twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Réduction de la fracture numérique : Les logiciels libres préconisés comme solution

mardi 18 mars 2008

L’Afrique doit être en phase avec l’évolution des Technologies de l’information et de la communication. Un impératif pour réduire la facture numérique entre pays du Nord et ceux du Sud. C’est, justement, l’objectif visé par la Conférence africaine sur les logiciels libres (Ideld3), la troisième du genre abriter par le Sénégal pour la première fois. Cette rencontre qui réunit, à Dakar, plusieurs participants francophones, anglophones et lusophones vise, du 16 au 18 mars 2008, selon le représentant du recteur de l’Ucad, à « mutualiser les idées et le savoir ». C’est, ajoute-t-il, une philosophie du partage des connaissances.

La porte-parole du conseil de la Fondation africaine des logiciels libres et sources ouvertes (Fosfa) estime, pour sa part, que les logiciels libres permettent de renforcer et de relier les universités, les médias et les gouvernements africains. L’importance de ces logiciels libres, souligne-t-elle, c’est aussi de donner une liberté de faire, de contribuer et de distribuer le savoir. Cela ne peut se faire, que lorsque « chacun laisse quelque chose ici ». Pour « réussir l’économie du savoir en Afrique », thème de la conférence, le porte-parole trouve un credo : « Soyez libres, partager vos idées. »

L’économie du savoir rime avec le partage d’autant plus que, pour le représentant de l’Organisation internationale de la francophonie (Oif), « la diversité culturelle et linguistique peut s’opérer à travers l’utilisation des logiciels libres ». Seulement, de l’avis du directeur de l’Agence de l’informatique de l’Etat (Adie), Mohamed Tidiane Seck, pour un partage et un développement des logiciels libres par les jeunes, « il faut que le coût leur soit accessible ». Il y a quand même un problème, constate M. Seck, c’est que « nous sommes souvent utilisateurs et non développeurs ».

Le Sénégal, par la voie du secrétaire général du ministère des Infrastructures, des transports terrestres, des télécommunications et des Tics, suggère « au niveau de chaque pays l’instauration d’une Journée nationale du libre pour que (...) cela soit l’occasion de créer un cadre de concertation entre les différents acteurs de la Société de l’information ».

Hamath Kane

(Source : Le Quotidien, 18 mars 2008)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 13 141 900 abonnés Internet

  • 12 848 086 abonnés 2G+3G+4G (97,77%)
    • 2G : 27,55%
    • 3G : 46,81%
    • 4G : 25,65%
  • 163 820 abonnés ADSL/Fibre (1,27%)
  • 126 486 clés et box Internet (0,96%)
  • 3 508 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,27%
  • Internet mobile : 98,73%

- Liaisons louées : 22 540

- Taux de pénétration des services Internet : 81,08%

(ARTP, 30 juin 2020)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 216 286 abonnés
- 175 400 résidentiels (81,10%)
- 40 886 professionnels (18,90%)
- Taux de pénétration : 1,33%

(ARTP, 30 juin 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 17 728 844 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2020)

FACEBOOK

- 3 408 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 20,4%

(Facebook, Décembre 2019)