twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Rapport ISOC : Comment Internet peut stimuler la croissance économique en Afrique

dimanche 26 novembre 2017

Des croissances significatives ont été notées dans le secteur de l’internet. Ces croissances, marquées par les grandes réformes axées sur l’augmentation de la connexion à haut débit ont engendré dans le continent africain des progrès significatives dans le cadre de la création d’un secteur d’activité de l’Internet. Cette remarque a été faite par Internet Society, une organisation mondiale qui s’active dans l’utilisation et l’utilisation d’Internet. Dans son dernier rapport, ISOC indique que plusieurs pays ont réussi dans le développement de plateformes en ligne, favorisant ainsi la croissance des entreprises locales en les incitant à aller davantage en ligne.

En effet, ce rapport nous informe sur la manière dont l’utilisation d’internet et la numérisation de l’économie traditionnelle stimulent la croissance économique dans le continent.

En plus, il aborde l’adoption et l’utilisation d’Internet par les entreprises et les gouvernements. En même temps, le document souligne les obstacles à surmonter afin d’aboutir à une économie offrant des services innovants, des opportunités d’emploi et une croissance des revenus à travers le continent. Avec Internet, les entreprises et les citoyens peuvent accéder à diverses opportunités. “Les entreprises de tous les secteurs ont accès à un marché mondial de milliards de personnes et les citoyens des zones rurales et urbaines bénéficient de meilleures possibilités d’éducation ou de formation et d’un accès à de nouvelles possibilités d’emploi.”

Internet Society, à travers ce rapport, décrit ce que l’Afrique a besoin pour tirer profit du numérique tout en mettant en évidence des succès locaux et les défis à relever. Dans le document figure aussi des recommandations pour nos décideurs politiques.

Pour Dawit Bekele, directeur du Bureau Région Afrique de l’Internet Society : “L’économie d’Internet présente une opportunité majeure pour l’Afrique. Cependant, l’Afrique a besoin d’une infrastructure Internet sécurisée et fiable, à laquelle les utilisateurs font confiance, pour que les grandes et petites entreprises, les gouvernements et les autres services sociaux soient présent en ligne”.

Par contre, les nombreuses coupures d’Internet, les coûts élevés sont les principaux facteurs qui mettront ces opportunités en péril.

En plus des coûts économiques, les coupures d’Internet affectent également la confiance. Si les gens ne peuvent pas accéder à une bonne connexion, ils perdent leur confiance sur la création d’entreprises basées sur Internet. En conséquence, les entrepreneurs qui ont le plus besoin de l’innovation numérique seront affectés.

(Source : Social Net Link, 26 novembre 2017)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 076 337 abonnés Internet

  • 9 793 802 abonnés 2G+3G+4G (98,15%)
  • 148 476 clés et box Internet (0,97%)
  • 116 093 abonnés ADSL (0,76%)
  • 17 966 abonnés bas débit (0,12%)

- Liaisons louées : 21 175

- Taux de pénétration des services Internet : 66,05%

(ARTP, 31 mars 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 289 426 abonnés
- 221 272 lignes résidentielles (76,45%)
- 68 084 lignes professionnelles (23,52%)
- 70 lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,89%

(ARTP, 31 mars 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 984 934 abonnés
- Taux de pénétration : 104,78%

(ARTP, 31 mars 2018)

FACEBOOK

- 2 900 000 utilisateurs

(Facebook Ads, décembre 2017)