twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Salon SITIC-Africa de Tunis : Un rendez-vous des offres globales des Tic en Afrique

vendredi 3 juin 2016

Le Salon international des technologies de l’information et de la communication dédié à l’Afrique (Sitic Africa 2016) a fermé ses portes hier, à Tunis. Cet événement dont l’ambition est de « booster le partenariat tuniso-africain dans les Tic », a vu la participation de délégations venues de pays comme le Sénégal, la Côte d’Ivoire, le Mali, le Burkina Faso, l’Algérie, le Cameroun, l’Ouganda, Tchad…

Systèmes d’information, télécommunications, digital marketing, formation, innovations, ont été, entre autres, les secteurs phares mis en valeur lors de la première édition du Salon international des technologies de l’information et de la communication dédiée à l’Afrique (Sitic Africa 2016), tenue du 31 mai au 2 juin à Tunis. L’événement était organisé par Tunisie Afrique Export, organisme tunisien spécialisé dans le conseil à l’export sur l’Afrique, avec la collaboration de la Société des foires internationales de Tunis, la Fédération nationale des Tic affiliée à l’Utica. A travers le salon Sitic, les organisateurs veulent jeter les jalons d’un « nouveau rendez-vous consacré au business avec une offre globale des Tic destinée aux Pme/Pmi tunisiennes, africaines et internationales ».

Inauguré mardi dernier par le ministre tunisien des Tic et de l’Economie numérique, Noomen Fehri, en présence d’ambassadeurs de pays africains, ce salon spécialisé dans les Tic a accueilli, pendant trois jours, des visiteurs professionnels qualifiés et des décideurs tunisiens et étrangers. Ainsi, visites de stands d’exposition des offres, rencontres B2B entre tunisiens et étrangers professionnels des Tic, organisation de workshops sur des sujets d’actualité relatifs au business des Tic en Afrique, possibilités de partenariat et de formation ont été les temps forts de cette première édition du Sitic Africa.

Rencontré dans le stand dédié à son pays, Hassan Mahamat, ingénieur tchadien à l’Agence de développement des technologies de l’information et de la communication, affirme que son pays a besoin de partenariat dans le domaine des Tic. « C’est un secteur encore en début de croissance. Nous avons besoin d’échanges d’expériences et de pratiques. C’est dans ce sens que l’Adetic s’est inspirée de l’expérience de l’Agence de l’informatique de l’État (Adie) du Sénégal… ». Avec la Côte d’Ivoire dont le directeur général de la Poste et des membres du Groupement des Tic ont fait le déplacement au Salon de Tunis, le Sénégal a été parmi les délégations les plus fournies au Sitic Africa 2016.

Partenariat et échanges d’expériences

Avec l’Organisation des professionnels des Tic (Optic), l’Artp, le Cnra, la Poste, l’Ecole multinationale des télécommunications de Dakar (Esmt) ont envoyé leur responsable ou représentant. Et lors du cocktail de bienvenue offert la veille du Salon Sitic Africa, Antoine Ngom, le président d’Optic, a rappelé les enjeux du numérique. Un secteur dans lequel la coopération sud-sud ne pourrait être que gagnant-gagnant, par le biais d’échanges d’expériences.

Le Sénégal est ciblé par plusieurs entreprises tunisiennes qui veulent proposer leurs Systèmes d’information, leurs logiciels de management, de marketing ou leurs offres de solutions innovantes aux entreprises à Dakar. C’est le cas de cette société tunisienne spécialisée dans la Bonne gouvernance informatique, avec ses offres de systèmes « Progiciel » de gestion financière et comptable, ou de gestion des services administratifs. Mariem, consultante trouvée dans le stand de cette dite société en expansion, confie qu’un projet de filiale est en cours au Sénégal, après celles en Mauritanie, au Niger, en Algérie et au Maroc. Venu avec la délégation du Burkina Faso composée de treize entreprises de Tic et de représentants de l’Administration publique, Djebré Soré de la Chambre de commerce de Ouagadougou s’est satisfait des contacts et échanges durant cette première édition du salon. Mais, M. Soré qui se souvient d’un voyage effectué au Sénégal pour s’imprégner de la manière dont la Chambre de commerce de Dakar gère sa base de données et recense ses membres, voudrait que le Sitic Africa planifie davantage les rencontres B2B, avec des rendez-vous fixés d’avance.

Une manière pour lui de suggérer aux organisateurs du salon Sitic Africa de Tunis de mieux prendre en amont les avis et suggestions des participants et professionnels des Tic…

Elgazala Technopark, un incubateur moderne et ambitieux

Pôle international des technologies de la communication, de la recherche et de la formation technologique, Elgazala Technopark de Tunis est un incubateur de pépinières de start-ups, mais aussi hébergeur d’entreprises, implantée sur une superficie de plus de 65 hectares.

Ici, une centaine d’entreprises privées, des Pme, une douzaine de multinationales spécialisées dans les Tic, les Télécoms, ont pris leur quartier. Elgazala Technopark leur offre un environnement propice à leur développement. Une petite visite a permis aux délégations étrangères participant au Salon Sitic 2016 de découvrir, par exemple, Sacem Smart, une petite Pme employant des ingénieurs de diverses nationalités dont tunisienne et ivoirienne. Partageant un bâtiment R+1 avec Ericsson, Sacem Smart fabrique des recharges et transformateurs électriques. Selon Monia Jendoubi, chargée de la communication, l’idée d’une telle structure publique dédiée aux Tic remonte à 1997, et depuis 2001, une loi a validé l’implantation d’Elgazala Technopark. Depuis lors, le Pôle s’insère dans le cadre d’une stratégie nationale de développement et de promotion de la recherche scientifique, de l’innovation et de la production à haute valeur ajoutée, à travers une cartographie de 10 technopoles spécialisées chacune dans un secteur d’activité différent. Sa principale vocation consiste à accueillir et à soutenir le développement d’activités de hautes technologies et de promouvoir la recherche, le développement et le transfert technologique.

Le Technopark de Tunis héberge également des institutions d’appui comme la Formation et la Recherche en plus des activités de production et ce, dans un objectif de créer une synergie et une fertilisation croisée entre ces acteurs.

Enthousiasme du patronat tunisien

Au siège de l’Union tunisienne de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat (Utica), un sympathique cocktail offert par sa patronne, la veille de l’ouverture du Salon Sitic Africa, a permis d’évoquer les opportunités de partenariat et d’échanges entre la Tunisie et d’autres pays africains dans plusieurs secteurs, en particulier celui des Tic.

La présidente de l’Utica, Mme Ouided Bouchamaoui, ainsi que le président de la Fédération nationale des Tic, Kaïs Sellami, et les membres du bureau, de même que Férid Tounsi, Pdg de Tunisie Afrique Export, étaient présents à ce cocktail de bienvenue. Une occasion pour les secteurs privés tunisien et de pays africains représentés au Sitic Africa 2016 d’échanger sur les perspectives d’affaires en général et celles concernant les Tic en particulier. Au nom de l’Utica, sa présidente Mme Bouchamaoui, par ailleurs membre du Quartet du Dialogue national tunisien, lauréat du Prix Nobel de la Paix 2015, a dit la joie du patronat tunisien d’accueillir les opérateurs économiques africains.

« Nous espérons que votre visite en Tunisie permettra de sceller de bonnes affaires entre les chefs d’entreprises tunisiens et ceux des autres pays d’Afrique… », a lancé Mme Ouided Bouchamaoui, dans un bref discours de bienvenue. Le président de la Fédération nationale des Tic, Kaïs Sellami, a trouvé, lui, que le salon Sitic Africa de Tunis permettra de consolider les bonnes relations entre les entreprises tunisiennes et celles des autres pays du continent africain.

Par Omar Diouf (Envoyé spécial à Tunis)

(Source : Le Soleil, 3 juin 2016)

Post-Scriptum

Trois questions à… Noomen FEHRI, ministre tunisien des TIC : « On peut développer l’Afrique grâce à la coopération sud-sud »

Le ministre tunisien des Tic et de l’Economie numérique a inauguré le salon Sitic Africa 2016 en présence, entre autres personnalités, des ambassadeurs du Sénégal, du Mali et de la Côte d’Ivoire accrédités à Tunis. Après une visite, au pas de charge durant près de deux heures, des stands des professionnels des Tic, Noomen Fehri est convaincu des avantages et opportunités que l’Afrique pourrait tirer du développement de la coopération sud-sud.

Après l’inauguration, vous avez presque fait le tour des stands. Que retenez-vous de cette visite du salon Sitic Africa 2016 ?

Je remarque qu’il y a un potentiel énorme dans les Tic, pour l’Afrique et la Tunisie. Aujourd’hui, à ce salon Sitic Africa 2016, vous avez 120 stands et près de 160 entreprises qui ont de l’expertise. L’Afrique et la Tunisie peuvent bénéficier de l’expertise de ces entreprises. C’est grâce à des initiatives comme celles-ci qu’on peut développer la coopération sud-sud et faire ainsi développer l’Afrique.

Pouvez-vous nous expliquer le concept « Tunisie Digital 2020 » ?

C’est un concept avec la Société civile, pour s’assurer que d’ici 2020, la Tunisie soit dans le monde des gagnants, dans la transformation digitale. Essentiellement, je vous donne quatre projets, c’est enlever l’isolement en connectant tous les Tunisiens ; deuxièmement, arriver à l’égalité des chances à travers l’école numérique ; troisièmement, s’assurer de l’efficacité de la transparence du gouvernement à travers le « zéro papier » ; et s’assurer que nos lois soient adaptées au vingt et unième siècle.

Le Salon est une initiative du privé tunisien, mais vous l’avez aussi appuyé sans doute ?

Oui, bien sûr que le Salon est une initiative du privé tunisien. Mais ce n’est pas la première édition du genre, parce que c’est quelque chose que l’on avait commencé il y a quelques temps ici. Cela s’était arrêté, et le secteur privé tunisien l’a repris pour la faire avancer. Je trouve que c’est une excellente chose, et pour une nouvelle première édition, c’est une chose extraordinaire.

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 35 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 965 676 abonnés Internet

  • 8 679 507 abonnés 2G+3G (96,81%)
  • 161 625 clés Internet (1,80%)
  • 106 126 abonnés ADSL (1,18%)
  • 18 418 abonnés bas débit (0,21%)

- Taux de pénétration des services Internet : 57,59%

(ARTP, 30 juin 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 288 658 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,96%

(ARTP, 30 juin 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 436 809 abonnés
- Taux de pénétration : 104, 30%

(ARTP, 30 juin 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)