twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Pour plus de sécurité dans les services de téléphonie mobile : L’ARTP veut ficher tous les usagers du mobile

mercredi 11 mai 2016

L’Autorité de régulation des télécommunications et des postes (Artp), en collaboration avec la Direction de l’automatisation des fichiers (Daf), a mis en place une solution technique d’authentification et de fiabilisation de l’identification des abonnés aux services de téléphonie mobile. La solution a été lancée hier et elle a pour objectif de mettre derrière chaque numéro de téléphone une identité fiable.

Dans un contexte sous-régional marqué par l’avancée de la menace terroriste et afin de lutter contre les méfaits liés à l’utilisation des téléphones portables (vols, arnaques, usurpation d’identité), l’Autorité de régulation des télécommunications et des postes (Artp) a mis en place une solution technique d’authentification des abonnés. Le projet d’identification avait commencé depuis 2007 et il y a eu une interruption, mais il a repris en 2013 sur instruction du Premier ministre. Selon le directeur général de l’Artp, Abdou Karim Sall, la solution devrait permettre aux opérateurs d’authentifier leur base de clients déjà identifiés et de vérifier la fiabilité des informations communiquées par les usagers lors de leur identification. « Les opérateurs auront donc la possibilité d’effectuer des requêtes pour vérifier les numéros de carte nationale d’identité, nom et prénoms de la base de données des cartes nationales d’identité de la Direction de l’automatisation des fichiers (Daf). Cette solution a pour objectif principal de mettre derrière chaque numéro de téléphone une identité fiable, ce qui permettra de lutter de manière efficace contre l’insécurité liée à l’utilisation de la téléphonie mobile », annonce-t-il.

Par ailleurs, pour la réussite totale du projet, des mesures sont prises comme « la signature par les autorités étatiques d’un nouveau décret pour l’identification des usagers aux services de téléphonie mobile, la fixation d’un délai de 6 mois à partir d’aujourd’hui afin que les opérateurs fiabilisent leurs bases clients et adressent les clients identifiés par des pièces autre que la Cni pour la régularisation de leur situation, le blocage par les opérateurs de toutes les cartes Sim à l’achat tant qu’une identité fiable n’est pas fournie par l’acheteur. Cette mesure permettra, avec le dispositif de lutte contre la vente de cartes Sim à la sauvette, d’éradiquer le phénomène d’acquisition de puces pré-activées dans la rue, l’organisation d’opérations coups de poing en collaboration avec les forces de l’ordre en vue de lutter contre la vente à la sauvette de cartes Sim ».

Pour sa part, le président de l’Association des consommateurs du Sénégal (Ascosen), Momar Ndao, estime que « le premier constat, c’est notre satisfaction par rapport à la nécessité absolue d’identifier les numéros. C’est important parce que vous voyez que très souvent les consommateurs sont sujets à des insultes, des agressions téléphoniques ou à des arnaques par téléphone. Et ces personnes disparaissent dans la nature. L’identification des numéros permet de protéger les consommateurs, c’est la raison pour laquelle nous sommes totalement en phase avec cette identification ».

Momar Ndao : « Nous ne devons pas, sur la base d’une obligation d’identification, mettre en sourdine d’autres obligations qui ne sont pas réelles »

Cependant, le président des consommateurs a des inquiétudes sur certaines informations personnelles qui ne concernent pas l’identification des abonnés. « En tant que protecteur des consommateurs, nous nous battons pour que la protection des données personnelles soit effective. Nous ne devons pas sur la base d’une obligation d’identification, mettre en sourdine d’autres obligations qui ne sont pas réelles parce que vous n’êtes pas obligés de dire à l’opérateur quels sont vos hobbies, qu’est-ce que vous aimez ou pas ; ces éléments relèvent juste d’une démarche marketing différente de la démarche sécuritaire administrative imposée, et qui fait que le consommateur doit donner son numéro d’identité, nom et prénom », explique Momar Ndao. Le responsable consumériste estime que l’Etat doit maîtriser le fichier des données personnelles. « La Daf a fait une première précaution en leur donnant une base miroir sur laquelle il n’y a que trois éléments, à savoir le numéro d’identification, le nom et prénom ; mais même sur cette base-là, nous voulons que les requêtes soient en aveugle, c’est-à-dire que l’opérateur ne puisse pas télécharger les numéros en donnant le nom ou télécharger le nom en donnant le numéro. La Daf et l’Artp ont donné leur engagement, comme quoi elles vont veiller à ce que les opérateurs ne puissent pas faire ce type de manipulation », affirme Momar Ndao.

Mame Diarra Dieng

(Source : L’As, 11 mai 2016)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 35 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 965 676 abonnés Internet

  • 8 679 507 abonnés 2G+3G (96,81%)
  • 161 625 clés Internet (1,80%)
  • 106 126 abonnés ADSL (1,18%)
  • 18 418 abonnés bas débit (0,21%)

- Taux de pénétration des services Internet : 57,59%

(ARTP, 30 juin 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 288 658 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,96%

(ARTP, 30 juin 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 436 809 abonnés
- Taux de pénétration : 104, 30%

(ARTP, 30 juin 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)