twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Scandale du jour : Des dizaines de personnes convoyées dans des cars à la DAF pour "s’inscrire" sur les listes électorales

mercredi 13 février 2019

C’est une histoire à dormir debout. Ce mercredi dans l’après-midi, un activiste sénégalais du nom de Idrissa Fall, qui était à la Direction de l’Automatisation du Fichier (DAF), est tombé sur une scène surréaliste qu’il a pris le soin de filmer et de poster sur sa page Facebook. Des dizaines de personnes transportées par des cars "Ndiaga Ndiaye" dans la cour de ladite direction. Interrogées, deux d’entre elles révèlent être venus sur les lieux pour s’inscrire sur les listes électorales. Lesquelles inscriptions ont été clôturées depuis le 23 avril 2018. Regardez la vidéo sur la publication de Idrissa Fall...

Joint par PressAfrik, monsieur Fall est revenu dans les détails sur de cette affaire d’inscription. "J’étais aux HLM quand j’ai vu quelqu’un poster une curieuse vidéo sur Facebook, montrant des personnes à la DAF qui seraient venues pour s’inscrire sur les listes électorales. Dans les commentaires dudit post, d’autres internautes disaient que ces gens étaient venus à une Ziarra à la mosquée Omarienne, qui est juste en face. J’ai alors pris mon scooter pour aller voir de mes propres yeux de quoi cela retournait. Arrivé sur les lieux, j’ai effectivement constaté la présence de dizaines d’individus sur place. Je me suis approché de l’un d’entre eux. Je lui ai demandé la raison de leur présence. Il m’a dit qu’ils ont été conviés ici (à la DAF) pour s’inscrire dans le but d’avoir des cartes d’identité biométriques pour pouvoir voter. Je lui ai demandé d’où ils venaient il m’a dit : de Ndoyène, un village de Sébikotane. Quand j’ai voulu poser une troisième question, il s’est méfié et a interrompu la conversation", révèle notre source, qui va adopter une technique bien inspirée pour accrocher une dame parmi les personnes présentes.

Ils étaient pratiquement tous des pulaar

"Je me suis approché d’une dame en s’adressant à elle en langue pulaar. Parce que toutes les personnes qui étaient là-bas étaient des peuls. Et quand elle m’a entendu parler sa langue, elle m’a fait confiance. C’est là qu’elle m’a clairement dit qu’on leur appelé là-bas pour s’inscrire sur les listes électorales. J’ai alors décidé de filmer cette scène que je trouvais étonnante. Après quelques minutes de prise, un des vigiles a alerté un agent de la police et j’ai été interpellé avec un ami activiste Badara Gadiaga. Arrivés au bureau du commissaire, ce dernier nous a demandés si nous étions des journalistes et quelles étaient les motivations de nos vidéos Live. On lui a dit que non, mais qu’on était des citoyens activistes. Il nous a carrément fait savoir qu’on avait pas le droit de filmer dans ces locaux. Il a ensuite demandé à ses agents de prendre nos filiations et de nous éconduire".

C’est en annonçant sa libération sur Facebook que Idrissa Fall a posté cette vidéo dans laquelle l’un des chauffeurs de cars "Ndiaga Ndiaye" qui transportaient les personnes en question, affirment que certaines d’entre elles avaient déjà déposé...mais déposer quoi exactement ?

Notre source qui s’est entretenue avec un agent du ministère de l’Intérieur affirme que ce dernier lui a expliqué que ces personnes étaient venues déposer des duplicatas. Voyez-vous ça. Presque un village entier, venu le même jour par des cars "Ndiaga Ndiaye" pour déposer des duplicatas ? Ils auraient tous perdu leurs cartes d’électeur ?

Selon Idrissa Fall, le Docteur Abdourahmane Diouf de la coalition Idy 2019 est même venu sur les lieux après avoir vu les vidéos sur Facebook. Il se serait entretenu avec le maîtres des lieux. PressAfrik a tenté de le joindre pour connaître les détails de cette entrevue avec les autorités de la DAF. En vain.

Sur la toile, les internautes ont beaucoup commenté cette scène plus qu’étonnante qui s’est déroulée ce mercredi dans les locaux de la DAF. Le Coordonnateur du Forum Civil Birahim Seck n’y est pas allé par quatre chemin. Sur son compte Twitter, il a tout simplement demandé la démission du Directeur de la Direction de l’Automatisation du fichier (DAF).

(Source : Pressafrik, 13 février 2019)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)