twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Pourquoi l’écosystème startup d’Afrique anglophone est plus attrayant que celui d’Afrique francophone ?

jeudi 24 février 2022

L’Afrique a démontré au fil des années sa capacité dans l’innovation technologique. L’investissement, attiré par cette dynamique créative africaine, ne cesse de croître. Mais plusieurs faiblesses régionales et nationales empêchent encore le continent de libérer tout son potentiel.

Au cours des sept dernières années, l’écosystème startup d’Afrique anglophone s’est toujours octroyé la plus grosse part des investissements à destination du continent, selon Briter Bridges, société de recherche axée sur les données des écosystèmes d’innovation et de technologie dans les marchés émergents. Dans son rapport « L’Afrique francophone. Etat de la technologie et de l’investissement » publié en mai 2021, elle révèle que sur les 8,8 milliards $ levés entre 2015 et 2021, l’écosystème start-up d’Afrique francophone n’a réussi à capter que 417,9 millions $.

Cette timidité de l’Afrique francophone, Briter Bridges l’attribue à plusieurs facteurs dont les plus importants sont « la clarté limitée des règlements, la difficulté d’accès au capital financier, les barrières linguistiques et le manque de réseaux professionnels ». Dans l’édition 2020 de son rapport Doing Business qui classe 190 pays selon le niveau de facilité de faire les affaires (facilité de création d’une entreprise ; accès à l’électricité ; accès au crédit bancaire ; l’environnement fiscal), la Banque mondiale classe la majorité des pays d’Afrique francophone parmi les derniers. Au-delà de la 120ème place.

Le problème du manque de ressources humaines qualifiées se pose certes, mais il trouve sa solution dans les nombreux programmes de développement de compétences numériques que plusieurs partenaires internationaux et gouvernements mènent déjà. Il ne peut, de ce fait, pas représenter un frein majeur aux investisseurs, d’autant que les startups ont la possibilité de recruter dans d’autres pays en cas de véritables besoins.

Or, en l’absence d’un cadre d’affaires crédible, favorable à l’émulation des entrepreneurs, les investisseurs ne s’aventureront que très peu dans des marchés où le risque de perte l’emporte largement sur les chances de gains. Même si la communauté innovante semble dynamique, sa facilité à s’organiser et à créer de la richesse, prévaudra toujours dans la décision d’investir des hommes d’affaires, des fonds de capital-risque et autres business angels.

Le Sénégal a clairement démontré l’impact positif d’un cadre réglementaire adapté à l’innovation technologique. En 2018, le pays était à la 140ème place au Doing Business. Selon le rapport Partech sur le niveau de financement attiré par les startups de la même année, l’écosystème startup du pays avait attiré 6 millions $.

En 2021, après que le gouvernement ait adopté une Startup Act, loi qui facilite le cadre de création, de financement et de croissance des startups, le rang du Sénégal dans le Doing Business 2020 s’est sensiblement amélioré. Le pays est passé à la 123ème. Dans l’édition 2020 du rapport de Partech, la crédibilité de son écosystème startup a renforcé l’intérêt des tech investisseurs qui y ont investi 353 millions $.

Selon le Tony Blair Institute for Global Change, « l’Afrique a le potentiel pour devenir une superpuissance de démarrage dans le secteur de la technologie (...) L’économie numérique apportera environ 300 milliards de dollars au PIB africain d’ici 2025, fournissant des emplois indispensables, sur un continent où trois à quatre fois plus de personnes entrent sur le marché du travail que de postes réels sont créés ».

Dans son rapport « Supercharging Africa’s Startups : The Continent’s Path to Tech Excellence » publié le 15 février 2022, le centre de recherche estime que les startups africaines ont la capacité de lever 90 milliards $ d’ici 2030. Il insiste, lui aussi, sur la création d’un environnement d’affaires approprié parmi les réformes stratégiques nécessaires à mettre en œuvre pour ne pas manquer cette opportunité.

Muriel Edjo

(Source : WeAreTechAfrica, 24 février 2022)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 16 350 690 abonnés Internet

  • 16 349 008 abonnés 2G+3G+4G (97,25%)
    • 2G : 18,12%
    • 3G : 32,22%
    • 4G : 49,66%
  • 213 908 abonnés ADSL/Fibre (1,32%)
  • 234 052 clés et box Internet (1,43% )
  • 1682 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,30%
  • Internet mobile : 98,670%

- Liaisons louées : 4 491

- Taux de pénétration des services Internet : 94,98%

(ARTP, 31 mars 2022)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 266 260 abonnés
- 225 387 résidentiels (84,65%)
- 40872 professionnels (15,35%)
- Taux de pénétration : 1,54%

(ARTP, 31 mars 2022)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 20 067 256 abonnés
- Taux de pénétration : 116,57%

(ARTP, 31 mars 2022)

FACEBOOK

3 850 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 2,95 millions

- Instagram : 1,1 million

- LinkedIn : 800 000

- Twitter : 189 800

(Datareportal, Mars 2022)

PRÉSENTATION D’OSIRIS

batik