twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Procès La Gazette/Thierno Ousmane SY : Réactions

dimanche 3 octobre 2010

Nombre d’autorités de marque, politiciens comme membres de la société civile, ont assisté à ce procès historique. Nous vous livrons ici quelques réactions recueillies au sortir du tribunal.

Moustapha Niasse, Secrétaire général de l’Alliance des forces du progrès (Afp) « Abdou Latif Coulibaly est une référence dans ce pays »

« Abdou Latif Coulibaly est une référence dans ce pays, du fait du combat qu’il mène avec son équipe au niveau de La Gazette. Il s’agit de confirmer mon choix qui est celui de tous les leaders politiques pour que le Sénégal retrouve le plus rapidement possible les valeurs qu’il est en train de perdre en matière de bonne gouvernance démocratique. Ma présence ici dépasse le procès. Je viens soutenir Latif Coulibaly à poursuivre le combat auquel je prends part pour que le Sénégal retrouve la paix, la liberté sans laquelle il n’avancera pas ».

Jean Paul Dias, Secrétaire général du Bloc des Centristes Gaïndé (Bcg) « J’ai été un conseiller à la Présidence du temps de Senghor mais je ne savais pas que les conseillers faisaient ce genre de travail »

« On ne peut pas débroussailler un appel d’Offres pour ensuite venir lancer qu’on a trouvé un minimum. J’ai été un conseiller à la Présidence du temps de Senghor mais je ne croyais pas que les conseillers faisaient ce genre de travail. Vraiment, cela me perturbe un peu. C’est clair que, avoir vendu une licence à 200 millions de dollars, c’était pour récupérer 100 milliards de francs CFA. Et qu’il y ait des pertes de change techniquement démontrées, ce sont des pertes de change normales. Personnellement, je n’aurais pas perdu 11 milliards sur 100 milliards de francs. Je trouve anormal que quelqu’un écrive à un conseiller du président en lui disant : veuillez intervenir pour qu’on me paye des commissions pour le travail que j’ai effectué pour Sudatel. Ça me paraît anormal ».

Abdoulaye Bathily, Secrétaire général de la Ligue démocratique (Ld) « On ne comprend pas qu’un conseiller du président pilote cette affaire en lieu et place de l’Artp »

« Aujourd’hui, il est très clair que cette affaire Sudatel a été, de bout en bout, montée de manière frauduleuse. Un procès est en train de se dérouler actuellement à Dubaï. C’est une autre illustration du caractère frauduleux de cette licence. L’image de notre pays est ternie dans cette affaire. Le procès a montré très clairement que l’attribution de la licence Sudatel a été faite de manière illégale et non transparente dans la mesure où on ne comprend pas qu’un conseiller du président de la République, comme il l’a dit lui-même, pilote de bout en bout cette affaire en lieu et place de l’Artp. Et ce qui est encore plus grave, c’est que jusqu’à présent, on voit très clairement qu’il y a des gens qui ont touché de l’argent, parce qu’entre 200 millions de dollars qui sont annoncés et les sommes que le Trésor a encaissées, il y a un gap que l’on n’explique nullement. Il faut qu’on nous dise où est passé cet argent. La lumière sera faite et dans le cadre d’un audit systématique de la gestion de Wade. Je l’ai dit depuis longtemps, notre justice marche sur la tête même si nous avons çà et là de bons juges. Elle est au service de l’Exécutif. Il n’y a pas de justice indépendante dans notre pays. L’affaire Sudatel est un scandale parmi d’autres. Tant qu’ils sont au pouvoir, jamais on ne pourra faire la lumière sur cette affaire ».

Bara Tall, initiateur du mouvement Yemale pour l’égalité des chances et de la pétition sur les 20 milliards de commissions « Le fait que les gens soient restés au tribunal du matin au soir prouve qu’ils ont soif de vérité »

« La seule chose que je peux dire c’est que la pétition pour que la lumière soit faite sur les 20 milliards de commissions se justifie davantage. Le fait que les gens soient restés au tribunal du matin au soir prouve qu’ils ont soif de vérité. Donc cette recherche de vérité doit se faire jusqu’au bout. Et le moindre des respects que je dois aux Sénégalais c’est d’aller jusqu’au bout et de poursuivre la pétition. Mais je laisse au tribunal le soin de se prononcer et je respecterai sa décision. On a vécu le procès passionnément et on n’a pas senti le temps passer et je serais resté jusqu’à demain. Maintenant que tout a été dit, attendons le verdict. »

Birahim Seck membre du Forum Civil « Nous sommes à une nouvelle ère où les Sénégalais comprennent les enjeux de la transparence »

« Nous sommes à une nouvelle ère où les Sénégalais comprennent les enjeux de la transparence. J’ai été vraiment séduit par la manière dont les avocats de la défense ont expliqué dans leurs plaidoiries en particulier la notion de « cœur du scandale ». Ils ont expliqué aux Sénégalais comment Thierno Ousmane Sy s’est retrouvé au cœur de ce scandale qui frise le ridicule en fin de compte. Ils l’ont tellement bien expliqué, tellement bien élucidé qu’on ne peut pas dire autre chose. Ils ont expliqué les mécanismes frauduleux, comment l’argent est passé d’une banque à une autre, je ne peux qu’être d’accord avec eux. Je suis satisfait des plaidoiries des avocats des prévenus. Cela montre qu’au Sénégal on a une justice et j’espère qu’elle ira dans le même sens que la défense. A la lumière de tout cela, je m’attends à ce que tous les journalistes soient relaxés ».

Pr Malick Ndiaye, Société civile « Notre pays a reculé d’une trentaine d’années »

L’Etat devrait s’autosaisir, car il connaît la vérité d’avance. Notre pays a reculé d’une trentaine d’années. Me Wade doit assumer ses responsabilités et qu’on arrête de harceler, de vilipender et de discréditer la conscience des hommes de la trempe de Abdou Latif Coulibaly. Nous avons un problème de liberté avec les harcèlements qui sont faits à l’encontre des journalistes. Cela constitue un musellement de la capacité de recherche pour la bataille de la liberté. Ce pays a besoin de personnes qui ont de l’audace comme Latif Coulibaly.

Mamadou Lamine Diallo, Mouvement Tekki « Il est tem

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 076 337 abonnés Internet

  • 9 793 802 abonnés 2G+3G+4G (98,15%)
  • 148 476 clés et box Internet (0,97%)
  • 116 093 abonnés ADSL (0,76%)
  • 17 966 abonnés bas débit (0,12%)

- Liaisons louées : 21 175

- Taux de pénétration des services Internet : 66,05%

(ARTP, 31 mars 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 289 426 abonnés
- 221 272 lignes résidentielles (76,45%)
- 68 084 lignes professionnelles (23,52%)
- 70 lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,89%

(ARTP, 31 mars 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 984 934 abonnés
- Taux de pénétration : 104,78%

(ARTP, 31 mars 2018)

FACEBOOK

- 2 900 000 utilisateurs

(Facebook Ads, décembre 2017)