twitter facebook rss

Ressources

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Sauvons les télécentres

jeudi 14 août 2008

Depuis deux années nous constatons dans le secteur des télécoms au Sénégal un phénomène allant à contre courant des tendances générales d’évolution du secteur des télécommunications. Ce phénomène fortement marqué à Dakar mais aussi dans les régions est la disparition des télécentres avec son corollaire de destruction de dizaine de milliers d’emplois.

Cette véritable catastrophe sociale et économique qui s’accompagne d’une tragédie humaine se déroule en silence sous nos yeux. Elle a déjà plongé plusieurs dizaines de milliers de sénégalais aux revenus déjà précaires dans une situation de dénuement total et de désespérance encore plus grand.

Cette catastrophe alimente quotidiennement le lot de candidats au suicide maritime migratoire via les pirogues de la mort, désespérés face à la perte de leur emploi, ne trouvant pour eux d’autres issue que ‘’Mbeuck Mi’’, qui vont ainsi rassembler leur maigres économies ou pour les plus ‘’chanceux’’ récupérer une caution Sonatel pour aller affronter leur tragique destin. Pour comprendre l’utilité sociale des télécentres il faut réaliser qu’ils ont permis à des personnes sans qualifications professionnelles, sans formation, ni instruction dont les chances de pouvoir trouver un métier sont minimes, de pouvoir exercer un ‘’’métier’’ socialement reconnu de gérant de télécentres.

Ces caractéristiques ont permis à beaucoup de personnes, jeunes et moins jeunes de pouvoir trouver dans le métier de gérant de télécentre l’opportunité d’avoir une activité rémunérée qu’il n’aurait pas pu ou qu’ils auraient difficilement pu trouver ailleurs. Ils ont également permis à beaucoup d’heureux sénégalais qui ont la chance de posséder un télécentre de gagner de l’argent ou du moins d’arrondir conséquemment leurs fins de mois grâce aux revenus du télécentre.

Nous comprenons alors toute l’importance et l’utilité qu’ont revêtus les télécentres et l’importance d’essayer de trouver des solutions pertinentes aux problèmes auxquels ils sont actuellement confrontés.

Souleymane Ndao
14 aout 2008

Post-Scriptum

L’intégralité du "Manifeste pour la sauvegarde des télécentres" est consultable dans le fichier PDF ci-dessous.

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)