twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Revues africaine en ligne : Pour une visibilité de la recherche

mardi 7 octobre 2008

« La mise en ligne des revues scientifiques africaines, opportunités, implications et limites », c’est le thème de la troisième conférence sur la publication et la diffusion électroniques (6 et 7 octobre) ouverte, hier matin, à l’hôtel Almadies, sous l’égide du Codesria (Conseil pour le développement de la recherche en sciences sociales en Afrique), en partenariat avec le Centre d’études africaines de Leyde (Pays-Bas).

Ouvrant les travaux de la troisième conférence sur la publication et la diffusion électroniques devant un parterre d’universitaires, chercheurs, éditeurs et bibliothécaires-archivistes, le Secrétaire exécutif du Codesria, le Pr. Adebayo Olukoshi, a posé l’enjeu de la visibilité de la recherche africaine dans la dynamique du développement des Etats africains. Le temps des indépendances s’illustre par une prise en conscience, une remise en question de l’historiographie sur l’Afrique, une fixation sur les besoins d’éducation et d’élaboration de programmes plus conformes aux aspirations de développement du continent.

Les années 80, avec la révolution des technologies de l’information et de la communication (Tic) apportent une nouvelle donne. La production africaine doit être visble en s’appuyant sur sa diffusion électronique sur la toile Internet. Le but de la conférence du Codesria, de ce point de vue, est d’encourager une « connectivité » et une mise en réseau des chercheurs des universités africaines. Il se pose, dès lors, la question de la qualité de la production, de sa diffusion et de la maîtrise des outils technologiques, dans une optique de développement. Entouré par Jos Damen du Centre d’études africaines des Pays-Bas et Olivier Sagna, administrateur du programme Codice (Centre de documentation et d’information du Codesria), le secrétaire exécutif du Codesria a estimé que le défi des chercheurs africains est de pouvoir mettre en ligne leurs revues scientifiques, surtout pour le développement qualitatif des pays du continent « Afrique ». La trentaine de participants à ce séminaire viennent d’une quinzaine de pays d’Afrique, d’Europe et des Etats-Unis. Ils envisagent de jeter les bases d’un partenariat efficace entre le Nord et le Sud pour le développement des revues scientifiques africaines en ligne.

Jean Pires

(Source : Le Soleil, 7 octobre 2008)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 13 141 900 abonnés Internet

  • 12 848 086 abonnés 2G+3G+4G (97,77%)
    • 2G : 27,55%
    • 3G : 46,81%
    • 4G : 25,65%
  • 163 820 abonnés ADSL/Fibre (1,27%)
  • 126 486 clés et box Internet (0,96%)
  • 3 508 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,27%
  • Internet mobile : 98,73%

- Liaisons louées : 22 540

- Taux de pénétration des services Internet : 81,08%

(ARTP, 30 juin 2020)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 216 286 abonnés
- 175 400 résidentiels (81,10%)
- 40 886 professionnels (18,90%)
- Taux de pénétration : 1,33%

(ARTP, 30 juin 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 17 728 844 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2020)

FACEBOOK

- 3 408 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 20,4%

(Facebook, Décembre 2019)