twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Protection des données personnelles : Un séminaire pour comprendre les implications du règlement européen sur la protection des données

mardi 10 juillet 2018

Les 10 et 11 juillet 2018, Ouagadougou abrite un séminaire international de formation des cadres des Autorités de protection des données personnelles sur le Règlement général sur la protection des données (RGPD). Ce séminaire est organisé par la Commission de l’informatique et des libertés (CIL) et réunit à Ouagadougou des participants venus de la Côte d’Ivoire, du Mali, du Sénégal, du Maroc et du Burkina Faso.

Entré en vigueur le 25 mai 2018, le Règlement général européen sur la protection des données (RGPD) est la nouvelle réglementation européenne qui va régir la manière dont les entreprises vont gérer les données personnelles qu’elles manipulent. Il introduit de nouveaux principes et de nouvelles obligations dans la collecte et le traitement des données personnelles.

Le RGPD, bien qu’instrument juridique européen, a aussi une portée mondiale pour peu que le responsable du traitement des données soit en zone hors Union européenne. « Nos opérateurs économiques, nos entreprises entretiennent des relations de commerce, des relations économiques avec beaucoup d’entreprises européennes.

Donc, ce nouveau règlement ne peut qu’avoir des impacts sur nos pays. Nous avons pour mission en tant qu’autorités de protection des données personnelles, d’entretenir les cadres de ces entreprises qui manipulent des données personnelles pour qu’ils soient formés, aient des notions sur ce nouveau règlement afin d’être à jour, de pouvoir résister à la concurrence. Si nos entreprises ne respectent pas ces normes, elles ne pourront pas faire face à la concurrence », explique Marguerite Ouédraogo/Bonané, présidente de la CIL.

Et le président de la Commission nationale de l’informatique et des libertés du Benin, Etienne Fifatin, d’ajouter que dans l’application du RGPD dans l’espace européen, les autres pays sont aussi embarqués. « Un embarquement forcé », parce que les entreprises africaines sont en relations d’affaires avec des pays européens. « Nous avons besoin de nous mettre à jour, de prendre connaissance de ce qui se passe dans l’espace européen pour que nous-mêmes puissions-nous organiser. », a laissé entendre M. Fifatin.

C’est donc convaincue que ce nouveau règlement impactera à coup sûr les économies africaines, que la Commission de l’informatique et des libertés (CIL) du Burkina Faso, qui préside le Réseau africain des Autorités de protection des données personnelles pour la période 2018-2020, a initié ce séminaire de formation. Il entre dans le cadre de la politique de renforcement des capacités des cadres du Réseau telle que définie lors de l’assemblée générale tenue à Casablanca au Maroc en février 2018.

Ainsi, ce séminaire sera le lieu pour les cadres des Autorités de protection des données personnelles des pays membres du Réseau de s’informer et de se mettre à niveau sur les implications de cet instrument juridique européen qu’est le RGPD sur le continent africain. Ce sera aussi l’occasion pour les participants de partager de meilleures pratiques en matière de contrôle des traitements de données et de gestion des plaintes. La sécurité des systèmes d’information est également à l’ordre du jour de ces deux jours de formation.

Pour Marguerite Ouédraogo/Bonané, il était important de tenir ce séminaire international, parce que « la protection des données personnelles dépasse largement la compétence d’un seul Etat et fait appel à une synergie d’actions entre différents acteurs. Aussi, le droit de la protection des données personnelles est en perpétuelle évolution pour s’adapter aux avancées technologiques. »

A l’issue de cette formation, les participants devraient être donc mieux outillés pour comprendre et interpréter le RGPD en cas de besoin.

Justine Bonkoungou

(Source : Le Faso, 10 juillet 2018)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 076 337 abonnés Internet

  • 9 793 802 abonnés 2G+3G+4G (98,15%)
  • 148 476 clés et box Internet (0,97%)
  • 116 093 abonnés ADSL (0,76%)
  • 17 966 abonnés bas débit (0,12%)

- Liaisons louées : 21 175

- Taux de pénétration des services Internet : 66,05%

(ARTP, 31 mars 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 289 426 abonnés
- 221 272 lignes résidentielles (76,45%)
- 68 084 lignes professionnelles (23,52%)
- 70 lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,89%

(ARTP, 31 mars 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 984 934 abonnés
- Taux de pénétration : 104,78%

(ARTP, 31 mars 2018)

FACEBOOK

- 2 900 000 utilisateurs

(Facebook Ads, décembre 2017)