twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Sénégal : Expresso n’a plus que 24 jours pour relancer la téléphonie fixe et éviter des sanctions

mardi 16 février 2021

Quelques jours seulement après s’être fait taper sur les doigts, Expresso Sénégal attire à nouveau le mécontentement de l’ARTP. Le régulateur télécoms lui reproche un manquement supplémentaire à ses obligations contractuelles.

Il ne reste plus que 24 jours à l’opérateur de téléphonie mobile Expresso Sénégal pour relancer les services de téléphonie fixe au Sénégal et éviter des sanctions de l’Autorité de régulation de la poste et des télécommunications (ARTP). A travers une mise en demeure adressée jeudi 11 février, le régulateur télécoms a interpellé la filiale du groupe télécoms soudanais Sudatel, titulaire d’une licence globale, sur la violation des dispositions de son cahier des charges.

« Je vous mets en demeure, conformément à l’article 177 de la loi n° 2018-28 du 1er décembre 2018, portant Code des communications électroniques, de remettre en service la téléphonie fixe sous toutes ses formes, conformément à l’annexe 1 de votre cahier des charges dans un délai de trente jours à compter de la date de réception du présent courrier. Passé ce délai, l’ARTP sera dans l’obligation d’en tirer toutes les conséquences de droit », a indiqué Abdoul Ly, le directeur général de l’organe de régulation des télécoms à Rady Almamoun, le directeur général par intérim d’Expresso.

Ce nouveau coup de pression de l’ARTP à Expresso survient quelques jours seulement après que le régulateur télécoms lui a reproché plusieurs manquements à ses engagements, notamment son investissement insuffisant dans le réseau pour améliorer le confort de ses clients en matière d’accès à un service télécoms de qualité.

Fidèle à sa mission de gendarme du marché télécoms national, l’ARTP se fait plus sévère envers les sociétés télécoms au regard des enjeux socioéconomiques des divers services télécoms qu’ils ont l’obligation de fournir à la population. Tout manquement à ces obligations est de nature à déstabiliser la concurrence qui joue un rôle essentiel dans la diversité des offres, la baisse des prix, l’amélioration de la qualité des services.

Muriel Edjo

(Source : Agence Ecofin, 16 février 2021)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 256 010 abonnés
- 215 687 résidentiels (84%)
- 40323 professionnels (16%)
- Taux de pénétration : 1,52%

(ARTP, 30 septembre 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 742 292 abonnés
- Taux de pénétration : 118,18%

(ARTP, 30 septembre 2021)

FACEBOOK

3 850 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 2,95 millions

- Instagram : 1,1 million

- LinkedIn : 800 000

- Twitter : 189 800

(Datareportal, Mars 2022)