twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Présidentielle rwandaise : Inquiétudes autour du contrôle des réseaux sociaux

mercredi 31 mai 2017

Des diplomates occidentaux en poste au Rwanda se sont dits préoccupés par une directive de la Commission électorale l’autorisant à contrôler les publications de campagne sur les réseaux sociaux des candidats à la présidentielle du 4 août 2017.

Une directive qui prend effet à partir du 14 juillet oblige tous les candidats à la présidentielle rwandaise à soumettre à la Commission électorale 48 heures à l’avance pour validation le contenu qu’ils souhaitent publier sur les réseaux sociaux.

La Commission assure que cette mesure vise à empêcher les discours « divisionnistes ». La directive avait déjà été critiquée par l’opposition rwandaise. Au tour des diplomates occidentaux de faire part de leurs inquiétudes.

« Nous sommes tous préoccupés par ce récent développement et je pense qu’il est important de vraiment comprendre ce qui sous-tend cette très très sérieuse limitation de la liberté d’expression », a déclaré l’ambassadrice américaine au Rwanda.

« La censure est-elle la voie à suivre ? »

Erica Barks-Ruggles a tenu ces propos le 30 mai à Kigali, la capitale, lors d’une table ronde sur les droits de l’homme au Rwanda, en présence du ministre rwandais de la Justice.

Comment « limiter les discours haineux » sur les réseaux sociaux est aussi un défi en Europe, a renchéri Peter Woeste, l’ambassadeur d’Allemagne. Cependant, « la censure est-elle la voie à suivre ? », s’est-il interrogé.

Même inquiétude pour Michael Ryan, le représentant de l’Union européenne à Kigali. « Je pense que c’est trop limitatif. La question brûlante est de savoir où les lignes sont tracées. L’important est d’avoir des élections libres et équitables dans le sens où les candidats ont le droit d’accéder au public avec leurs programmes et leurs politiques. »

La mesure avait déjà été critiquée par l’opposant rwandais Frank Habineza. Le président du Parti vert démocratique s’était dit prêt à engager des poursuites contre la Commission électorale.

Invité à réagir, Johnston Busingye, le ministre rwandais de la Justice, a estimé que la Commission électorale était dans son droit mais que sa décision pouvait être questionnée.

« Premièrement, la Commission électorale nationale a le droit de publier des lignes directrices. Deuxièmement, la société a aussi le droit de critiquer. Des formations politiques ont dit qu’elles pensaient déposer un recours devant la justice. C’est une discussion saine. Voyons comment ceci évolue », a-t-il conclu.

(Source : RFI, 31 mai 2017)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 35 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 9 354 455 abonnés Internet

  • 9 077 056 abonnés 2G+3G (97,10%)
  • 151 437 clés Internet (1,60%)
  • 107 550 abonnés ADSL (1,10%)
  • 18 412 abonnés bas débit (0,20%)

- Taux de pénétration des services Internet : 63,21%

(ARTP, 30 septembre 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 287 980 abonnés
- 219 734 lignes résidentielles (76,30%)
- 68 186 lignes professionnelles (23,68%)
- lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,94%

(ARTP, 30 septembre 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 556 649 abonnés
- Taux de pénétration : 105, 11%

(ARTP, 30 septembre 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)