twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Privatisation de la Sonatel : Une opération dangereuse, selon son directeur fondateur

dimanche 10 mai 2009

Il est certainement la personne la mieux indiquée pour analyser la situation de la Sonatel - entreprise installée dans le tourbillon des privatisations cycliques de sociétés nationales. Ce, d’autant plus que Alassane Dialy Ndiaye en est le directeur fondateur. A ce titre, et en connaisseur du secteur des télécommunications, il juge de l’inopportunité de la cession de parts France Télécom, pour la pure et simple raison que, à travers le réseau (intelligent, ainsi qu’il le qualifie) de la Sonatel passent des infos concernant la vie privée des gens et des secrets d’Etat.

Selon Alassane Dialy Ndiaye, il ne faut pas régler un problème passager pour compromettre l’avenir. A en croire le directeur fondateur de la Sonatel (société née en 1985), la résolution des difficultés supposées de trésorerie de l’Etat doit s’écarter de la logique de cession de parts (9,8%) d’une entreprise aussi florissante que la société de téléphone à France Télécom. Mieux, l’invité ce dimanche de l’émission Grand Jury sur RFM (radio privée) dit : « Quand on a la chance d’avoir une poule qui ponds des œufs d’or, il ne faut la tuer ». Jugeant encore de l’inopportunité de l’opération de privatisation, il motive cet interdit par une autre réalité : le réseau de la Sonatel est un réseau intelligent par lequel passent des informations concernant la vie privée des gens et des secrets d’Etat.

Alassane Dialy Ndiaye a par ailleurs précisé que c’est l’Etat du Sénégal qui a sollicité France Télécom pour cette opération, et non l’inverse. D’accord sur le principe de l’ouverture du capital de la Sonatel aux privés sénégalais, il n’en demeure pas moins sceptique quant à la volatilité des actions. Parce que, explique-t-il, « au départ, 10% des parts étaient vendus au personnel de l’entreprise, mais au fil des années, une part importante des actions a été cédée à des tiers ». « Je ne suis pas sûr que le personnel détienne 5% des actions », indique l’ingénieur des Télécommunications.

Abdourahmane Sy

(Source : Ferloo, 10 mai 2009)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)