twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Rattachement de l’ARTP au ministère des télécoms : Abdou Karim Sall répond à Cheikh Bamba Dièye

samedi 1er décembre 2018

Le directeur général de l’Autorité de régulation des télécommunications et des postes (ARTP) du Sénégal n’a pas du tout apprécié l’idée émise par l’ancien ministre du secteur de rattacher le régulateur au ministère de la communication, des télécommunications, des postes et de l’économie numérique. Pour Abdou Karim Sall (photo), Cheikh Bamba Dièye a fait preuve d’une totale ignorance des textes. Et Monsieur Sall de citer la loi n°2011-01 du 24 février 2011, portant code des télécommunications dont l’article 123 « précise qu’il est créé auprès du président de la République, une autorité administrative indépendante chargée de réguler les secteurs des télécommunications et des postes ».

Par conséquent, conclut le régulateur en Chef, la sortie de l’ancien Maire de Saint-Louis qui demande un contrôle financier , dénote tout simplement qu’il n’a pas compris que l’instance « bénéficie d’une autonomie de gestion et d’une autonomie financière en vertu des textes nationaux et communautaires ». Par ailleurs, Abdou Karim Sall, dans une contribution envoyée à notre rédaction, estime qu’il ne faudrait pas « jouer » avec les « piliers » d’un secteur « tellement sensible, tellement évolutif, tellement important dans l’économie d’un pays ».

Mercredi dernier, lors du vote du nouveau code des communications électroniques, le député Cheikh Bamba Dièye avait fait entendre son vœu de voir l’ARTP du Sénégal rattachée au ministère des télécommunications. Entre autres raisons, l’ancien ministre des télécommunications avait considéré que ça permettrait une meilleure organisation du secteur puisque le ministre Abdoulaye Bibi Baldé se retrouve aujourd’hui totalement démuni, avec une ARTP et une Agence de l’informatique de l’Etat (ADIE) hors de son contrôle, sans compter le fait qu’il n’a même pas de siège au sein du conseil d’administration de la Sonatel. Pour rappel, cet amendement avait été écarté par l’Assemblée nationale. Par conséquent, l’ARTP reste à la présidence de la République.

Elimane

(Source : CIO Mag, 1er décembre 2018)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)