twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Qualité du réseau, tarification : L’ARTP met les opérateurs au pas

mardi 2 juillet 2013

L’Autorité de régulation des télécommunications et des postes entend mettre les opérateurs de téléphonie face à leurs responsabilités pour une meilleure qualité du service et une tarification juste. Il en est de même des jeux du Sms qui connaissent une poussée inflationniste.

L’Autorité de régulation des télécommunications et des postes entend mettre les opérateurs de téléphonie face à leurs responsabilités pour une meilleure qualité du service et une tarification juste. Il en est de même des jeux du Sms qui connaissent une poussée inflationniste.

Manifestement le nouveau directeur général de l’Autorité de Régulation des Télécommunications et des Postes (Artp) veut mettre de l’ordre dans le secteur des télécoms qui connait un certain boom. Et le danger pour un secteur qui est en plein expansion, c’est que la porte est ouverte à toutes les dérives. Cela, les télécoms le vivent’’’’ » avec une tarification inexpliquée et un réseau défectueux, suscitant les complaintes des consommateurs de plus en plus désabusés. Face à tous ces impairs, les services de Abou Lo ont tapé du poing sur la table pour rappeler aux opérateurs téléphoniques leurs exigences. Ainsi, le 24 juin dernier, l’institution de régulation des télécommunications a sorti une mesure visant à mettre en place un dispositif efficient d’encadrement de la qualité des services offerts par les opérateurs de téléphonie titulaires de licences au Sénégal.

Dans une note dont nous détenons copie, l’Artp indique que cette décision fixe des objectifs aux opérateurs de téléphonie et prévoit des sanctions en cas de non-respect. En outre, la mesure prévoit chaque année, une publication par l’Autorité d’un tableau de classement des opérateurs (Sonatel, Sentel, Expresso) selon leur niveau de performance en terme de qualité de service, dans chacune des régions du Sénégal. Cette nouvelle approche consiste à mettre à niveau des obligations des opérateurs en matière de qualité de service conformément aux dispositions du Code des Télécommunications et de leurs cahiers de charges ; de tenir informés objectivement et efficacement les consommateurs des niveaux de qualité constatés et de leur comparaison entre les opérateurs ; d’inciter les opérateurs à améliorer de façon continue la qualité de leurs réseaux et créer une dynamique de concurrence et enfin d’améliorer la couverture du territoire par les réseaux de télécommunications du pays.

Hormis les opérateurs de téléphonie, l’Artp entend mettre de l’ordre chez les fournisseurs de services à valeurs ajoutée. Comprenez bien, les fournisseurs de jeux sms. A ce niveau, la pagaille a fini de régner en maître. En effet, suite à la mise sur pied du Plan National de Numérotation (PNN) en 2007, accordant aux fournisseurs de services la possibilité d’acquérir directement auprès de l’Artp des numéros courts, on a constaté une poussée inflationniste. Cette nouvelle disposition a entrainé un développement remarquable des services à valeur ajoutée au Sénégal, notamment les jeux sms et serveurs vocaux. Le nombre total de numéros courts attribués a atteint 274 au 31 décembre 2012 et le nombre de fournisseurs de services à valeur ajoutée est passé de 17 en 2007 à 69 en 2012.

Et l’Artp, après avoir étudié l’utilisation des numéros courts attribués, a noté que la plupart des fournisseurs de services à valeur ajoutée ne se conforment pas, aux paliers tarifaires définis dans la structure de Plan de Numérotation. De même, l’Artp a noté une pratique dans les services jeux et sms surtaxés, consistant à ne pas communiquer aux consommateurs les tarifs pratiqués ou à les indiquer en petits caractères que ces derniers ne peuvent pas percevoir.

Cette situation a provoqué beaucoup de plaintes des consommateurs qui exigent la transparence de l’information relative à la facturation et aux modalités de prestations de services. Pour mettre fin à toutes ces « dérives », l’Artp a pris une batterie de mesures destinées à mettre les fournisseurs aux normes.

Pape Ismaïla Keita

(Source : L’As, 2 Juillet 2013)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 14 825 111 abonnés Internet

  • 14 016 086 abonnés 2G+3G+4G (97,90%)
    • 2G : 23,96%
    • 3G : 43,14%
    • 4G : 32,90%
  • 177 363 abonnés ADSL/Fibre (1,21%)
  • 134 098 clés et box Internet (0,90% )
  • 2 258 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,20%
  • Internet mobile : 98,80%

- Liaisons louées : 22 706

- Taux de pénétration des services Internet : 88,74%

(ARTP, 31 décembre 2020)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 228 774 abonnés
- 186.695 résidentiels (81,61%)
- 42 079 professionnels (18,39%)
- Taux de pénétration : 1,36%

(ARTP, 31 décembre 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 078 948 abonnés
- Taux de pénétration : 114,21%

(ARTP, 31 décembre 2020)

FACEBOOK

- 3 408 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 20,4%

(Facebook, Décembre 2019)