twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Sécurité alimentaire : Le rôle des technologies spatiales

mardi 10 juillet 2012

D’ici à 2050 les problèmes liés à l’accès à l’eau seront multipliés par deux, accentuant du coup le stress hydrique dans le monde. Cela combiné à la croissance démographique, au changement climatique, avec ses corolaires, va accentuer la vulnérabilité du monde rural et constituer une menace sérieuse pour la sécurité alimentaire dans les pays pauvres. Grâce à l’apport de la technologie spatiale notamment la télédétection, il est possibles pour nos Etats d’assurer l’autosuffisance alimentaire.

Face à la croissance démographique, aux intempéries et catastrophes naturelles et extrêmes liées au changement climatique (sécheresses, pluies précoces, inondations, cyclones…) et la dégradation des sols, la technologie spatiale notamment la télédétection, les données satellitaires et météorologiques sont d‘une grande importance pour atteindre la sécurité alimentaire dans nos différents Etats. L’utilisation de la télédétection qui facilite la gestion de la sécurité alimentaire, « promeut la qualité de la vie », à travers la fourniture d’informations sur les sols, les conditions de production, le suivi des récoltes et des estimations sur les rendements.

Cela suppose des stratégies pragmatiques (pour venir à bout de l’insécurité alimentaire) avec la disponibilité des données et informations spatiales (satellites, météorologie, télédétection). Ces données seront stratifiées et harmonisées, suivant une approche modulaire avant d’être comparées à travers des paramètres prédéfinis. C’est en substance ce que l’on peut retenir des présentations des rapports pays des Etats ayant déjà expérimenté le procédé lors de l’atelier international. La rencontre de partage de six jours (du 9 au 14 juillet) sur les « Applications des technologies spatiales pour le suivi de la sécurité alimentaire » se tient à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD-II).

De nombreux pays musulmans ont déjà acquis l’expertise et les équipements nécessaires pour le suivi de la sécurité alimentaire à travers des outils de technologie spatiale. Toutefois, chaque pays, en fonction de ses particularités, a développé un ensemble de méthodes et d’outils propres, pour l’application de la technologie spatiale à la sécurité alimentaire. Le niveau d’expertise varie également entre les différents pays. D’où la nécessité de créer des opportunités d’échanges et de renforcement de capacités pour les scientifiques et experts issus des Etats membres de l’Organisation pour la conférence islamique (OCI) et travaillant dans la technologie spatiale.

Selon les représentants du Bangladesh, du Pakistan et de la Tunisie dont les pays utilisent déjà ou sont en phase d’expérimentation de ces technologies spatiales, la télédétection contribue à résoudre les problèmes liés à la sécurité alimentaire. Elle est d’un apport précieux dans les domaines de « l’agriculture de précision, le suivi des cultures, l’estimation du rendement et les prévisions météorologiques du fait de la quantité de zones de couvertes et d’informations fournies ».

La technologie spatiale n’est pas une fin en soi

Cependant, les participants reconnaissent que la technologie spatiale n’est pas une fin en soi. « Même si nous utilisons de la télédétection, nous devons aller de l’avant et cet atelier est une occasion pour aller de l’avant ». La rencontre de Dakar a pour objectifs principaux de fournir un cadre d’échange et de partage des connaissances et expériences des experts et des professionnels travaillant dans le domaine des applications des technologies spatiales pour la sécurité alimentaire et de connaître et faire connaître des professionnels les derniers développements, les technologies, les techniques et méthodes utilisées par les pays technologiquement avancés dans le cadre des applications des technologies spatiales pour la sécurité alimentaire.

Elle vise aussi à renforcer les capacités des experts des Etats membres de l’OCI dans la Télédétection Satellitale appliquée au suivi des cultures et à l’estimation des rendements et à fournir un environnement favorable à la collaboration et la création de partenariat entre les différents Etats membres de l’OCI. Car, la sécurité alimentaire étant un sujet complexe avec à chaque pays ses particularités climatiques, pédologiques, hydriques et donc d’avantages et de défis propres. Aussi plusieurs paramètres directs ou indirects tels que la régression de la biodiversité, le transport de l’aide alimentaire et la détérioration des termes de l’échange au niveau international exercent un fort impact sur la sécurité alimentaire.

L’atelier est organisé conjointement par le Réseau inter - islamique des sciences spatiales et de la technologie (Inter islamic network on space sciences & technology, ISNET) basé à Karachi (Pakistan) et le Centre de suivi écologique (CSE), basé à Dakar (Sénégal), en collaboration avec le Comité ministériel permanent pour la coopération scientifique et technologique de l’Organisation pour la conférence islamique (OCI) avec le co-parrainage de la Banque islamique de développement (BID). Le choix du Sénégal pour abriter le colloque s’explique entre autres par le fait notre pys est l’un des derniers membres de l’ISNET.

Ibrahima Diallo

(Source : Sud Quotidien, 10 juillet 2012)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

153 153 153 144 144 144 238 238 238 168 168 168 145 145 145 170 170 170 171 171 171 160 160 160 172 172 172 173 173 173 154 154 154 174 174 174 226 226 226 155 155 155 176 176 176 177 177 177 237 237 237 250 250 250 241 241 241 157 157 157 178 178 178 180 180 180 259 259 259 181 181 181 159 159 159 248 248 248 183 183 183 239 239 239 256 256 256 185 185 185 162 162 162 186 186 186 187 187 187 191 191 191 192 192 192 234 234 234 194 194 194 195 195 195 196 196 196 197 197 197 198 198 198 199 199 199 229 229 229 233 233 233 202 202 202 228 228 228 204 204 204 232 232 232 206 206 206 253 253 253 208 208 208 209 209 209 210 210 210 211 211 211 212 212 212 213 213 213 214 214 214 254 254 254 217 217 217 218 218 218 249 249 249 219 219 219 220 220 220 230 230 230 222 222 222 252 252 252 255 255 255 242 242 242 243 243 243 244 244 244 245 245 245 246 246 246 258 258 258 260 260 260 261 261 261 263 263 263 264 264 264 48 48 48 61 61 61 59 59 59 12 12 12 11 11 11 70 70 70 53 53 53 127 127 127 132 132 132 75 75 75 123 123 123 15 15 15 52 52 52 110 110 110 49 49 49 14 14 14 28 28 28 13 13 13 73 73 73 164 164 164 77 77 77 112 112 112 113 113 113 18 18 18 102 102 102 105 105 105 78 78 78 119 119 119 65 65 65 47 47 47 16 16 16 120 120 120 90 90 90 133 133 133 81 81 81 116 116 116 20 20 20 135 135 135 136 136 136 137 137 137 21 21 21 129 129 129 35 35 35 22 22 22 67 67 67 7 7 7 79 79 79 69 69 69 108 108 108 84 84 84 87 87 87 96 96 96 23 23 23 25 25 25 106 106 106 82 82 82 32 32 32 76 76 76 72 72 72 115 115 115 26 26 26 104 104 104 29 29 29 58 58 58 30 30 30 46 46 46 31 31 31 62 62 62 88 88 88 55 55 55 101 101 101 86 86 86 10 10 10 80 80 80 114 114 114 92 92 92 100 100 100 85 85 85 36 36 36 125 125 125 37 37 37 38 38 38 109 109 109 74 74 74 51 51 51 50 50 50 39 39 39 83 83 83 40 40 40 66 66 66 68 68 68 93 93 93 99 99 99 60 60 60 57 57 57 24 24 24 41 41 41 42 42 42 134 134 134 19 19 19 43 43 43 111 111 111 17 17 17 117 117 117 97 97 97 94 94 94 54 54 54 71 71 71 122 122 122 33 33 33 56 56 56 131 131 131 98 98 98 34 34 34 89 89 89 91 91 91 45 45 45 107 107 107

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 19 266 179 abonnés Internet

  • 18 595 500 abonnés 2G+3G+4G (96,58%)
    • 2G : 12,95%
    • 3G : 24,60%
    • 4G : 62,45%
  • 334 642 abonnés ADSL/Fibre (1,71%)
  • 334 875 clés et box Internet (1,71%)
  • 1162 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,74%
  • Internet mobile : 98,26%

- Liaisons louées : 3971

- Taux de pénétration des services Internet : 106,84%

(ARTP, 30 septembre 2023)

- Débit moyen de connexion mobile : 23, 10 Mbps
- Débit moyen de connexion fixe : 21, 77 Mbps

(Ookla, 31 janvier 2023)


- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 56,70%
(Internet World Stats 31 décembre 2021)


- + de 10 000 noms de domaine actifs en .sn
(NIC Sénégal, décembre 2023)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 382 721 abonnés
- 336 817 résidentiels (88,01%)
- 45 904 professionnels (11,99%)
- Taux de pénétration : 1,67%

(ARTP, 30 septembre 2023)

Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 21 889 688 abonnés
- Taux de pénétration : 123,34%

(ARTP, 30 septembre 2023)

FACEBOOK

3 050 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 17,4%

- Facebook : 2 600 000

- Facebook Messenger : 675 200

- Instagram : 931 500

- LinkedIn : 930 000

- Twitter : 300 000

(Datareportal, Janvier 2023)

PRÉSENTATION D’OSIRIS

batik