twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Ramon Fernandez, Dga Orange, à propos du blocage de Orange money par la BCEAO : « Je ne doute pas qu’on trouvera des solutions »

mercredi 12 avril 2017

Au cours d’une conférence tenue ce mercredi matin à l’institut Monde Arabe, à Paris, sur les Enjeux d’une approche continentale, Ramon Fernandez, Dga Orange, Finance et Stratégie, a répondu aux questions de CIO Mag sur le blocage des transferts internationaux d’Orange Money par la BCEAO.

La BCEAO vient d’interdire le transfère d’argent hors zone UEMOA pour les détenteurs de compte Orange money. Quel est votre commentaire par rapport à cela et quelle est la stratégie que vous comptez mettre en place ?

Orange Money était un produit qui était interne à chaque pays. Ce qu’on a fait, c’est qu’à partir de fin 2016 on a ouvert un service de transfert depuis la France vers trois pays d’Afrique de l’Ouest (Mali, Sénégal, Côte d’Ivoire, NDLR). Et dans le courant de la première semaine de l’année 2017, la BCEAO nous a demandé de suspendre effectivement le service, le temps d’être parfaitement au clair sur le cadre réglementaire. Honnêtement, je pense que quand on ouvre de nouveaux services, les organes de régulation, les autorités, ont besoin d’être parfaitement au clair sur les tenants et aboutissants de nouveaux services qui sont innovants ; qui peut être suscitent des interrogations de la part des concurrents, je ne sais pas. Mais en tous cas, on a un dialogue très constructif avec la BCEAO. Et d’ailleurs nous aurons très prochainement des rencontres sur le sujet avec le gouverneur. Je ne doute pas qu’on trouvera des solutions aux questions posées. Je pense encore une fois qu’on défriche des territoires inconnus avec la multiplication des services qui deviennent accessibles sur le mobile, et donc il est normal encore une fois que les autorités de régulation soient parfaitement en phase avec cette explosion. Maintenant, il faut que le rythme de l’innovation, surtout quand elle est utile aux gens, puisse avancer à un rythme qui soit acceptable.

Encore une fois, c’est un nouveau service qui a été ouvert, il avait un succès, je ne le cache pas. C’est peut-être pour ça qu’il a suscité cet intérêt. On trouvera une solution. Je comprends, je ne suis pas inquiet, ce service sera ré-ouvert.

Mohamadou Diallo

(Source : CIO Mag, 12 avril 2017)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 8 761 804 abonnés Internet

  • 8 483 435 abonnés 2G+3G+4G (96,9%)
  • 1131 453 clés et box Internet (1,5%)
  • 117 807 abonnés ADSL (1,3%)
  • 17 965 abonnés bas débit (0,2%)

- Liaisons louées : 21 044

- Taux de pénétration des services Internet : 57,44%

(ARTP, 30 juin 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 292 468 abonnés
- 223 179 lignes résidentielles (76,31%)
- 69 218 lignes professionnelles (23,67%)
- 71 lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,92%

(ARTP, 30 juin 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 141 304 abonnés
- Taux de pénétration : 105,80%

(ARTP, 30 juin 2018)

FACEBOOK

- 2 900 000 utilisateurs

(Facebook Ads, décembre 2017)