twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Rapport annuel 2015 du CNRA : Babacar Touré pour la restructuration et le renforcement de l’autorité de régulation

vendredi 2 décembre 2016

Le chef de l’Etat, Macky Sall, a reçu, hier, le rapport annuel 2015 du Conseil national de régulation de l’Audiovisuel (Cnra) des mains de son président. Babacar Touré a souligné la pertinence de procéder à une restructuration et au renforcement de l’Autorité de régulation.

« Pour mieux conduire les missions qui lui sont confiées, le Cnra a besoin de développer des capacités et compétences nouvelles qui lui procureraient une administration adaptée aux enjeux actuels », a déclaré hier le président du Conseil national de régulation de l’audiovisuel(Cnra). Pour Babacar Touré, qui s’exprimait à l’occasion de la cérémonie de remise du rapport annuel 2015 du Cnra, une évolution de la régulation s’impose, à l’heure des convergences technologiques, pour encadrer la production et la diffusion des contenus médiatiques par de nouveaux canaux et technologies.

Ce faisant, il est nécessaire d’adapter et d’élargir le champ de compétences de l’autorité de régulation. Selon lui, des propositions ont été formulées et soumises au gouvernement. Lesquelles propositions portent sur l’implication du Cnra dans le processus d’octroi des licences d’exploitation de service audiovisuel, la révision des cahiers des charges. Aussi, l’autorité de régulation doit exercer la plénitude de sa mission, notamment en ce qui concerne les sanctions. « Au-delà de l’élargissement des compétences du Cnra, une réorganisation interne structurelle et un renforcement des capacités du Régulateur sont à l’ordre du jour. Avec la convergence des technologies de l’information et de la communication, les nouvelles opportunités de production et de distribution de contenus doivent nous inciter à faire un meilleur maillage du territoire national grâce à des antennes locales », a soutenu M. Touré.

De l’avis de ce dernier, le Cnra doit être plus visible dans les régions, plus présent pour tous, car sa mission l’impose un contact permanent, une alliance responsable avec tous les acteurs des médias audiovisuels dans le sens, le respect des principes et loi édictés par la régulation. Pour exemple, il a donné le cas de la France avec le Conseil supérieur de l’audiovisuel(Csa) qui compte neuf membre et une équipe de 300 personnes, en métropole et outremer. « C’est à la fois une question de sécurité et de cohérence nationale », a précisé le président du Conseil de régulation de l’audiovisuel.

Désordre juridique et commercial

Revenant sur le rapport 2015 du Cnra, qui « met en lumière la situation, les évolutions, les manquements et les solutions préconisées au long de l’année, notamment à travers les Avis trimestriels », Babacar Touré a attiré l’attention sur le désordre qui affecte le secteur. Citant les dernières statistiques de l’Autorité de régulation des télécommunications et des postes (Artp), il a informé que de près de 308 fréquences Fm ont été concédées à des opérateurs radio nationaux, 19 à des opérateurs radio étrangers. Et plus de 50 fréquences de télévision à divers opérateurs, d’ailleurs peu nombreux. « Les conséquences de cette situation sont incalculables. Dans ce désordre, se sont opportunément installés des flibustiers de l’audiovisuel qui piratent et commercialisent illégalement les contenus de chaînes dûment installées et déclarées », a avancé B.Touré.

A l’en croire, outre le désordre juridique et commercial, les risques sont devenus réels et divers, car ces derniers, échappant à toute régulation, produisent et proposent désormais des débats à caractère social ou politique, pratiquent le « prosélytisme religieux » et relaient des propos identitaires, chauvins, voire irrédentistes. Cette situation, a-t-il poursuivi, conduit à « l’incivisme médiatique ». « Le désordre ambiant débouche sur des situations inédites : de nombreux détenteurs d’autorisation de diffuser à échelle locale, régionale ou communautaire émettent aujourd’hui sur le plan national, sans modification préalable de la convention qui les régit. D’autres, glissent d’une programmation communautaire, vers une transformation en chaînes généralistes, commerciales, font alors dans l’information politique. Alors que leur statut ne le permet pas. Ils induisent ainsi une concurrence plus que déloyale vis-à-vis des chaines commerciales, autorisées à diffuser sur un large spectre », a déploré le président du Cnra.

Ibrahima Ba

(Source : Le Soleil, 2 décembre 2016)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 35 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 965 676 abonnés Internet

  • 8 679 507 abonnés 2G+3G (96,81%)
  • 161 625 clés Internet (1,80%)
  • 106 126 abonnés ADSL (1,18%)
  • 18 418 abonnés bas débit (0,21%)

- Taux de pénétration des services Internet : 57,59%

(ARTP, 30 juin 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 288 658 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,96%

(ARTP, 30 juin 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 436 809 abonnés
- Taux de pénétration : 104, 30%

(ARTP, 30 juin 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)