twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Presse en ligne - Les professionnels plaident pour une régulation des sites

mercredi 20 juillet 2011

L’Association des professionnels de la presse en ligne (Appel) veut des sites responsables. Elle a exprimé ce souhait samedi dernier, lors d’une conférence animée par Cheikh Yérim Seck et Mamadou Thiam, portant sur le rôle et le comportement des médias sociaux et de la presse en ligne ».

La majeure partie des intervenants a exprimé son indignation face aux dérives des commentaires, postés par les internautes. « Que faut-il faire pour que cela ne soit plus un foutoir ? », s’est interrogé le journaliste, Babacar Justin Ndiaye. Pourtant seuls 7,4% des sénégalais ont accès à Internet.

L’ancien journaliste de Jeune Afrique (JA), Cheikh Yérim Seck, est convaincu que les journaux en ligne ne sont pas de véritables sites, mais plutôt « des agrégats de contenus ».

Pour lui, « un site, c’est un médium autonome qui fait des enquêtes » et pratique les autres genres journalistiques. « Je n’ai pas vu de traitements originaux. Il n’y a pas de site d’une réelle personnalité », regrette-t-il.

M. Seck, par ailleurs administrateur général du site Dakaractu.com, lancé depuis le 1er juillet, soutient que le médium « online » doit être à l’avant-garde de ce qui se passe. Comme spécimen, il donne l’exemple de « mediapart » en France, qui a révélé en mai dernier, la discussion sur le quota des joueurs binationaux.

C’est dans la même veine que Babacar Justin Ndiaye a laissé entendre qu’un site comme « diastode » (diaspora togolaise pour la démocratie et le développement), est capable de vous informer sur l’actualité du Palais, au moment où Gnasimbé Eyadéma exerçait le pouvoir.

Alors que, précise Babacar Justin, les animateurs de diastode était basés au Canada. « Cela m’a beaucoup marqué », reconnait-t-il. Selon Cheikh Yérim Seck, « il y a fondamentalement un problème d’orientation qu’il faut revoir ». Il veut qu’on ait des foras responsables.

C. Yérim Seck est persuadé que si on laisse n’importe qui, dire n’importe quoi sur d’honnêtes gens, cela entâche nettement la crédibilité de ces journaux online. « Ma femme a failli divorcer, car on avait posté dans un site que je sortais avec la miss de Dakar. Ce qui était totalement faux. Les gens ne se rendent pas compte des dégâts qu’ils causent », fulmine Cheikh Yérim Seck.

A propos des commentaires désobligeants postés par certains internautes, Cheikh Yérim Seck a préconisé une régulation qui interpelle l’Etat et les administrateurs des sites.

Serigne Mansour Sy Cissé

(Source : Le Soleil, 20 juillet 2011)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 256 010 abonnés
- 215 687 résidentiels (84%)
- 40323 professionnels (16%)
- Taux de pénétration : 1,52%

(ARTP, 30 septembre 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 742 292 abonnés
- Taux de pénétration : 118,18%

(ARTP, 30 septembre 2021)

FACEBOOK

3 850 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 2,95 millions

- Instagram : 1,1 million

- LinkedIn : 800 000

- Twitter : 189 800

(Datareportal, Mars 2022)