twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Presse en ligne au Sénégal : Les acteurs se penchent sur sa viabilité

samedi 13 novembre 2010

Les professionnels de l’information et de la communication, des membres du Synpics ont participé hier au séminaire organisé par l’Institut Panos, en collaboration avec PressAfrik, sur les enjeux de la presse en ligne. Les cadres juridiques, professionnels et économiques de ce secteur ont fait l’objet de débat.

Y a-t-il un modèle économique viable pour la presse en ligne au Sénégal ? C’est la question que l’on est tenté de se poser au sortir de la table ronde organisée hier par l’institut Panos à Dakar sur le thème « Enjeux de la presse en ligne : liberté d’expression et modèles économiques ». Parmi les trois panels tenus, celui sur les nouveaux modèles économiques a suscité plus de débats par rapport à ceux sur les aspects juridique et professionnel de la presse en ligne dans le nouveau code de la presse.

Selon le journaliste Alassane Diallo qui a fait une communication sur « La visibilité de la presse en ligne : nouveaux modèles économiques », il est difficile de trouver des partenaires financiers. Les responsables de sites d’information ont du mal à trouver des ressources financières pour entretenir leurs ressources humaines. Poursuivant, il soutient que certains s’investissent dans d’autres activités pour accompagner les sites.

Au début, ces responsables avaient adopté les méthodes traditionnelles utilisés par l’audiovisuel que le consultant en journalisme/communication Aboubacar Sadikh Ndiaye appelle « crowdsourcing ». Mais cette méthode ne donne plus les mêmes résultats. La recherche de nouveaux moyens pour renflouer leur caisse. Cette recherche a abouti au « crowfunding », un financement par des internautes de projets journalistiques, lancé par les Américains.

Seulement, cette implication des internautes dans le financement de reportages donne le droit aux internautes de dire ce qu’ils veulent lire ou pas. Alassane Diallo, qui est contre ce modèle économique qui est une forme de sponsoring, l’assimile à de la corruption. Quelques participants, à l’image de Bouna Manel Fall, enseignant au Cesti, imputent les difficultés rencontrées par les entreprises de presse en général à l’Etat. Selon lui le déséquilibre dans le paysage médiatique est dû au fait que la Radio télévision sénégalaise a, à elle seule, 75% des recettes publicitaires.

Mamadou Camara, professeur de droit à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis, a relevé quelques enjeux de la presse en ligne qui tournent autour des sites en tant que terrain de liberté d’expression et d’opinion. Il a également survolé les entraves à cette liberté qui pour la plupart ont trait à la réglementation juridique. L’universitaire a également soulevé la nécessité d’élaborer des principes sur la base de standard comme la protection de la vie privée et la garantie de la liberté d’expression. Après cet exposé tiré de son étude sur « la liberté d’expression à l’ère de la société de l’information ».

Dans le cadre juridique, le juge Pape Assane Touré a fait un exposé sur le statut de la presse en ligne comme il est défini dans le nouveau code de la presse. Ce service d’information doit avoir au minimum trois journalistes professionnels pour le traitement d’informations renouvelées régulièrement. L’entreprise doit également s’identifier. La cybercriminalité est applicable à ce secteur. L’exposé sur la qualité de l’information a été confié à Bouna Manel Fall. Ce dernier s’est appesanti sur la crédibilité de l’information diffusée.

Awa Guèye

(Source : L’Observateur, 13 novembre 2010)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 13 529 883 abonnés Internet

  • 13 251 404 abonnés 2G+3G+4G (97,95%)
    • 2G : 28,14%
    • 3G : 49,01%
    • 4G : 22,05%
  • 117 023 clés et box Internet (0,86%)
  • 158 130 abonnés ADSL/Fibre (1,19%)
  • 3 325 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,19%
  • Internet mobile : 98,81%

- Liaisons louées : 22 456

- Taux de pénétration des services Internet : 83,47%

(ARTP, 31 mars 2020)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 211 026 abonnés
- 169 128 lignes résidentielles (80,15%)
- 41 898 lignes professionnelles (19,85%)
- Taux de pénétration : 1,30%

(ARTP, 31 mars 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 948 492 abonnés
- Taux de pénétration : 110,73%

(ARTP, 31 mars 2020)

FACEBOOK

- 3 408 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 20,4%

(Facebook, Décembre 2019)