twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Pour améliorer le transport urbain et interurbain : Sama-auto sur la voie

jeudi 3 mars 2022

L’application Sama-auto, est une application mise en place par des Sénégalais pour améliorer le transport urbain et interurbain au Sénégal. Cette plateforme permet d’offrir aux clients des conditions de voyage sûres et sécurisées.

« Offrir aux Sénégalais, la possibilité de se déplacer avec beaucoup de sécurité et aux taximen d’avoir des clients sans trop errer. » C’est l’objectif de la start-up Sama-auto Sama andando lancée par une équipe de jeunes sénégalais et africains. Cette technologie innovante et sécurisée permet de passer une commande auprès d’un taxi à partir de chez soi. Elle va permettre aux taximen aussi d’arrêter leurs déambulations dans la ville à la recherche d’un éventuel client. « Elle facilite les clients dans le transport urbain, la recherche d’un taxi et aux taximen la recherche d’un client », explique Aliou Gbaguidi, l’initiateur de cette application. Créée pour le marché sénégalais, cette plateforme permet aussi de mettre en relation le client et le conducteur afin qu’ils s’accordent sur le prix du transport.

C’est une avancée. « C’est une idée née d’une expérience personnelle », dit Aliou Gbaguidi. D’après ses explications, quand il voyage de la Mauritanie au Sénégal et de Dakar à la sous-région, il éprouve beaucoup de difficultés à faire des réservations. « Je n’arrive pas à trouver un moyen de transport fiable. Si je fais une commande, je ne vois rien, et si je vais au garage, je trouve que le bus est plein », se désole-t-il. Et c’est à partir de ce constat, poursuit-il, « qu’on s’est dit pourquoi ne pas créer une application pour centraliser tous ces moyens de transport et donner la possibilité aux clients de faire une réservation ».

Il faut savoir que l’application est dotée d’un système performant et simple d’usage plus bien sûr la géolocalisation. Elle permet aussi aux parents de connaître la position d’un taxi dans lequel ont pris place leurs enfants. Cette plateforme permet aux initiateurs de s’occuper de la logistique et d’assurer au client sa traçabilité et lui montrer le prix du trajet après avoir fait sa réservation.

Par ailleurs, Sama-auto vise aussi à conquérir et centraliser tous les moyens de transport interurbain au Sénégal. D’après le fondateur de Sama-auto, « le client qui veut aller d’une ville à une autre est souvent perdu. Il peut même perdre toute une journée à chercher une voiture de transport. Il peut réserver une course et que le chauffeur ne vienne pas le chercher ».

Avec cette application, ils of­frent les conditions idoines de voyage et la sécurité aux clients. « Si vous êtes à Dakar et que vous voulez voyager à Thiès, vous allez sur internet, vous cherchez Allô taxi, vous faites des recherches, vous avez besoin de trente voire une heure de temps pour trouver. Vous pouvez ne rien trouver aujourd’hui parce que vous n’avez pas de contact. Vous appelez. C’est comme ça que cela se passe au Sénégal. Mais nous aujourd’hui, on vous dit prenez l’application Sama-auto, mettez la date de départ, l’heure d’arrivée, votre nom, votre prénom sur votre numéro de téléphone et nous nous occupons du reste. On vous garantit des partenaires qui sont vraiment ponctuels. Nous garantissons même plus que ça. On vient vous prendre chez vous, on vous amène au garage et vous voyagez en toute sécurité. Nous offrons aux clients un confort et une sécurité. Vous pouvez réserver un taxi en temps réel. Si vous avez une urgence, on vous cherche le taxi le plus proche », rassure M. Gbaguidi Cette application leur permet­tra ainsi de gérer la flotte, les réservations entre au­tres. Aux clients, elle permettra de faire une réservation. A en croire Aliou Gba­guidi, « il n’y a pas mal de conducteurs à la recherche d’un client, ce qui crée des embouteillages dans la ville et des clients exposés à des accidents quand ils vont sur la route pour chercher des ta­xis ».

Si l’application est gratuite pour le client, cela ne veut pas dire que les fondateurs ne trouvent pas leur compte dans ce business. « Notre business model est clair. Ce n’est pas une association caritative où on gagne de l’argent pour chaque transaction. Si on met en contact le client et le chauffeur, on gagne une commission. C’est une petite commission symbolique qui tourne autour de 10 %. C’est pourquoi on a décidé de laisser au client et au conducteur de négocier. Il revient au conducteur de savoir combien il va taxer en fonction de la période. L’ap­plication est gratuite pour les clients. Mais la commission est payée par le conducteur », précise Aliou Gbaguidi.

Justin Gomis

(Source : Le Quotidien, 3 mars 2022)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 256 010 abonnés
- 215 687 résidentiels (84%)
- 40323 professionnels (16%)
- Taux de pénétration : 1,52%

(ARTP, 30 septembre 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 742 292 abonnés
- Taux de pénétration : 118,18%

(ARTP, 30 septembre 2021)

FACEBOOK

3 850 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 2,95 millions

- Instagram : 1,1 million

- LinkedIn : 800 000

- Twitter : 189 800

(Datareportal, Mars 2022)