twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

SONATEL : Une perte d’un pan de notre souveraineté nationale

mercredi 16 mars 2016

A quelques encablures de 2017, deadline de la concession de l’état du Sénégal à France Télécoms,le géant use de toutes sortes de subterfuges pour détenir les bonnes cartes au moment des négociations pour une reconduite de la concession ou une rupture tout simplement.

C’est ainsi qu’on assiste depuis quelques années à l’externalisation de plusieurs plateformes de Sonatel vers la Cote d’Ivoire.

Cette externalisation est pourrait-on dire une perte d’un pan de notre souveraineté nationale ;quand on sait le rôle des télécommunications et nouvelles technologies dans la sécurité de tout pays en ces moment de turpitude surtout un risque de sécurité pour les données des clients. Il revient, cependant, à dakarposte que la technique de France Télécom consiste à la volonté de France Télécom consiste à mettre en œuvre un vaste programme d’externalisation du réseau de Sonatel dénommé ANO, qui s’appuie sur trois socles à savoir : Towerco (externalisation de la gestion des sites radios), Gnoc (externalisation de l’exploitation du cœur du réseau), et (Outsourcing) externalisation du réseau d’accès.

En 2015 les travailleurs dénonçaient le projet d’externalisation des activités de la Sonatel vers « Huawei, imposé à la Sonatel par France Télécom qui faut le rappeler ne détenait que 33% du capital au titre de partenaire stratégique passés à 42% par on ne sait quel subterfuge. Selon eux, France Télécom leur mène la vie dure depuis que l’ancien chef de l’Etat, Abdoulaye Wade, a émis le souhait de nationaliser la boite par souci de souveraineté, ils demandent à l’actuel régime de réagir avant qu’il en soit trop tard. Ces travailleurs en ont profité pour dénoncer le mutisme du régime en place, face à cette pression qu’exercerait la multinationale française, dans le but de démanteler le Groupe Sonatel et de réduire son personnel. Conviés à une rencontre, les anciens Secrétaires généraux de l’Intersyndicale de la Sonatel ont dans un élan patriotique demandé à l’Etat de retrouve sa posture de Gendarme éclairé de boussole, par lui même ou ses démembrements en se dotant d’une vision nationale, sous régionale, voire régionale et panafricaine, d’une lettre de politique sectorielle voire trans-sectorielle. Et d’ajouter,nous manifestons notre opposition à la mise en place de ces projets qui ne sont justifiés que par des intérêts capitalistes. Et d’alerter,si on externalise, forcément, il y aura des suppressions d’emplois.

Si l’état actionnaire majoritaire n’intervient pas dans cette affaire, Sonatel risque de se retrouver au même niveau que des sociétés comme les ICS ou la SAR qui des fleuron de l’industrie nationale ne sont plus que des épouvantails.

Mamadou Ndiaye

(Source : Dakar Poste, 16 mars 2016)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 35 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 9 354 455 abonnés Internet

  • 9 077 056 abonnés 2G+3G (97,10%)
  • 151 437 clés Internet (1,60%)
  • 107 550 abonnés ADSL (1,10%)
  • 18 412 abonnés bas débit (0,20%)

- Taux de pénétration des services Internet : 63,21%

(ARTP, 30 septembre 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 287 980 abonnés
- 219 734 lignes résidentielles (76,30%)
- 68 186 lignes professionnelles (23,68%)
- lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,94%

(ARTP, 30 septembre 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 556 649 abonnés
- Taux de pénétration : 105, 11%

(ARTP, 30 septembre 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)