twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Rapport : 32,7 milliards USD de pertes liées à la fraude dans les télécoms chaque année

samedi 23 mars 2019

La fraude dans les télécommunications est un domaine d’activité criminelle en pleine expansion et une alternative à faible risque aux méthodes traditionnelles de criminalité financière, coûtant environ 32,7 milliards de dollars (29 milliards d’euros) par an au monde d’aujourd’hui, selon un rapport publié jeudi par le Centre européen de lutte contre la cybercriminalité et Trend Micro, une entreprise taïwanaise de cyber-sécurité et de défense.

« La fraude dans les télécommunications est un autre exemple de piratage du système par des criminels dans le but d’abuser des entreprises légitimes à des fins criminelles », a déclaré Steven Wilson, chef du Centre européen de la cybercriminalité.

"Bien qu’il ne s’agisse pas d’un nouveau domaine de la criminalité, cela représente un nouveau défi pour de nombreux services répressifs de l’Union européenne", a-t-il poursuivi.

Cyber-Telecom Crime Report 2019, qui sert de guide technique aux acteurs de l’industrie des télécoms, décrit le fonctionnement de la fraude télécom, les formes les plus courantes de cette fraude et propose aux entreprises de télécommunication des moyens de prévenir et de combattre la fraude, de détecter une activité criminelle.

La fraude dans les télécommunications est l’abus de produits de télécommunications (principalement des téléphones et des téléphones portables) ou de services dans le but de détourner illégalement de l’argent d’un fournisseur de services de télécommunications ou de ses clients. Les auteurs d’une telle fraude tentent d’accéder à des cartes SIM ou à d’autres portails de facturation pour accéder au compte client ou au compte du transporteur, « où une dette peut être contractée en faveur de l’attaquant », détaille le rapport.

"Cette dette de la victime est le revenu criminel", expliquent les auteurs du rapport.

La fraude télécom peut prendre une grande variété de formes. Les « appels à vishing » sont une arnaque téléphonique dans laquelle les criminels incitent les victimes à révéler leurs informations personnelles, financières ou relatives à la sécurité, ou à leur transférer de l’argent.

La fraude internationale sur le partage des revenus (IRSF), la fraude la plus préjudiciable sur le plan financier, consiste à transférer de la valeur monétaire d’un transporteur à un autre, en s’appuyant sur la confiance inter-transporteur entre plusieurs entreprises de télécommunications.

La fraude dans les télécommunications, indique le rapport, "provient de plus en plus de pays normalement considérés comme du" tiers monde "ou de pays en faillite" et est de plus en plus "utilisée pour soutenir des économies défaillantes".

Bien que la plupart des crimes financiers traditionnels doivent contourner les contrôles d’audit anti-blanchiment (AMLAC), ces réglementations ne sont pas présentes dans les crimes liés aux télécommunications, où les cartes SIM sont utilisées à la place des banques. Du matériel de piratage économique et facilement accessible contribue à la montée de cette fraude à faible risque.

Le rapport note que les coûts de la plupart des fraudes dans les télécommunications sont absorbés par les entreprises de télécommunications elles-mêmes, ce qui entrave le partage transnational du renseignement et empêche davantage d’arrestations de fraudeurs.

Le Centre européen de la cybercriminalité d’Europol a créé le groupe de travail CyTel en 2018, réunissant plus de 70 experts des forces de l’ordre et du secteur des télécommunications dans le monde entier afin de partager des renseignements, des connaissances et des expériences concernant la fraude en matière de télécommunications.

Les citoyens moyens, pour leur part, doivent être plus conscients de leurs vulnérabilités en ligne, explique Craig Gibson, architecte principal de la défense contre les menaces chez Trend Micro.

« Nous espérons que nos téléphones fonctionneront, que nous pourrons travailler à partir de chez nous, que nous pourrons être payés via nos comptes de guichets automatiques et que nous pourrons faire des achats en ligne. Nous avons tendance à ne pas penser à ce qui est caché dans un réseau mondial invisible sur lequel nous comptons tant, malgré le fait que les opérateurs de télécommunications et leurs réseaux soient le fondement de la société moderne », a-t-il déclaré.

OCCRP

(Source : Impact, 23 mars 2019)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 13 529 883 abonnés Internet

  • 13 251 404 abonnés 2G+3G+4G (97,95%)
    • 2G : 28,14%
    • 3G : 49,01%
    • 4G : 22,05%
  • 117 023 clés et box Internet (0,86%)
  • 158 130 abonnés ADSL/Fibre (1,19%)
  • 3 325 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,19%
  • Internet mobile : 98,81%

- Liaisons louées : 22 456

- Taux de pénétration des services Internet : 83,47%

(ARTP, 31 mars 2020)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 211 026 abonnés
- 169 128 lignes résidentielles (80,15%)
- 41 898 lignes professionnelles (19,85%)
- Taux de pénétration : 1,30%

(ARTP, 31 mars 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 948 492 abonnés
- Taux de pénétration : 110,73%

(ARTP, 31 mars 2020)

FACEBOOK

- 3 408 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 20,4%

(Facebook, Décembre 2019)