twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Remise de prix de l’Ericsson Application Awards ’Apps for African City Life’

vendredi 24 mai 2013

L’équipe sénégalaise de jeunes développeurs « Shinsekaï » a remporté le concours de création d’applications lancé par Ericsson en proposant l’application ArClean qui permet de manière ludique de signaler les ordures ménagères et sauvages afin de faciliter une meilleure organisation de leur ramassage. Ils ont été fêtés le jeudi 23 mai 2013 au siège d’Ericsson Dakar.

Dadja Matiasso Bassou, Oumoul Khaïry Sow, Benjamin Yapélé et Sosthène Yapélé qui ont remporté le prix de l’Ericsson Application Award, version régionale « Apps for African City Life » ont été récompensés le jeudi 23 mai 2013 à Dakar. Ces quatre jeunes étudiants sénégalais dont le nom du groupe est « Shinsekaï », sont sortis vainqueurs grâce à l’application dénommée ArClean qu’ils ont mis au point pour la gestion et le traitement des ordures. Un outil technologique qui, à partir d’un jeu, comme on en trouve dans les smartphones, permet de participer à une meilleure gestion de l’environnement immédiat.

« On est parti du constat qu’il y avait plusieurs tas d’ordures disposés un peu partout dans Dakar, et que c’était toujours stagnant. Les conséquences sont nombreuses avec un impact considérable sur la population notamment au niveau de la santé, sur l’environnement et même sur l’économie et le tourisme. Et toute l’Afrique en a besoin », soutient M. Dadja Matiasso Bassou, étudiant en master 1 monétique à l’école Epitech Afrique de Dakar et initiateur du projet.

ArClean, vers un monde plus vert

Le principe du jeu est le suivant : après avoir téléchargé l’interface produit à cet effet, l’utilisateur doit s’inscrire avec un pseudo et un mot de passe. Il aura alors la possibilité de prendre en photo les endroits où les ordures doivent être ramassées et pourra comptabiliser un certain nombre de points en fonction de son activité afin d’être classé.

La géolocalisation de l’image capturée permet ensuite aux services en charge du ramassage des ordures de venir débarrasser ces tas d’immondices, puis prendre à leur tour une photo du travail fini, afin qu’apparaisse comme un « avant/après » sur le serveur d’ArClean. De nombreuses rubriques sont proposées : les 20 joueurs ayant le meilleur score sont mis en avant, des minis-quizz sur le recyclage permettent de gagner des points supplémentaires…

L’initiateur du projet explique que l’application sera proposée au Playstore Android, car il est le service le plus utilisé dans la distribution d’applications. Elle sera mise gratuitement à la disposition de tous ses utilisateurs (HTC, Samsung, Windows Phone...) qui pourront, en réseau, comparer leurs scores et profiter de conseils quotidiennement mis-à-jour concernant l’environnement, le recyclage et autres thématiques de ce secteur.

Dadja Matiasso Bassou ajoute : « Nous ne croyons pas que nous allons tout révolutionner, mais nous avons voulu créer quelque chose qui peut participer au développement. »

Pour motiver les utilisateurs, Benjamin Yapélé, étudiant à Supdeco PGE en 2e année de bachelor et financier du groupe, a même proposé que les meilleurs joueurs soient exonérés d’une partie de leurs taxes sur les ordures ménagères !

Le projet à la recherche de soutiens

Aujourd’hui, le projet du Shinsekaï est dans une phase test. Pour sa vulgarisation et son extension au profit des populations sénégalaises et africaines, ses initiateurs sont à la recherche de partenaires techniques, financiers. Ils font appel également aux sociétés de nettoyage et aux opérateurs téléphoniques. Leur but final : mettre leur application à disposition du plus grand nombre.

Face à cet appel, le Responsable régionale de la communication d’Ericsson basée à Dakar, Salimata Thiam rassure qu’Ericsson qui a lancé ce concours ne compte pas s’arrêter à ce niveau. A l’en croire, la compagnie va accompagner les jeunes dans la recherche de partenariats. « La mairie de Dakar est déjà saisie dans ce sens », renseigne-t-elle. A cet effet, elle recommande à l’équipe de Shinsekaï d’envisager un business plan pour mieux viabiliser le projet.

Le concours : un incubateur pour les développeurs

Chaque année, Ericsson lance l’Ericsson Application Awards, afin de permettre à des développeurs du monde entier de proposer de nouvelles applications à diffuser sur le marché mondial. Les responsables d’Ericsson -au Sénégal notamment- insistent sur leur objectif qui est de parvenir d’ici 2020 à une société en réseau, soit plus de 50 millions de personnes connectées les unes aux autres.

« Parmi une centaine d’applications, ces quatre brillants étudiants ont fait la différence et ont parfaitement correspondu au thème », soutient Adam Hashem, Managing Director d’Ericsson au Sénégal.

Les modalités de participation au concours ayant permis de révéler ces jeunes « génies » étaient simples : une idée, un projet, une vidéo de trois minutes pour le présenter et le jury fait sa sélection parmi tous les candidats/groupes qui en ont envoyé.

Ce concours est d’abord régional. Pour l’Afrique subsaharienne, le thème était « Apps for African City Life » c’est-à-dire « Applications pour la vie des villes africaines ». 81 groupes étaient en lice pour 43 pays, et le Sénégal, représenté par l’équipe Shinsekaï, l’a remporté. La récompense pour chacun, une tablette et le droit de concourir pour la phase mondiale du concours.

« Ce sont des jeunes sénégalais qui ont remporté le prix, et ça fait notre fierté. Il faut savoir que l’année dernière le concours mondial a été gagné par des Kenyans, donc on était aussi très ravis », déclare Mme Salimata Thiam.

Les ambitions d’Ericsson en Afrique

La multinationale tient beaucoup à sa vision d’établir une société en réseau. C’est ainsi que son premier défi est de rendre accessible l’accès au haut débit à travers le monde. Ce qui permettrait ensuite sur le long terme de faire entrer l’Afrique dans une ère de connexion et permettre à chacun, où qu’il soit sur le continent, de pouvoir être en contact avec le reste du monde.

Salimata Thiam insiste sur le fait que, par le biais de ce concours, la compagnie souhaite insuffler l’innovation, en améliorant l’intégration régionale et en accélérant la mise en place d’infrastructures.

Pour la multinationale, l’objectif de demain est de transformer les Technologies de l’Information et de la Communication (TIC, en anglais ICT). Devant cet état de fait, Ericsson affirme avoir contribué à réuni les critères suivants : « avec une population jeune (80% sur tout le continent), des gens qui vivent de plus en plus dans les villes, qui sont de plus en plus nombreux à avoir un smartphone, cette transformation a un réel impact sur l’économie d’un pays, et la vie sociale ». D’où le besoin de créer des applications qui puissent répondre à ces différents besoins.

Laura Fortes

(Source : AllAfrica, 24 mai 2013)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 13 529 883 abonnés Internet

  • 13 251 404 abonnés 2G+3G+4G (97,95%)
    • 2G : 28,14%
    • 3G : 49,01%
    • 4G : 22,05%
  • 117 023 clés et box Internet (0,86%)
  • 158 130 abonnés ADSL/Fibre (1,19%)
  • 3 325 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,19%
  • Internet mobile : 98,81%

- Liaisons louées : 22 456

- Taux de pénétration des services Internet : 83,47%

(ARTP, 31 mars 2020)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 211 026 abonnés
- 169 128 lignes résidentielles (80,15%)
- 41 898 lignes professionnelles (19,85%)
- Taux de pénétration : 1,30%

(ARTP, 31 mars 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 948 492 abonnés
- Taux de pénétration : 110,73%

(ARTP, 31 mars 2020)

FACEBOOK

- 3 408 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 20,4%

(Facebook, Décembre 2019)