twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Selon Analysys Mason, le modèle M-Pesa est dépassé, d’autres solutions de mobile banking vont s’imposer

samedi 18 mars 2017

Pour le cabinet Analysys Mason, le modèle de service financier sur mobile du M-Pesa est dépassé. Les opérateurs télécoms et autres acteurs des services de paiement sur mobile qui veulent tirer profit du dynamisme de ce segment de marché pour les prochaines années devront miser sur des solutions de nouvelle génération.

Selon Enrico Velasco-Castillo, analyste en chef chez Analysys Mason, il ne sert plus à rien de dupliquer le M-Pesa de Safaricom mais de développer de nouvelles solutions de paiement mobile dont l’objectif de base est de « faciliter l’interopérabilité, encourager l’innovation de tierces parties et répondre rapidement aux besoins changeants des clients ».

D’après Analysys Mason, le M-Pesa a prospéré au Kenya grâce à plusieurs conditions dont l’absence de barrières réglementaires. Aujourd’hui, avec la réglementation qui se met progressivement en place, le même modèle n’est plus d’actualité. Les acteurs du paiement financier sur mobile doivent aller au-delà des paiements P2P et offrir une expérience utilisateur supérieure en termes de commodité, de sécurité, de rapidité ou de récompenses lors du transfert d’argent.

Pour le cabinet, la différenciation des services est essentielle pour les opérateurs qui cherchent à se démarquer des banques, par exemple par le biais de micro-épargne, de crédit, d’assurance, de financement de l’éducation ou des soins de santé, de services publics ou de m-commerce.

Dans les pays où l’argent en espèce circule encore énormément, les services financiers sur mobile de nouvelle génération devront être conçus pour faciliter leur appropriation par les populations, estime Analysys Mason. Ces services devront inclurent progressivement une plus large gamme d’offres de paiement (transport, commerce, VOD, etc).

(Source : Agence Ecofin, 18 mars 2017)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 13 529 883 abonnés Internet

  • 13 251 404 abonnés 2G+3G+4G (97,95%)
    • 2G : 28,14%
    • 3G : 49,01%
    • 4G : 22,05%
  • 117 023 clés et box Internet (0,86%)
  • 158 130 abonnés ADSL/Fibre (1,19%)
  • 3 325 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,19%
  • Internet mobile : 98,81%

- Liaisons louées : 22 456

- Taux de pénétration des services Internet : 83,47%

(ARTP, 31 mars 2020)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 211 026 abonnés
- 169 128 lignes résidentielles (80,15%)
- 41 898 lignes professionnelles (19,85%)
- Taux de pénétration : 1,30%

(ARTP, 31 mars 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 948 492 abonnés
- Taux de pénétration : 110,73%

(ARTP, 31 mars 2020)

FACEBOOK

- 3 408 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 20,4%

(Facebook, Décembre 2019)