twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Sénégal : identifier les abonnés mobiles pour lutter contre le terrorisme

mercredi 26 octobre 2016

Les Sénégalais et les étrangers résidant au Sénégal ont jusqu’au 10 novembre pour faire identifier leur carte SIM, une mesure prise par l’Etat pour des raisons de sécurité et de lutte contre le terrorisme. Toutes les cartes SIM attribuées à des abonnés non identifiés seront résiliées dès le 11 novembre. Les abonnés n’ont plus que deux semaines pour présenter la preuve de leur identité et éviter ainsi une suspension de ligne. En voulant associer systématiquement un numéro de téléphone au nom de son propriétaire, l’Etat sénégalais veut renforcer la sécurité dans le pays.

« Dans la mesure où le terrorisme se passe un peu partout, notamment au nord du Mali, il faut que les gens soient identifiés : qui fait quoi et qui est qui ? C’est important », admet Alou Djabi, un Malien installé au Sénégal.

De son côté, Moussa vient de réussir à se faire identifier en agence. Pour ce Sénégalais dont l’identification via SMS a échoué à deux reprises, la sécurité est primordiale. Ainsi, l’Etat doit aussi assurer la protection des données personnelles. « Il faut que ce ne soit pas mis à disposition de n’importe quelle compagnie privée qui pourrait les utiliser et envoyer des messages à tout bout de champ pour proposer des produits dont personne n’a besoin », explique-t-il.

Plus de difficultés pour les étrangers

Les abonnés étrangers qui vivent au Sénégal doivent obligatoirement se rendre en boutique et présenter leur passeport. Si Yacouba est d’accord avec la volonté de l’Etat sénégalais d’accentuer les contrôles, le jeune homme originaire du Burkina Faso se retrouve actuellement sans ligne téléphonique. Et pour cause : son passeport a expiré. « Malheureusement le système me semble un peu caduc. Plus de quatre ans que je suis à Dakar et aujourd’hui, on me fait savoir que je ne pourrais pas m’identifier parce que mon passeport à expiré. Je suis en train de le renouveler. »

A 15 jours de l’échéance, les abonnés sont de plus en plus nombreux à s’être identifiés, mais pour les habitants dont les papiers ne sont pas à jour, arriver à garder sa ligne active risque d’être particulièrement compliqué.

(Source : RFI, 26 octobre 2016)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 12 045 735 abonnés Internet

  • 11 779 800 abonnés 2G+3G+4G (97,8%)
    • 2G : 25,88%
    • 3G : 53,06%
    • 4G : 21,06%
  • 108 945 clés et box Internet (0,90%)
  • 152 047 abonnés ADSL/Fibre (1,29%)
  • 1766 abonnés bas débit (0,02%)
  • 3 177 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,30%
  • Internet mobile : 98,70%

- Liaisons louées : 22 060

- Taux de pénétration des services Internet : 74,31%

(ARTP, 31 décembre 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 5800 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, décembre 2019)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 207 592 abonnés
- 165 915 lignes résidentielles (79,92%)
- 41 677 lignes professionnelles (20,08%)
- Taux de pénétration : 1,28%

(ARTP, 31 décembre 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 880 594 abonnés
- Taux de pénétration : 110,31%

(ARTP, 31 décembre 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)