour David Souter, consultant du programme Catia (initié par le gouvernement britannique pour dynamiser l’accès aux Ntic) si une telle approche prospère, il sera difficile pour les Africains d’arriver à renforcer les capacités de leurs experts évoluant dans le domaine des nouvelles technologies. S’inspirant des conclusions de l’étude effectuée par un groupe anglais qui porte sur l’organisation des télécommunications dans le monde, David Souter estime que les enjeux complexes des discussions à l’échelle mondiale font que cette stratégie doit être revue.

L’atelier sur « les politiques internationales des Tic », initié par l’Institut Panos Afrique de l’Ouest (Ipao) dont les travaux se sont déroulés les 20 et 21 septembre dernier à Mbodiène, a justement permis aux experts africains de faire des propositions concrètes pouvant aider les décideurs du continent à mieux participer à la définition de la société de l’information. Les experts ont, lors de leurs travaux marquant l’ouverture de l’atelier, souligné que l’une des grandes faiblesses de l’Afrique au niveau des instances internationales, est le divorce entre l’enseignement supérieur et les recherches. A leur avis, dans nos universités et autres centres de recherches, il y a des ressources humaines importantes qui doivent être sollicitées dans la construction de la société de l’information. Aujourd’hui, il s’agit également pour les décideurs de trouver des consensus autour des questions (restées en suspens au niveau de la sous région ouest africaine) sur la propriété intellectuelle et sur le financement de la société de l’information. Mieux, à l’image de certains acteurs du secteur de l’économie, qui ont mis en place l’Organisation pour l’harmonisation du droit des affaires (Ohada) les experts en technologies de l’information et de la communication ont agité l’idée de « créer une Ohada pour les Ntics » pour mieux élaborer la réflexion. Aussi, selon eux, les décideurs doivent initier des concertations au plus haut niveau pour mettre l’accent sur la contribution des institutions régionales, notamment l’Uemoa et la Cedeao.

Autre obstacle noté par les experts, c’est la faiblesse des activités de lobbying au niveau du secteur public mais également le manque d’un système d’information fiable. La conséquence est que certaines conclusions issues de rencontres internationales ne sont pas mises en oeuvre parce qu’elles sont peu ou mal vulgarisées.

Mbagnick Ngom

(Source : Wal fajri 22 septembre 2004)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

153 153 153 144 144 144 238 238 238 168 168 168 145 145 145 170 170 170 171 171 171 160 160 160 172 172 172 173 173 173 154 154 154 174 174 174 226 226 226 155 155 155 176 176 176 177 177 177 237 237 237 250 250 250 241 241 241 157 157 157 178 178 178 180 180 180 259 259 259 181 181 181 159 159 159 248 248 248 183 183 183 239 239 239 256 256 256 185 185 185 162 162 162 186 186 186 187 187 187 191 191 191 192 192 192 234 234 234 194 194 194 195 195 195 196 196 196 197 197 197 198 198 198 199 199 199 229 229 229 233 233 233 202 202 202 228 228 228 204 204 204 232 232 232 206 206 206 253 253 253 208 208 208 209 209 209 210 210 210 211 211 211 212 212 212 213 213 213 214 214 214 254 254 254 217 217 217 218 218 218 249 249 249 219 219 219 220 220 220 230 230 230 222 222 222 252 252 252 255 255 255 242 242 242 243 243 243 244 244 244 245 245 245 246 246 246 258 258 258 260 260 260 261 261 261 263 263 263 48 48 48 61 61 61 59 59 59 12 12 12 11 11 11 70 70 70 53 53 53 127 127 127 132 132 132 75 75 75 123 123 123 15 15 15 52 52 52 110 110 110 49 49 49 14 14 14 28 28 28 13 13 13 73 73 73 164 164 164 77 77 77 112 112 112 113 113 113 18 18 18 102 102 102 105 105 105 78 78 78 119 119 119 65 65 65 47 47 47 16 16 16 120 120 120 90 90 90 133 133 133 81 81 81 116 116 116 20 20 20 135 135 135 136 136 136 137 137 137 21 21 21 129 129 129 35 35 35 22 22 22 67 67 67 7 7 7 79 79 79 69 69 69 108 108 108 84 84 84 87 87 87 96 96 96 23 23 23 25 25 25 106 106 106 82 82 82 32 32 32 76 76 76 72 72 72 115 115 115 26 26 26 104 104 104 29 29 29 58 58 58 30 30 30 46 46 46 31 31 31 62 62 62 88 88 88 55 55 55 101 101 101 86 86 86 10 10 10 80 80 80 114 114 114 92 92 92 100 100 100 85 85 85 36 36 36 125 125 125 37 37 37 38 38 38 109 109 109 74 74 74 51 51 51 50 50 50 39 39 39 83 83 83 40 40 40 66 66 66 68 68 68 93 93 93 99 99 99 60 60 60 57 57 57 24 24 24 41 41 41 42 42 42 134 134 134 19 19 19 43 43 43 111 111 111 17 17 17 117 117 117 97 97 97 94 94 94 54 54 54 71 71 71 122 122 122 33 33 33 56 56 56 131 131 131 98 98 98 34 34 34 89 89 89 91 91 91 45 45 45 107 107 107

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 13 529 883 abonnés Internet

  • 13 251 404 abonnés 2G+3G+4G (97,95%)
    • 2G : 28,14%
    • 3G : 49,01%
    • 4G : 22,05%
  • 117 023 clés et box Internet (0,86%)
  • 158 130 abonnés ADSL/Fibre (1,19%)
  • 3 325 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,19%
  • Internet mobile : 98,81%

- Liaisons louées : 22 456

- Taux de pénétration des services Internet : 83,47%

(ARTP, 31 mars 2020)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 211 026 abonnés
- 169 128 lignes résidentielles (80,15%)
- 41 898 lignes professionnelles (19,85%)
- Taux de pénétration : 1,30%

(ARTP, 31 mars 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 948 492 abonnés
- Taux de pénétration : 110,73%

(ARTP, 31 mars 2020)

FACEBOOK

- 3 408 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 20,4%

(Facebook, Décembre 2019)