twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Pour investir en Afrique : Ne pas rater les secteurs bancaires de la technologie, des biens de consommation et des télécommunications

lundi 27 avril 2015

Bien que la Banque Mondiale ait récemment annoncé que la croissance économique de l’Afrique subsaharienne devrait ralentir en 2015, la classe moyenne de cette région compte toujours parmi celles connaissant la plus forte croissance au monde. De ce fait, le continent offre de nombreuses opportunités aux petites et moyennes entreprises (PME) et aux entrepreneurs africains tournés vers l’avenir.

Selon Charles Brewer, directeur général de DHL Express Afrique subsaharienne (ASS), le secteur de l’agriculture offre de nombreuses perspectives. Ce secteur est le principal secteur économique africain. Il représente 15 % du PIB total du continent et plus de 100 milliards de dollars US par an. « D’après les estimations, plus de 60 % des terres disponibles du globe se trouvent en ASS, ce qui suggère que le secteur a encore un potentiel de croissance incroyable. »

Le secteur bancaire est lui aussi en plein essor. Il s’est développé de façon considérable au cours des dix dernières années et est devenu un acteur important dans les opérations bancaires des marchés émergents. Brewer souligne que la classe moyenne émergente et les consommateurs africains « sans banque » vont continuer à stimuler le secteur. « Parmi les autres secteurs en plein essor et offrant des perspectives figurent notamment les secteurs de la technologie, des biens de consommation, ainsi que celui des télécommunications. »

Outre ces secteurs prospères, Brewer identifie cinq « villes champignons » inattendues qui jouissent d’une croissance rapide grâce à ces secteurs et offrent ainsi des opportunités aux entreprises africaines :

Bobo-Dioulasso, Burkina Faso : la deuxième ville du pays est florissante grâce à une croissance importante dans le secteur agroalimentaire. De nombreuses petites et moyennes entreprises y ouvrent des usines pour produire localement des produits destinés au marché national et à l’exportation. Les principaux produits sont les fruits, les céréales, le coton, l’huile végétale, le savon et d’autres produits artisanaux.

Ébène, Île Maurice : grâce à ses infrastructures et ses installations de pointe, ce pôle technologique en plein essor attire de nombreux cabinets juridiques internationaux et institutions financières.

Mbarara, Ouganda : Mbarara est une ville industrielle en plein essor située à 280 km de la capitale de l’Ouganda, Kampala, au cœur de la région des fermes laitières. Grâce à sa situation géographique, à un climat favorable et à une grande disponibilité des terres, cette ville attire des investisseurs impliqués dans la fabrication de produits laitiers, ainsi que des brasseries et des entreprises de boissons qui se développent dans la région.

Farafenni, Gambie : située sur la rive nord du fleuve Gambie, à l’intérieur des terres à environ 120 km de la capitale Banjul, cette ville accueille de nombreuses banques et compagnies d’assurance. Sa croissance rapide s’explique principalement par sa situation géographique sur la route principale entre Dakar et la Casamance (région sud du Sénégal) et par sa proximité avec le ferry qui permet de traverser le fleuve Gambie.

Ville technologique de Konza, Kenya : cette nouvelle ville technologique, dont la phase d’infrastructure vient de s’achever, se situe à 60 km au sud-est de Nairobi et se concentrera sur quatre secteurs économiques : l’enseignement, les sciences de la vie, les télécommunications et l’externalisation de processus d’affaires. Elle devrait fortement stimuler les dépenses, les investissements et la croissance dans le secteur de la technologie au Kenya.

« DHL est présent dans chaque pays et territoire africain et a 37 ans d’expérience en matière de logistique express sur le continent. Grâce à notre vaste empreinte sur le continent africain, nous occupons une position unique pour fournir des services à ces « villes champignons » et à ces secteurs en plein essor », conclut Brewer.

(Source : Ajo News, 27 avril 2015)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)