twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Protection des données à caractère personnel, une urgence pour l’Afrique ?

jeudi 31 mai 2018

La protection des données personnelles des utilisateurs des GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft) est un sujet préoccupant en Afrique. Contrairement à l’Europe, le continent est loin de faire pression sur les géants du web.

Où sont stockés toutes les informations collectées sur les sites ? A quelles fins répondent-elles quels sont contreparties financières ? Telles sont des questions que les internautes africains se posent légitimement.

Ces grandes plateformes ont conquit des millions utilisateurs en Afrique et facilitent l’accès à leurs applications. Par exemple, free basic de facebook opérationnel dans plus de 20 Etats africains. Cette fonctionnalité permet d’utiliser cette application sans utiliser son forfait internet.

Il y a également Digital Skills for Africa (« compétences digitales pour l’Afrique ») qui a permis de former entre 2016 et 2017 plus d’1 Million de jeunes africains a l’utilisation de sa messagerie et de son moteur de recherches.

Plusieurs organisations expliquent que derrière cette démarche qui peut ressembler à l’aide au développement se cache en réalité un vaste plan de collecte gratuite des données à caractère personnel. Ces données sont considérés comme le carburant de l’économie numérique et vallent leur pesant d’or.

Des enjeux financiers à couper le souffle

Notons que l’Europe possède 475 Millions d’internautes qui représente aujourd’hui 60 Milliards d’euros de chiffre d’affaire sur le marché des données personnelles. On peut donc imaginer ce que représente l’Afrique avec ses 500 Millions de connectés attendus en 2020. Ce chiffre devrait doubler selon certains analystes en 2050.

Les enjeux publicitaires

Les études ont montrés qu’au Maroc, 62% des budgets publicitaires sont absorbés par facebook et Google. En Afrique du sud, au Kenya et au Nigeria, Google ne commente plus beaucoup ses activités et préfère mettre en avant ses formations. Dans ses pays la vente des annonces commerciales est la principale source de revenus du moteur de recherche.

Maryse Atsé

(Source : ICT4Africa, 31 mai 2018)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 076 337 abonnés Internet

  • 9 793 802 abonnés 2G+3G+4G (98,15%)
  • 148 476 clés et box Internet (0,97%)
  • 116 093 abonnés ADSL (0,76%)
  • 17 966 abonnés bas débit (0,12%)

- Liaisons louées : 21 175

- Taux de pénétration des services Internet : 66,05%

(ARTP, 31 mars 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 289 426 abonnés
- 221 272 lignes résidentielles (76,45%)
- 68 084 lignes professionnelles (23,52%)
- 70 lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,89%

(ARTP, 31 mars 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 984 934 abonnés
- Taux de pénétration : 104,78%

(ARTP, 31 mars 2018)

FACEBOOK

- 2 900 000 utilisateurs

(Facebook Ads, décembre 2017)