twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Sécurisation des données informatiques : les performances accrues du système « Gaïndé »

lundi 22 mai 2006

Après son challenge bien relevé de garantir la fiabilité, la transparence et la rapidité de ses opérations, la Douane assure désormais la sécurité en matière de traitement et la sauvegarde des données. Et cela, grâce au « back up haute disponibilité » du Système informatique de dédouanement GAINDE (Gestion Automatisée des Informations Douanières et des Echanges) qui a été inauguré hier matin.

Sans doute, c’est un pas de plus qui a été franchi, par la Douane, dans sa quête permanente de modernisation. Le lancement du « back up haute disponibilité » du système Gaïndé assure à l’administration des douanes, un fonctionnement à feu continu de son système de dédouanement. En même temps qu’il lui apporte aussi toute la garantie requise pour la sécurisation des données. Ã- suivre les explications du responsable de la direction du traitement automatique et de l’information (Dtai) du ministère de l’économie et des finances, M. Aly Wade, on se rend bien compte de l’intérêt de cette nouvelle installation. Non seulement, elle va sécuriser les données pour la douane, mais aussi pour la Solde. Ainsi, ce système d’interconnexion, mis en place, permet le fonctionnement automatique des deux machines qui ne s’arrêtent pas. « Si l’une s’arrête, l’autre prend automatique le relais », explique M. Wade.

C’est dire que ce nouveau système mis en place avec l’appui du ministère du budget pour un coût de 1,5 milliard de Fcfa est « une garantie de la sécurisation de tout ce que l’État détient comme système informatique », assure le Dtai. Et cette acquisition de haute qualité ouvre bien d’autres perspectives pour d’autres administrations. « Aujourd’hui on sécurise le système de la douane et de la solde, mais il faudrait qu’à long terme que tous les systèmes informatiques du ministère des finances soient sécurisés par ce back up que l’on vient d’inaugurer », indique M. Aly Wade.

Compte tenu de l’importance de l’investissement, il faut maintenant travailler à sa rentabilité, c’est-à-dire avoir plusieurs connexions. « On a parlé du ministère des finances, mais le système est tellement ouvert qu’il est capable de prendre en charge le système d’autres administrations », relève également M. Wade. Dès lors, tous les ministères qui n’ont pas encore leur outil informatique peuvent avoir leur connexion au ministère des Finances grâce à cette installation, pour sauver leurs données informatiques.

Une protection contre les pertes de recettes

Le ministre du Budget, Cheikh Hadjibou Soumaré s’est particulièrement réjoui de cette « acquisition de taille » surtout après les nombreux problèmes liées aux dysfonctionnements de Gaïndé. Cela avait entraîné souvent des pertes importantes de recettes. Si l’on sait la part de recettes de la douane représente 80 % du budget de l’État, il fallait donc mener la réflexion afin de pallier cette difficulté. Aujourd’hui, c’est chose faite. Mieux, le ministre chargé du Budget est d’avis qu’il ne faut pas s’arrêter en si bon chemin. Il faut maintenant poursuivre les investissements vers des solutions idoines d’amortissement de cette « architecture » dont le Sénégal est le deuxième pays à l’acquérir en Afrique après l’Afrique du Sud. Chose que le directeur général des douanes, Armand Jean Jacques Nanga, perçoit comme « une grande satisfaction », notamment pour la Douane. Parce que « ce système performant » met désormais à l’ab ri le système Gaïndé. Qui plus est, c’est une opération qu’il a fallu batailler ferme pour pouvoir la réaliser.

Adama Mbodj

(Source : Le Soleil, 22 mai 2006)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 12 045 735 abonnés Internet

  • 11 779 800 abonnés 2G+3G+4G (97,8%)
    • 2G : 25,88%
    • 3G : 53,06%
    • 4G : 21,06%
  • 108 945 clés et box Internet (0,90%)
  • 152 047 abonnés ADSL/Fibre (1,29%)
  • 1766 abonnés bas débit (0,02%)
  • 3 177 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,30%
  • Internet mobile : 98,70%

- Liaisons louées : 22 060

- Taux de pénétration des services Internet : 74,31%

(ARTP, 31 décembre 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 207 592 abonnés
- 165 915 lignes résidentielles (79,92%)
- 41 677 lignes professionnelles (20,08%)
- Taux de pénétration : 1,28%

(ARTP, 31 décembre 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 880 594 abonnés
- Taux de pénétration : 110,31%

(ARTP, 31 décembre 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)