twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Rascom-1 fuit

jeudi 3 janvier 2008

Une petite lueur d’espoir pour le satellite panafricain de télécommunication Rascom-1, lancé le 22 décembre dernier par une fusée Ariane-5 depuis le centre spatial de Kourou. Ce satellite sur lequel on a constaté une fuite dans le système de pressurisation des réservoirs de carburant, pourrait bien être mis à poste malgré le problème.

Le problème de ce satellite panafricain de télécommunications - le tout premier du genre - c’est qu’il est parfaitement fonctionnel, pour peu qu’il soit placé sur sa position finale - une position géostationnaire, face à l’Afrique, dans le plan de l’Equateur, à 36.000 km d’altitude. Car si l’on fait exception de la fuite constatée, l’engin est parfaitement apte à réaliser sa mission de relais spatial africain pour la télévision directe et les services d’internet.

Mais voilà, placé dans un premier temps sur une orbite provisoire qui va de 200 km à 36.000 km d’altitude, il doit remonter son périgée, son orbite basse, à l’aide d’un moteur brûlant un carburant liquide mis sous pression par de l’hélium liquide, un gaz inerte.

Or, une fuite d’hélium a été détectée après les premières opérations de relevage d’orbite. On a donc immédiatement stoppé toutes les procédures de mise à poste pour comprendre ce qui se passait.

Pour l’heure, les spécialistes estiment qu’il est encore possible d’effectuer la mise à poste définitive non pas avec le moteur principal de Rascom-1, mais avec un autre système de propulsion secondaire ne générant qu’une fuite d’hélium mineure.

Si cette option est retenue d’ici la fin de la semaine, Rascom pourrait donc être sauvé et mis à poste dans les toutes prochaines semaines.

Ce qui serait alors pour l’Afrique un beau cadeau de Nouvel An.

(Source : RFI, 3 janvier 2008)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)