twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Protection des données personnelles : La CDP outille des acteurs de la Justice

samedi 17 février 2018

La Commission de protection des données personnelles (Cdp) a organisé, hier, une session de formation à l’attention des magistrats du Sénégal.

Dans le sillage de la vulgarisation de la loi sur la protection des données à caractère personnel, la Commission dédiée (Cdp) a organisé, hier, à la Cour d’appel de Dakar, une formation destinée à près de 30 magistrats.

Le but est d’outiller les acteurs de la Justice « pour une meilleure connaissance » du cadre institutionnel et normatif de la protection des données personnelles, « du règlement du contentieux » des données personnelles et aussi « une meilleure approche » des textes législatifs nationaux et internationaux.

A l’ouverture du séminaire, la présidente de la Cdp est revenue sur les enjeux. « Nous avons voulu nous retrouver avec plusieurs magistrats pour voir comment mettre en œuvre l’application effective de loi sur les données personnelles. C’est nécessaire, car c’est une loi qui intègre un recours à la justice à un moment ou à un autre », a expliqué Awa Ndiaye. A son avis, il est évident que l’harmonisation de leur travail avec les cours et tribunaux est extrêmement importante pour eux. « De plus en plus, on se rend compte que les divulgations massives de données personnelles ou certaines atteintes à la vie privée se retrouvent devant les juridictions », a relevé la présidente de la Cdp. Donc, « ce que la loi nous confère comme missions et comme possibilités de réaction doivent être confortées, d’une certaine manière, par la réactivité des cours et tribunaux », a-t-elle soutenu. Prenant la parole, le premier président de la Cour d’appel a jugé que toutes les juridictions du ressort de la Cour d’appel sont concernées par cette formation. « Nous sommes juges et nous sommes tenus de comprendre. Nous ne pouvons pas avoir la légitimité de juger les autres si nous ne comprenons pas, et c’est un besoin de comprendre ce que c’est les données personnelles qui visent la protection de notre liberté, de notre vie privée », a souligné Demba Kandji. Selon lui, les magistrats sénégalais sont des généralistes, car ils sont appelés à tout comprendre parce qu’ils sont compétents pour tout et ne sont spécialistes de rien.

E. M. Faye

(Source : Le Soleil, 17 février 2018)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 076 337 abonnés Internet

  • 9 793 802 abonnés 2G+3G+4G (98,15%)
  • 148 476 clés et box Internet (0,97%)
  • 116 093 abonnés ADSL (0,76%)
  • 17 966 abonnés bas débit (0,12%)

- Liaisons louées : 21 175

- Taux de pénétration des services Internet : 66,05%

(ARTP, 31 mars 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 289 426 abonnés
- 221 272 lignes résidentielles (76,45%)
- 68 084 lignes professionnelles (23,52%)
- 70 lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,89%

(ARTP, 31 mars 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 984 934 abonnés
- Taux de pénétration : 104,78%

(ARTP, 31 mars 2018)

FACEBOOK

- 2 900 000 utilisateurs

(Facebook Ads, décembre 2017)