twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Qu’est-ce que Scan-TIC ?

mercredi 4 septembre 2002

Scan-TIC est une activité menée par le Centre de Recherches pour le Développement International (CRDI) en collaboration avec la Commission Economique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA). C’est une proposition ambitieuse et de longue durée qui vise à mobiliser les appuis nécessaires afin de créer par étapes une capacité africaine intégrée de collecte et de gestion de l’information clé nécessaire pour appuyer l’investissement de plus en plus important dans les technologies de l’information et de la communication (TIC) et pour aider l’Afrique à devenir une société de l’information — un observatoire/institut de recherche panafricain qui appuiera les initiatives en cours. Scan-TIC offre une occasion de création de capacité en Afrique — la capacité pour l’Afrique d’agir sur les investissements dans les TIC, d’en accroître la portée et d’encourager la mise au point de solutions, d’applications et de contenus faits en Afrique.

Scan-TIC appuie les objectifs de l’initiative Société africaine à l’ère de l’information (AISI), dont le mandat consiste à utiliser les technologies de l’information et de la communication pour accélérer le développement économique et social en Afrique. En 1996, les gouvernements africains ont lancé une initiative d’une durée de 15 ans afin de fournir à tous les habitants de l’Afrique la connectivité et l’accès électronique à l’information. L’AISI constitue le cadre de promotion de cet objectif : l’initiative vise à réaliser un développement coordonné et intégré de l’infrastructure en matière de communications, des ressources en information et des ressources humaines pour la diffusion de l’information qui servira à l’autodéveloppement de tous les Africains d’ici à 2010. L’AISI est mise en œuvre parallèlement à un cadre stratégique et institutionnel qui évolue constamment et encourage les partenariats avec les secteurs public et privé. Scan-ICT vise à devenir la ressource d’information essentielle qui orientera la planification et la mise en œuvre éclairées de l’AISI.

En 1996, la conférence des ministres chargés du Développement et de la Planification de la Commission économique pour l’Afrique (CEA) a établi l’AISI en adoptant la résolution 812 (XXXI), Mise en oeuvre de l’Initiative Société africaine à l’ère de l’information, après examen du document intitulé Initiative Société africaine à l’ère de l’information : Cadre d’action pour l’édification d’une infrastructure africaine de l’information et de la communication. La CEA a été chargée de collaborer avec des partenaires afin de mettre en œuvre l’initiative dans toute l’Afrique.

Dans le contexte d’un programme de développement par étapes, l’initiative Scan-TIC propose de créer un observatoire africain afin de suivre de près la pénétration des TIC en Afrique, leur impact et l’efficacité de leur application. Il s’agira d’une ressource d’information prenant la forme d’un guichet unique destiné aux investisseurs, aux décideurs et aux praticiens. L’initiative Scan-TIC vise à permettre aux pays d’Afrique de réunir, d’analyser et d’utiliser l’information dont ils auront besoin pour participer à une économie mondiale numérique. Les activités de l’initiative Scan-TIC se répartissent en quatre grands volets

i. Indicateurs et points de comparaison Pour suivre l’évolution vers une société de l’information, il faut établir des indicateurs, fixer des points de comparaison et mesurer les progrès réalisés vers l’atteinte des objectifs.

ii. Enjeux en matière de politiques Pour tirer le maximum des TIC, il faut des politiques visant à rendre l’accès aux TIC plus facile et leur utilisation plus efficace. L’initiative Scan-TIC aidera les pays d’Afrique à élaborer, mettre en œuvre et surveiller des politiques ayant pour objet de faciliter l’accès et l’utilisation.

iii. Ressources humaines Pour participer à l’économie mondiale numérique, les pays d’Afrique auront aussi besoin de former des jeunes dans toutes sortes de professions liées au domaine et de recycler les effectifs actuels afin de leur permettre d’utiliser les technologies de l’information. Scan-TIC suivra la demande croissante en compétences spécialisées en TIC en Afrique et collaborera avec les éducateurs et le secteur privé à la mise au point du matériel didactique et à sa diffusion. Scan-TIC cherchera aussi à favoriser l’utilisation des TIC pour offrir des cours visant à transmettre ces compétences spécialisées au moyen du téléenseignement.

iv. Applications Pour contribuer au développement de l’Afrique, les TIC doivent être non seulement disponibles mais aussi utilisées efficacement. Scan-TIC documentera les applications efficaces des TIC dans les milieux des affaires, du développement communautaire et des services sociaux, dont l’éducation et les soins de santé, en Afrique et diffusera de l’information à ce sujet.

Les principales activités de Scan-TIC, dont le fonctionnement sera apparenté à celui d’un observatoire/institut de recherche et d’un réseau de collaborateurs, consisteront à :

- Faire le point sur la situation des TIC et suivre régulièrement les activités de base en matière de TIC.

- Mettre au point et améliorer constamment une série d’indicateurs qui pourront servir à mesurer les activités liées aux TIC et les progrès accomplis en Afrique et à orienter les investissements.

- Élaborer une stratégie de comparaison continue susceptible d’être mise en oeuvre pour améliorer le rendement des TIC en Afrique.

- Concevoir des séries distinctes d’études de cas visant à démontrer les pratiques optimales et à faire connaître les leçons tirées de l’application novatrice des TIC dans différents pays, ainsi que des applications sectorielles très prioritaires dans des domaines comme la santé, l’éducation et le commerce électronique.

- Exécuter des activités de recherche et de développement bien ciblées afin de consolider les capacités de gestion stratégique en matière d’élaboration de politiques et d’investissement dans le domaine des TIC en Afrique.

- Appuyer une stratégie de création de capacité et planifier la collecte, la tenue à jour et la diffusion durables d’une information de qualité sur les activités liées aux TIC en Afrique.

- Appuyer une veille technologique internationale et suivre l’évolution des politiques et de la technologie pour en faire profiter l’Afrique.

- Favoriser la création de bases d’information et de connaissances accessibles au public.

- Créer et tenir des centres régionaux de collecte et de gestion de données dans des organismes contribuant à Scan-TIC répartis dans toute l’Afrique.

- Créer des liens avec les centres internationaux logés dans des organismes comme Bellanet, la Banque mondiale, l’UIT, la Francophonie.

- Créer constamment de nouveaux partenariats.

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 35 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 9 354 455 abonnés Internet

  • 9 077 056 abonnés 2G+3G (97,10%)
  • 151 437 clés Internet (1,60%)
  • 107 550 abonnés ADSL (1,10%)
  • 18 412 abonnés bas débit (0,20%)

- Taux de pénétration des services Internet : 63,21%

(ARTP, 30 septembre 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 287 980 abonnés
- 219 734 lignes résidentielles (76,30%)
- 68 186 lignes professionnelles (23,68%)
- lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,94%

(ARTP, 30 septembre 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 556 649 abonnés
- Taux de pénétration : 105, 11%

(ARTP, 30 septembre 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)