twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Sénégalaise tuée par son beau-fils à Annecy : Safiétou Diédhiou avait connu son mari français par Internet

jeudi 16 octobre 2008

Ne pas donner en mariage sa fille au premier venu. Surtout si la rencontre s’est faite sur Internet avec des Occidentaux. C’est le conseil que le Consul du Sénégal à Lyon, Cheikh Sadibou Diallo, donne aux parents et autres compatriotes. Et ce, quelques semaines après le drame d’Annecy, qui a emporté la Sénégalaise Safiétou Diédhiou.

(Correspondant permanent à Paris) - L’histoire de Safiétou Diédhiou est triste à raconter. Elle a été assassinée le 18 août dernier par le fils de son mari. L’assassin lui a tirée une balle. La raison ? Il digérait mal la Sénégalaise qui a eu l’outrecuidance de se marier avec son père. Les deux tourtereaux se sont connus sur Internet. Par le biais certainement des sites de rencontres. Et l’amour (aveugle ?) fera le reste. Entre les deux amoureux, il y a 34 ans de différence. La fille était âgée de 24 ans, son conjoint, un Français de couleur blanche, de 58 ans !

Mais après plusieurs conversations sur la toile, le Français ramasse ses cliques et ses claques et débarque à Dakar. Pour demander la main de Safiétou Diédhiou, originaire de Pikine. A cause certainement du mirage de l’Europe, la fille succombe. Et la famille fera le reste. Le mariage est célébré. Le visa de la jeune fille sénégalaise obtenu par son mari français, ils s’envolent tous les deux à Annecy, à deux heures de voiture de Lyon. Mais le mari est un divorcé qui a déjà des enfants. L’un d’eux ne portait pas Safiétou dans son cœur. Pourquoi ? A cause de la différence d’âge entre le père et Safiétou ? Du racisme primaire ? L’assassin a-t-il mal pris la séparation de ses parents ? Ou est-ce à cause de la grossesse de cinq mois que portait Safiétou ? On ne le sait pas. Mais en tous les cas, ce 18 août, le fils du mari de Safiétou dégaina son arme contre sa belle-mère et le drame survint.

Mis au courant, le Consul du Sénégal à Lyon, Cheikh Sadibou Diallo, se démène comme un diable pour savoir ce qui s’est passé. Le diplomate sénégalais demande et obtient une audience avec le procureur de la République d’Annecy qui avait ‘confisqué’ le corps de la victime pour les besoins de l’enquête. Le Consul s’enquiert des faits et engage la bataille juridique. Il demande la requalification des faits parce que l’auteur du crime, qui croupit en prison, avait bien l’intention de donner la mort. Ce qui n’avait pas été pris en compte dans la formulation des chefs d’accusation. Cheikh Sadibou Diallo obtient gain de cause après plusieurs aller-retours entre Lyon et Annecy. Il reste le lieu de l’enterrement. Le Consul du Sénégal à Lyon s’est opposé à son enterrement à la va-vite à Annecy. Il voulait que l’inhumation se fasse au Sénégal avec le consentement de l’oncle de la défunte, Charles Badiane qui habite en Bretagne. Après les différentes autopsies, le procureur d’Annecy libère le corps le 7 septembre 2008. Ce qui a permis au Consul et à Charles Badiane de l’évacuer le 11 septembre dernier.

Cinq jours après l’évacuation du corps de Safiétou Diédhiou à Dakar, le Consul du Sénégal à Lyon invite les Sénégalais à tirer des leçons de ce drame. ‘Je demande aux Sénégalais de ne pas donner en mariage leur fille au premier venu. Surtout si la rencontre s’est faite sur Internet avec des occidentaux. Généralement, les gens pensent qu’en donnant leur fille en mariage à un Occidental, ils offrent ainsi du bonheur à leur fille. Mais ces filles deviennent simplement des bonnes à tout faire quand elles arrivent en Europe. Cette affaire doit servir d’exemple et de leçon’, plaide Cheikh Sadibou Diallo qui promet de se battre pour que le procès se tienne et que l’assassin soit condamné. Pour cela, il a engagé un avocat.

Moustapha Barry

(Source : Wal Fadjri, 16 octobre 2008)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)