twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Quand l’Agence universitaire de la francophonie réduit la fracture numérique

mardi 9 décembre 2003

"Vaisseau amiral" du dispositif numérique de l’Agence universitaire de la francophonie (AUF) en Afrique de l’Ouest, le campus de Dakar, comme ceux d’autres villes de la sous-région, vise à réduire la fracture numérique entre universités africaines et occidentales. "L’idée de ces campus, c’est de désenclaver des universités africaines sur le plan numérique", explique Olivier Sagna, coordinateur sous-régional du programme pour la Guinée, la Côte d’Ivoire, le Mali, la Mauritanie et le Sénégal. A l’exemple du centre de Dakar, des campus numériques, équipés de 25 à 70 ordinateurs, sont implantés dans cinq capitales africaines : Abidjan, Bamako, Cotonou, Ouagadougou et Niamey. Quatre centres d’accès à l’information, de plus petite taille (entre 10 et 15 machines), sont installés à Lomé, Conakry, Nouakchott, ou encore Saint-Louis (Sénégal). "On commence à avoir un maillage assez important dans la zone. On peut répliquer le modèle, tout en s’adaptant à ce que les universités vont nous demander", remarque Thomas Noël, le coordinateur technique régional. Des coopérations et formations entre différents centres et campus sont mises en place. "Grâce à une annonce mise en ligne récemment, des chercheurs de cinq pays de la sous-région se sont rendu compte qu’ils travaillaient sur le même sujet et ont pu prendre contact", raconte Thomas Noël. "Aujourd’hui, on ne peut plus faire de recherche en vase clos", confirme Olivier Sagna. "De plus en plus de cours ou de thèses sont publiés intégralement sur le réseau, ce qui intéresse les universitaires africains, qui eux aussi doivent faire connaître ce qu’il font", ajoute-t-il. Au final, l’initiative numérique de l’AUF séduit un grand nombre d’utilisateurs ouest-africains. En Guinée, où l’université n’est pas connectée à internet, le centre d’accès à l’information ne désemplit pas. "Des coopérants russes viennent s’y connecter, comme des enseignants ou une partie des étudiants guinéens. Il y a tellement d’affluence qu’on a dû limiter le temps de connexion", constate Olivier Sagna.

(Source : Agence France Presse 9 décembre 2003)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 534 038 abonnés Internet

  • 10 531 260 abonnés 2G+3G+4G (97,58%)
    • 2G : 29,14%
    • 3G : 54,77%
    • 4G : 16,08%
  • 101 090 clés et box Internet (0,96%)
  • 151 915 abonnés ADSL/Fibre (1,47%)
  • 1781 abonnés bas débit (0,02%)
  • 2778 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 570

- Taux de pénétration des services Internet : 66,98%

(ARTP, 30 septembre 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 5800 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, décembre 2019)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 225 643 abonnés
- 183 331lignes résidentielles (81,25%)
- 42 312 lignes professionnelles (18,75%)
- Taux de pénétration : 1,4352%

(ARTP, 30 septembre 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 398 285 abonnés
- Taux de pénétration : 110,63%

(ARTP, 30 septembre 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)