twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Pour mieux intégrer la Société de l’information : Encourager l’éducation aux Nouvelles technologies

vendredi 26 septembre 2003

En Afrique, nous aimons dire - parce que c’est bien commode - que les Nouvelles technologies vont nous faire rattraper l’énorme retard que nous avons pris sur « le reste du monde », mais ce n’est au fond qu’une croyance si l’on se réfère au rythme auquel nous progressons actuellement, comparé à ce « reste du monde » qui continue d’innover, de produire et d’avancer en ce domaine. Vu ainsi, ce n’est probablement pas demain la veille que l’Afrique atteindra le même niveau que le monde développé en tant qu’acteur qui compte dans les Nouvelles technologies. Résumant l’impuissance globale de notre continent, un chauffeur de taxi me disait l’autre jour, parlant du monde développé : « Pour les rattraper, il faut les apercevoir, or nous ne les apercevons même pas, comment les rattraperions-nous ? ». Aujourd’hui 20% de la population mondiale détiennent 93% des accès à l’Internet ; les 80% qui ne détiennent que 7% de ces accès se situent essentiellement en Afrique. C’est peut-être là que l’idée, émise par le président Abdoulaye Wade, d’un fonds de solidarité numérique, apparaît intéressante. Le président Wade a probablement ressenti qu’au rythme où vont les choses le fossé numérique ne sera jamais comblé. Pire, les faits révèlent qu’il ne cesse de s’amplifier. D’où la nécessité de fonds spéciaux destinés aux zones qui accusent du retard dans le domaine des Nouvelles technologies. Principalement l’Afrique, même si ce n’es pas l’Afrique seulement.

Certes, une telle proposition n’est pas encore acceptée par l’ensemble de la communauté mondiale. Mais le Sénégal et l’Afrique entendent la défendre dans les instances internationales comme ils l’ont fait récemment au cours de la troisième réunion préparatoire (PrepCom 3) au prochain Sommet mondial sur la société de l’information (SMSI), qui vient de se terminer à Genève, Suisse. Ce sont des pays comme les Etats-Unis et quelques autres qui émettent des réserves sur cette idée de fonds de solidarité numérique. Selon une dépêche de l’Agence de presse sénégalaise, reçue la semaine dernière, « plusieurs voix discordantes se sont levées au cours de cette réunion préparatoire à l’image du Japon, des USA ou encore du Canada, entre autres, qui estiment qu’il existe actuellement suffisamment de structures permettant de financer partout à travers le monde les projets de vulgarisation des technologies de l’information et de la communication auprès des populations à la base ». Hélas ! ceux qui émettent ces réserves sont des ténors des Nouvelles technologies et il sera difficile, voire impossible, de mettre en place le fonds sans le soutien actif de ces pays clés. Il faut espérer que le temps et la persuasion contribueront à infléchir leurs positions.

Cependant, il est bon d’attirer l’attention sur le fait que ce ne sont pas seulement la disponibilité de fonds, fussent-ils importants, qui va faire de l’Afrique un continent aussi « numérique » que les autres. Pour que le fossé numérique soit comblé, il faudra plus que des paroles, des bonnes intentions et des financements. Les objectifs du SMSI, exprimés lors des sommets préparatoires visent, entre autres, à raccorder tous les villages du monde d’ici à 2010, à raccorder toutes les universités d’ici à 2005, tous les établissements d’enseignement secondaire d’ici à 2010 et toutes les écoles primaires d’ici à 2015, enfin à connecter tous les hôpitaux d’ici à 2005, et tous les centres de santé d’ici à 2010.

Mais raccorder et connecter des villages, des écoles, des hôpitaux, des entreprises n’est, à vrai dire, qu’une partie du problème, même si c’est bon pour les statistiques (tant de villages, tant d’écoles, tant d’hôpitaux connectés). On en oublie l’autre aspect de l’Internet, qui ne relie pas que des matériels, mais …des hommes et des femmes. Car le réseau mondial intègre deux aspects : primo la technologie (les matériels reliés) et, secundo, les hommes qui sont derrière pour communiquer à travers ce matériel. Or c’est dès maintenant que l’Afrique devrait préparer ses habitants à évoluer dans le monde numérique de demain. Un hôpital peut avoir 100 ordinateurs, mais si les personnes qui y travaillent ne se servent pas de ces machines pour mieux travailler, où se trouve le progrès ? S’ils n’utilisent pas les ordinateurs et le réseau pour traiter les malades (au plan administratif comme au plan médical) de manière plus efficace, où est l’avancée ? Les « statistiques » concernant l’équipement informatique seront certes bonnes, mais la réalité (utilisation de ces équipements) beaucoup moins rose.

Voilà pourquoi les pays africains ne doivent guère plus attendre pour mettre l’accent sur l’éducation aux Nouvelles technologies et à leur utilisation : il s’agit de les ancrer dans les populations, particulièrement chez les jeunes. La seule manière de le faire de manière efficace est, pensons-nous, d’intégrer dès maintenant leur étude dans les programmes scolaires. Que l’informatique soit enseignée dans nos écoles et centres de formation au même titre que les autres matières scolaires, les mathématiques, la géographie, l’histoire ou les langues, entre autres.

En augmentant la connaissance globale des Nouvelles technologies, on favorise l’augmentation de la productivité et l’intégration de l’Afrique dans le monde. Beaucoup de nos entreprises disposent de matériels et de systèmes totalement sous-utilisés. Ces entreprises sont prêtes parfois à dépenser plusieurs dizaines ou plusieurs centaines de millions pour acheter des ordinateurs et autres matériels, mais rechignent souvent à investir sérieusement dans la formation des utilisateurs censés y travailler. Résultat : beaucoup de possibilités technologiques qui pourraient aider à mieux organiser le travail et à être plus productif sont sous-exploitées du fait du manque de formation des utilisateurs et par manque de définition d’un système d’information idoine. Alors même que le but normal de l’implantation des Nouvelles technologies dans un système de communication, c’est, comme dirait le blanchisseur de mon quartier, la production d’un « travail rapide et soigné », c’est-à-dire mieux et plus rapidement exécuté, avec une plus grande productivité. L’enseignement et la pratique de l’informatique dans nos écoles constituent une question qui devrait retenir notre attention et être résolue, le NEPAD aidant, à une échelle africaine ou au moins sous-régionale. Avec des objectifs bien précis : par exemple, faire en sorte qu’un jeune élève arrivé en terminale soit parfaitement à l’aise devant un clavier d’ordinateur (saisie), maîtrise les fonctions des deux ou trois principaux systèmes d’exploitation (actuellement Windows, Unix/Linux Mac OS), sache se servir de tous les services de l’Internet ainsi que de programmes comme le traitement de texte, le tableur et les bases de données, soit capable d’installer des logiciels et puisse même créer et alimenter un site internet. Un tel élève, loin d’être un analphabète numérique, sera véritablement apte à travailler, grâce à sa « culture informatique » dans n’importe quel environnement réseauté. Et prêt à affronter la société de l’information dont le SMSI est en train de définir les contours et dans laquelle l’Afrique aimerait jouer sa partition.

Cheikh Alioune JAW

(Source : Nouvel Horizon, 26 septembre 2003)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

153 153 153 144 144 144 238 238 238 168 168 168 145 145 145 170 170 170 171 171 171 160 160 160 172 172 172 173 173 173 154 154 154 174 174 174 226 226 226 155 155 155 176 176 176 177 177 177 237 237 237 250 250 250 241 241 241 157 157 157 178 178 178 180 180 180 259 259 259 181 181 181 159 159 159 248 248 248 183 183 183 239 239 239 256 256 256 185 185 185 162 162 162 186 186 186 187 187 187 191 191 191 192 192 192 234 234 234 194 194 194 195 195 195 196 196 196 197 197 197 198 198 198 199 199 199 229 229 229 233 233 233 202 202 202 228 228 228 204 204 204 232 232 232 206 206 206 253 253 253 208 208 208 209 209 209 210 210 210 211 211 211 212 212 212 213 213 213 214 214 214 254 254 254 217 217 217 218 218 218 249 249 249 219 219 219 220 220 220 230 230 230 222 222 222 252 252 252 255 255 255 242 242 242 243 243 243 244 244 244 245 245 245 246 246 246 258 258 258 260 260 260 261 261 261 263 263 263 48 48 48 61 61 61 59 59 59 12 12 12 11 11 11 70 70 70 53 53 53 127 127 127 132 132 132 75 75 75 123 123 123 15 15 15 52 52 52 110 110 110 49 49 49 14 14 14 28 28 28 13 13 13 73 73 73 164 164 164 77 77 77 112 112 112 113 113 113 18 18 18 102 102 102 105 105 105 78 78 78 119 119 119 65 65 65 47 47 47 16 16 16 120 120 120 90 90 90 133 133 133 81 81 81 116 116 116 20 20 20 135 135 135 136 136 136 137 137 137 21 21 21 129 129 129 35 35 35 22 22 22 67 67 67 7 7 7 79 79 79 69 69 69 108 108 108 84 84 84 87 87 87 96 96 96 23 23 23 25 25 25 106 106 106 82 82 82 32 32 32 76 76 76 72 72 72 115 115 115 26 26 26 104 104 104 29 29 29 58 58 58 30 30 30 46 46 46 31 31 31 62 62 62 88 88 88 55 55 55 101 101 101 86 86 86 10 10 10 80 80 80 114 114 114 92 92 92 100 100 100 85 85 85 36 36 36 125 125 125 37 37 37 38 38 38 109 109 109 74 74 74 51 51 51 50 50 50 39 39 39 83 83 83 40 40 40 66 66 66 68 68 68 93 93 93 99 99 99 60 60 60 57 57 57 24 24 24 41 41 41 42 42 42 134 134 134 19 19 19 43 43 43 111 111 111 17 17 17 117 117 117 97 97 97 94 94 94 54 54 54 71 71 71 122 122 122 33 33 33 56 56 56 131 131 131 98 98 98 34 34 34 89 89 89 91 91 91 45 45 45 107 107 107

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 13 529 883 abonnés Internet

  • 13 251 404 abonnés 2G+3G+4G (97,95%)
    • 2G : 28,14%
    • 3G : 49,01%
    • 4G : 22,05%
  • 117 023 clés et box Internet (0,86%)
  • 158 130 abonnés ADSL/Fibre (1,19%)
  • 3 325 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,19%
  • Internet mobile : 98,81%

- Liaisons louées : 22 456

- Taux de pénétration des services Internet : 83,47%

(ARTP, 31 mars 2020)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 211 026 abonnés
- 169 128 lignes résidentielles (80,15%)
- 41 898 lignes professionnelles (19,85%)
- Taux de pénétration : 1,30%

(ARTP, 31 mars 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 948 492 abonnés
- Taux de pénétration : 110,73%

(ARTP, 31 mars 2020)

FACEBOOK

- 3 408 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 20,4%

(Facebook, Décembre 2019)