twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Prêt de l’AFD garanti par des actions Sonatel : L’institution française dément

samedi 18 avril 2009

Les services de l’Association française de développement(Afd), par le biais de l’Ambassade de France au Sénégal, ont été promptes à réagir pour démentir une information parue ce 17 avril 2009 chez notre confrère Le Quotidien et faisant état d’un prétendu « deal » entre le Fmi, le Sénégal et l’Afd sur les actions Sonatel de l’Etat sénégalais.

Une information que les services de l’Afd qualifient d’ « allégations », à travers un communiqué adressé à notre Rédaction par l’intermédiaire de l’Ambassade de France au Sénégal. Dans le texte du communiqué, l’Afd précise que le prêt de 125 millions d’euros (82 milliards de FCfa) accordé en décembre 2008 à l’Etat sénégalais pour lui permettre de payer des arriérés vis-à-vis d’entreprises privées, ne bénéficie d’ « aucune autre garantie que l’engagement de l’Etat sénégalais de régler à bonne date les échéances prévues par la convention de financement ». Et le texte de souligner que ce prêt « n’est donc en aucune façon garanti par des actions de la SONATEL appartenant à l’Etat sénégalais ».

Un texte somme toute laconique pour des « allégations » aussi graves portées à la crédibilité d’institutions aussi prestigieuses que le Fmi et l’Afd et d’un Etat qui a, par les temps qui courent, un besoin urgent de redorer son blason de bonne gouvernance terni par trop d’ « affaires ».

Pour rappel, le 18 décembre dernier, la France à travers l’Afd, avait accordé au Sénégal un prêt exceptionnel d’un montant de 125 millions d’Euros (82 milliards de FCfa), à travers une convention signée par Jean-Christophe Rufin, Ambassadeur de France au Sénégal et le ministre sénégalais de l’Economie et des finances Abdoulaye Diop.

Ce prêt à verser en deux tranches en appui budgétaire, était effectivement destiné à aider l’Etat sénégalais à éponger la dette intérieure due au secteur privé notamment. Le montant réel de la dette en question a d’ailleurs beaucoup fait jaser, le secteur privé n’étant pas d’accord avec les chiffres avancés par les autorités.

Toujours est-il que ce prêt était non seulement conditionné à l’approbation par le FMI, le 19 décembre d’un programme d’aide, crucial pour la poursuite des investissements étrangers et de l’aide internationale au Sénégal, mais aussi a la réalisation même d’un audit des impayés, ainsi que l’avait précisé l’ambassadeur français, lui-même.

Sombel Faye

(Source : Sud Quotidien, 18 avril 2009)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 449 579 abonnés Internet

  • 10 183 289 abonnés 2G+3G+4G (97,47%)
  • 115 978 clés et box Internet (1,11%)
  • 130 612 abonnés ADSL (1,25%)
  • 17 961 abonnés bas débit (0,17%)
  • 1739 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 006

- Taux de pénétration des services Internet : 68,49%

(ARTP, 30 septembre 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 299 774 abonnés
- 234 433 lignes résidentielles (78,20%)
- 65 257 lignes professionnelles (21,80%)
- 84 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,96%

(ARTP, 30 septembre 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 403 402 abonnés
- Taux de pénétration : 107,52%

(ARTP, 30 septembre 2018)

FACEBOOK

- 3 100 000 utilisateurs
- Taux de pénétration de Facebook : 32%

(Facebook Ads, décembre 2018)