twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Site Web « Vos démarches administratives » : Un nouvel outil pour la bonne gouvernance

mercredi 12 juillet 2006

La Française Jocelyn Pierre est juriste, économiste et sociologue de formation. Elle travaille depuis une dizaine d’années sur les usages de l’Internet et sur la construction des contenus. Elle a justement participé comme un personnage de premier plan, en tant que conseiller technique et webmaster à l’Adie (Agence de l’informatique de l’Etat), à la conception du nouveau portail web « vos démarches administratives » (http://www.demarches.gouv.sn) annoncé par le président de la République, Me Abdoulaye Wade, lors de son discours à la Nation le 3 avril dernier. Ce site web est fonctionnel, il est désormais utilisé par les citoyens depuis sa mise en ligne au mois de mai dernier.

Les réactions sur ce nouveau site sont généralement enthousiastes, parfois assez critiques pour permettre d’envisager les améliorations nécessaires.

En effet, lors de notre entretien, Mme Jocelyn Pierre nous indiquait qu’il était possible d’avoir les informations et procédures concernant une centaine de démarches administratives. En considérant le court terme, les prévisions de cette année sont d’atteindre 250 démarches administratives disponibles dans le site. A long terme, il faudra cibler quelque 400 démarches administratives à présenter aux citoyens à travers ce site et après l’agrément des ministères eux-mêmes.

C’est dire que le travail déjà enclenché va se poursuivre, ne serait-ce que pour la mise à jour des données. D’ores et déjà, on peut faire de nombreuses démarches et s’informer utilement à ce guichet unique que propose le site des démarches administratives.

En nous racontant cette palpitante aventure, Jocelyn Pierre explique qu’il y a eu au départ deux chantiers.

En 2003, il y a eu la conception du site web « vos démarches administratives » avec le coopération française, en 2004 il y a eu le démarrage d’un chantier des sites web ministériels qui était à l’époque totalement déconnecté du portail « vos démarches administratives ».

« J‘ai participé aux deux chantiers pilotés par l’Adie, mais en terme propédeutique, le chantier des sites web ministériel a été une étape très importante d’apprentissage dans le chantier du site des démarches administratives.

Pour nous administration de l’Informatique, pour apprendre à travailler avec les ministères sur des chantiers informatiques, en particuliers des chantiers web, c’est-à-dire ouvert au grand public, et d’autres part, un véritable apprentissage pour les ministères, pour introduire en leur sein cet outil médiatique qu’est le site web, avec ses contraintes particulières comme la transparence et la modernisation de l’Etat ».

Seule française dans le projet, Jocelyn Pierre a travaillé avec plusieurs personnalités de premier plan en matière de Tic pour la conception de ce site.

Il y avait Tidjane Seck, qui était déjà le directeur de l’Informatique de l’Etat et Malick Ndiaye, qui était le conseiller en Nouvelles technologies du Premier ministre. Il faut y adjoindre l’attaché audiovisuel de l’ambassade de France.

Avez-vous eu un modèle pour la conception de ce site ?

« J’ai fait un large « benchmarking » des sites existants dans le monde ; en clair, j’ai regardé l’existant pour voir ce qui était bien et ce qui ne l’était pas. La réalité du paysage tel qu’il était en 2003 », il y a avait un site qui nous a servi d’exemple, il s’appelle « service-public .fr » ; c’est un site français équivalent de celui-là avec lequel nous avons beaucoup travaillé après et il est assez impressionnant », raconte Jocelyn Pierre .

« Il existe dans le monde quelques sites de haute qualité qui ont le même objectif, c’est-à-dire de donner des informations uniquement sur les démarches administratives, mais la plupart de ces sites sont en fait des portails, c’est-à-dire qu’ils n’ont pas véritablement de contenu propre, si ce n’est l’arborescence qui permet de naviguer sur le portail » .

Au début 2005, il y a eu la phase de réalisation du projet. Il a été précédé d’un appel d’offres avec trois lots : la réalisation de la partie informatique, modèle conceptuel de données, le site web public, mais aussi l’interface privée d’administration du site qui est bien réussie, selon Jocelyn. Il y avait ensuite un lot pour la collecte de données et un autre pour la rédaction des contenus, ces deux lots ont été réalisés par un seul prestataire qui était l’Ecole des Bibliothécaires, archivistes et documentalistes.

Le dernier acteur de cette chaîne de réalisation du site, c’est le réseau des correspondants. Il a été constitué après des correspondances adressées aux ministères.

Le correspondant, un interface obligatoire

L’Adie a fait le choix de ces correspondants qui sont souvent des documentalistes ou archivistes, ils ont généralement une position très centrale, explique Jocelyn Pierre.

« Le correspondant est notre interface obligatoire dans nos relations avec les ministères, l’ensemble des informations mises dans le site nous ont été données par les ministères, ils ont procédé aux corrections nécessaires et les informations ont été validées par les ministres ; aujourd’hui encore, ils nous donnent les informations qui nous permettent une mise à jour ».

Il faudrait ainsi terminer le travail avec les ministères, ils sont une douzaine de ministères actuellement .

« Notre objectif est d’arriver à 250 démarches d’ici la fin de l’année 2006 . Après cela dépendra du rythme de travail des correspondants et des équipes ; il faudrait que de plus en plus des ministères arrivent à rejoindre le projet », souhaite Jocelyn Pierre.

« Dans la deuxième phase, qui commence, on a prévu d’inclure deux nouveaux ministères ; le premier critère pour inclure les ministères, c’est en fait la motivation du ministère lui-même. Je ne vous cache pas que ce travail est à la fois un travail de fourmi et de Titan ».

La fréquentation du site ?

« Nous n’avons pas encore installé le logiciel de statistique sur le serveur de l’Adie, mais c’est un projet à très court terme ; ce sera fait dans les jours qui viennent. Par contre, là où on a une bonne idée de la fréquentation, c’est que nous recevons depuis le démarrage de la mise en ligne, de nombreux courrier des internautes et qui sont variables dans leur contenu ; en tous cas, ils sont très nombreux.

Il y a des questions très intéressante concernant des démarches qui sont déjà en ligne, mais l’internaute nous demande d’aller plus loin dans l’explication. Pour nous, ce sont les questions qui nous intéressent le plus ; nous n’avons aucune compétence institutionnelle pour répondre à ces questions-là, nous les renvoyons à notre correspondant du ministère pour réaction et ensuite, c’est à chaque ministère de juger l’instruction de la question posée.

Quels rapports vont se développer entre les populations et le site web des démarches ?

Pour Jocelyn Pierre, il faut compter sur le rôle que pourront jouer les différents intermédiaires entre les populations et les concepteurs du site.

Les intermédiaires peuvent ainsi être des privés qui sont à la fois des gérants de cybercentre, d’association ou d’Ong ; cela peut être au niveau familial ; en fait, il y a tout un lot d’intermédiaires privés, du plus particulier au plus commercial.

« J’espère aussi que vont se développer des usages au niveau de l’administration et que les agents publics eux-même vont être de gros utilisateurs de ce site, d’abord pour leur propre besoin (télécharger un formulaire, consulter des textes législatifs, etc.) ensuite pour servir d’intermédiaires vers les populations ».

Par ailleurs, souligne Jocelyn Pierre, le directeur de l’Adie a demandé une aide à un bailleur de fonds, afin que soit mis en place des services d’accueil à l’intérieur de chaque bâtiment administratif. Il s’agit d’utiliser le site web comme une ressource pour accueillir des usagers et leur donner des informations sur diverses démarches administratives.

« L’utilité de ce site, il ne faut pas le négliger, c’est la dynamique que ce travail a introduit dans l’administration sénégalaise, au point de vue de la transparence que les agents publics doivent vis-à-vis des usagers ». Le web doit servir à simplifier, faciliter, rendre plus transparente les relations entre le citoyen et l’agent qui va le recevoir. Grâce au web, l’un et l’autre disposera de plus d’informations et d’informations plus fiables, qui rendront leurs relations plus simples et plus efficaces.

« L’objectif n’est pas du tout d’éloigner les citoyens des agents publics ; au contraire, le site des démarches administratives simplifie la vie des citoyens et des agents ».

Utilisation des formulaires téléchargés ?

« La loi est claire sur ce sujet, rien n’interdit d’utiliser les formulaires qui sont dans ce site. Une administration qui s’y oppose a la loi contre elle. Par ailleurs, les formulaires qui sont dans ce site nous ont tous été fournis un à un par les services compétents des ministères. Ce que je peux dire, l’expérience a montré dans d’autres pays qu’il y a eu un peu de résistance des agents publics au début et cela a parfois pris du temps et parfois l’obligation de prendre des textes juridiques qui étaient redondant par rapport à ce qui existait déjà ; il se peut qu’il y ait des difficultés, mais je pense qu’elles seront aplanies avec le temps ».

JEAN PIRES

(Source : Le Soleil, 12 juillet 2006)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 770 683 abonnés Internet

  • 10 512 647 abonnés 2G+3G+4G (97,60%)
  • 99 177 clés et box Internet (1,11%)
  • 138 743 abonnés ADSL (1,31%)
  • 17 952 abonnés bas débit (0,17%)
  • 2164 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 633

- Taux de pénétration des services Internet : 68,49%

(ARTP, 31 mars 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 307 736 abonnés
- 237 282 lignes résidentielles (77,11%)
- 70 363 lignes professionnelles (22,86%)
- 84 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 977 104 abonnés
- Taux de pénétration : 107,95%

(ARTP, 30 septembre 2018)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)